Le crowdfunding, un nouveau moyen de création de médias pure player

The Guardian Australia lance un nouveau média totalement dédié aux enquêtes de fond et à l’environnement en sollicitant une participation des citoyens via une opération de crowdfunding.

Un processus d’engagement citoyen

Dans une optique comparable à celle du journal en ligne américain “InsideClimate News”, “The Guardian Australia” a entreprise à son tour un projet de média pure player dédié à l’environnement et l’investigation. Cependant, l’aboutissement de cet important projet éditorial nécessite une contribution active des lecteurs ou du grand public en général.

Dans leur quête de financement, les médias pure players s’appuient de plus en plus sur des plateformes de crowdfunding pour obtenir des collectes de fonds nécessaires au lancement de leurs projets. Une démarche plutôt logique lorsqu’on souhaite mettre sur pied un projet éditorial capable de réduire la méfiance du grand public vis-à-vis des médias. Ainsi, pour lancer son projet de média d’enquête et d’environnement, “The Guardian Australia” a demandé la contribution de citoyens-lecteurs. Cette décision a été motivée par les récents succès de médias comme , séduit surtout par les campagnes de financement participatif de certaines plateformes spécialisées comme « Break the Cycle« .

Un véritable succès

L’opération de crowdfunding de “The Guardian Australia” a connu un véritable succès avec plus 100 000€ récoltés en 48h pour le financement de la web série Our Wide Brown Land.

« Le soutien financier volontaire de nos lecteurs représente une source de revenus de plus en plus significative pour notre journal. Au contraire de beaucoup d’autres médias, nous avons choisi de ne pas avoir de paywall, pour que tout notre contenu reste accessible gratuitement » explique le journal.

Parallèlement à cette campagne de financement participatif, le média propose de le soutenir via un abonnement de 4,99€/mois mais aussi la possibilité de faire des dons uniques. “The Guardian Australia” a également choisi de pas mettre de “paywall” pour que les lecteurs se sentent libres de le soutenir mais aussi pour continuer de diffuser de l’information de manière ouverte. Pour susciter l’intérêt des lecteurs et les sensibiliser sur les enjeux environnementaux et la nécessité de réaliser des investigations, le journal publie déjà des contenus 100 % environnement sur sa page d’accueil.

Le journal souligne enfin que le soutien des marques sera aussi le bienvenu en matière d’accompagnement de son projet éditorial d’investigation. Un financement pas incompatible avec le journalisme d’investigation puisque InsideClimate News bénéficie lui aussi d’investissements privés tout en réalisant des enquêtes sur le changement climatique. Le média a d’ailleurs reçu en 2013 le Prix Pulitzer pour son reportage sur la fuite du pétrole dans le Michigan.

Après l’explosion du journalisme de brève sur le web, l’investigation commence petit à petit à susciter à nouveau de l’intérêt auprès des lecteurs. De plus, l’environnement n’est pas un sujet abordé en profondeur par les médias traditionnels, une place était donc à prendre pour le journalisme indépendant d’investigation, avec le soutien et l’engagement des citoyens.

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.