Suivez-nous

Internet

L’Autriche veut en finir avec l’anonymat sur Internet

L’anonymat sur Internet ? Un nouveau pays veut s’y attaquer avec l’Autriche. Pour l’instant, il s’agit encore d’un simple projet, mais on y arrive peu à peu…

Il y a

le

Hacker, anonyme, pirate, carton rouge, sanction, code binaire
© DR

Un projet contre le harcèlement en Autriche

C’est un nouveau projet de loi qui inquiète les défenseurs de la vie privée sur Internet. Le gouvernement autrichien a introduit une proposition visant à forcer les internautes à donner leur identité réelle et leur adresse avant de laisser un commentaire sur un site. Les internautes pourraient toujours utiliser un pseudonyme, mais le gouvernement pourrait accéder aux vraies informations.

Les sites concernés sont ceux avec plus de 100.000 personnes enregistrées et générant plus de 500.000 euros de revenus par an. Les médias recevant des aides de la part de l’Etat sont aussi concernés. Les sites de e-commerce seraient en revanche ignorés. La loi, pourrait entrer en vigueur en 2020, si elle passe toutes les étapes du processus législatif.

Un pays de plus dans la liste

Surtout, de façon plus globale, il s’agit d’un mouvement général contre l’anonymat sur Internet. Si le sujet a fait débat en France et ce n’est sans doute pas terminé, d’autres pays sont concernés. Récemment, Linus Torvalds lui-même voulait en finir avec l’anonymat sur Internet.

Bien sûr, la Chine reste une sorte de porte-étendard du mouvement contre l’anonymat sur Internet au niveau mondial. Loin devant la Chine et tous les wannabes contrôleurs du web. Une logique mise en place depuis longtemps désormais mais qui est aussi liée au caractère non démocratique du régime. Face aux multiples dérives des réseaux sociaux, la tentation est évidente pour de nombreux pays qui sont souvent dépassés par la situation et ses excès.

Mais cela pose aussi de nombreux problèmes au niveau de la liberté d’expression, de la capacité de tout un chacun à s’exprimer sur les sujets dont il peut avoir envie. Enfin, à l’heure des bases de données piratées, l’idée que toutes nos données personnelles pourraient être détenues et identifiées ainsi, pourrait bien avoir un attrait particulièrement séduisant pour de nombreuses entreprises.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests