Le pays où le web n’existait pas

Il y a des choses comme ça qui sont difficiles à expliquer et qui relèvent plutôt du sentiment, du feeling, de l’intuition.En temps qu’entrepreneur je suis enregistré à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, et à ce titre je reçois le magazine bimestriel édité par cette vénérable institution, intitulé Agir & Entreprendre. Jusque

Il y a des choses comme ça qui sont difficiles à expliquer et qui relèvent plutôt du sentiment, du feeling, de l’intuition.
En temps qu’entrepreneur je suis enregistré à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, et à ce titre je reçois le magazine bimestriel édité par cette vénérable institution, intitulé Agir & Entreprendre.

CCI Lyon Agir & Entreprendre

Jusque là rien de méchant, à chaque livrée posée dans ma boîte aux lettres je feuillète mollement la chose en buvant mon café, sans passion débordante, avant de passer à un truc bien plus sérieux, comme L’Equipe par exemple.
Mais à chaque livrée il y a quelque chose qui me chiffonne, du coup cette fois j’analyse le magazine un peu plus en détail, et le constat est la plupart du temps le même : dans Agir & Entreprendre, le web n’existe pas. Ou presque pas.
Vous pouvez vous amuser à éplucher le sommaire de n’importe-quel numéro, même récent, vous ne trouverez pratiquement aucune trace d’internet, à commencer par l’éditorial en première page, construit à grands renforts de formules très généralistes dont généralement seuls les politiciens ont le secret, comme, accrochez-vous à votre siège, "(…) levier d’action sur le pouvoir d’achat, élément central d’une vraie modernisation de l’économie nationale" ou encore "(…) notre capacité à garantir une offre commerciale répondant aux besoins et aux aspirations des tous en fonction d’habitudes de vie différentes"
Etc.
Y a du concept là, non ?
Mais de web, point.
Jetons maintenant un oeil attentif sur le sommaire : sur 34 pages et presque autant de thèmes listés et abordés, pas une seule fois les mots Web, Internet ou Net.
Pas une seule.
L’intérieur est à l’avenant : que des articles traitant d’économie traditionnelle (à Lyon c’est toujours la triplette infernale métiers de bouche, industrie textile et recherche pharmaceutique qui tient le haut du pavé mouillé), à peine quelques URL disséminées ici et là pour renvoyer sur le site d’une PME vachement performante mentionnée dans un article.
Les seules références à la nouvelle économie (oups) sont celles qui traitent du jeu vidéo. Certainement parce-que cette activité est devenue une industrie et que, à ce titre, elle cadre avec la ligne éditoriale très pépère du magazine.
Sensation bizarre que de voyager ainsi dans une revue dont le dernier numéro aurait aussi bien pu être édité avant 1995, de flotter dans un pays irréel où le web n’existerait pas, une bulle aux parois invisibles que l’internet n’aurait pas réussi à franchir.
Un décalage d’autant plus paradoxal que la région lyonnaise est plutôt réputée être en pointe dans les nouvelles technologies (enfin c’est ce que toutes les régions doivent prétendre :-)), et qu’il m’arrive d’être contacté par cette même CCI pour des missions de formation ou de conseil relatifs aux métiers du web.
Je ne sais pas si le magazine est réellement représentatif des activités de la Chambre de Commerce en matière de promotion de l’économie internet, mais j’ai bien peur que d’une façon générale les chambres de commerce ne soient pas vraiment en prise avec la réalité et restent dans une culture PME/PMI très traditionnelle, faite de brick and mortar.
C’est pareil chez vous ? Ca parle Web 2.0 dans les pince-fesse de votre CCI ?


Nos dernières vidéos

27 commentaires

  1. Un très bon article de ta part. Je pense que involontairement tu réponds à la question: "Pourquoi les blog spécialisé font une révolution à leur façon…" . Je fais tout les jour le constat que malheureusement on est encore dans un pays qui marche au Minitel pour une grande partie de la population… J’ai envie de dire: "Minitel,Lenteur,Justice: Bienvenue en France" 😉
    Bonne journée

  2. Je partage ton analyse en tant que chef d’entreprise passioné du web. Nous vivons dans un pays au moeurs étranges et parfois rétrograde. Je pense a partir vivre aux States de plus en plus.

  3. Du coté des Côtes d’Armor, Internet est bien développé, surtout dans la région de Lannion où nous sommes situés. Et tout ce qui est Internet est bien représenté dans les revues de la CCI. Bien entendu, on y évoque les activités locales "bric et mortar" importantes: agroalimentaire, nautisme, … mais aussi télécoms (proche de l’Internet) mais comme ces activités restent très majoritaires, ce n’est pas choquant. Par contre il est rare de voir un article sur une société sans son site Internet.

  4. De côté de l’Anjou, le n°2 d’Anjou Eco (les 3 CCI du dept viennent de se regrouper) contient plusieurs articles sur des ets du Net mais surtout un excellent article sur la recherche d’information par internet (qui parle évidemment de web 2.0) avec l’interview d’un maître de conférence, Henri Samier.
    Il est pas encore en ligne sur le site de la CCi (http://www.maineetloire.cci.fr/k...

    Peut être qu’un service est dédié à cette info (avec son propre support) à la CCI de Lyon ?

  5. Je confirme, c’est à peine si l’arobase est un véritable caractère d’imprimerie dans les entreprises de portée régionale, quand au adresses internet , eles ne sont ni plus ni moins qu’un charabia stérile. Les métiers du web et leur valeur ajoutée sont en mal de reconnaissance en France…

  6. Ah ah… la CCI de Lyon et Internet… Je n’oublierai jamais les deux mois que la CCI m’a fait perdre lorsque j’ai souhaité candidater pour le label Novacité. Après de nombreuses heures de présentation (conclusion de nombreux jours de préparation), je me suis finalement entendu dire qu’il y avait conflit d’intérêt car ils avaient déjà vu d’autres boites Internet, et que donc ils ne pouvaient m’aider… : ben oui, un marchand de livres en ligne ou un moteur de recherche (par exemple), c’est L’INTERNET dans les deux cas monsieur, donc c’est pareil. Forcément quand on se sent aidé comme ça par sa CCI…

  7. Même constat que toi sur la CCI d’Amiens, le web est inexistant.
    Il est même déconseillé par les "conseillés" CCI, aux entrepreneurs de créer une société internet puisque trop de sociétés ont coulée avant. "Il vaut mieux vous lancer dans la formation", HALLUCINANT !!!

  8. chavais pas que les cci connaissaient le net ! 😉
    dans les pyrénées orientales, c’est plus ou moins pareil.. par contre, la capeb met bien en place des formations pour l’utilisation et tout le trucs pour le net mais rien d’intéressant (du moins pour moi).. remarque, le seul truc qui pourrait m’intéresser, ils le font pas !
    bon courage mister et bonne aprem

  9. Avant 42Stores, j’ai été 4 ans dans une CCI et je ne peux qu’être d’accord avec toi, globalement.

    Quelques remarques, sachant que toutes les CCI ont des modes de fonctionnement différents, vu qu’elles sont toutes indépendantes les unes des autres : les magazines des CCI sont gérés des journalistes… et les journalistes sont indépendants par nature, et font ce qu’ils veulent ! Si le journaliste ne comprend rien à Internet, il n’en parlera pas !

    Deuxième point, les présidents des CCI sont élus par les chefs d’entreprises locaux. Et donc … par les bouchers, par les boulangers, par les industriels : le monde du web ne représente finalement que très peu d’électeurs.

    Mais dans certaines CCI, des gens ont une vue plus fine que les autres, et on vu qu’internet devenait indispensable pour les entreprises. Du coup, des structures dédiés à l’Internet ont vu le jour (je m’occuperais de l’une d’entre elle), des conseillés spécialisés ont été embauchés, des actions d’accompagnement ont été montés.

    Sans compter que "l’Internet" n’est plus un sujet à la mode : place à l’innovation, et au développement durable. C’est pour ça que j’étais heureux de la nomination d’un secrétaire d’état à l’économie numérique, c’est au moins un signe qui va dans le bon sens (même si nous n’avons toujours pas entendu M. Besson sur le sujet !)

  10. Ne travaillant pas "directement" dans le web 2.0, la lecture de ton article m’a tout de même fait tilt! CCI de Toulouse = même absence et vide sidéral en la matière.

    Peut-être faudra-t-il attendre une CECCIS: Chambre de Ecommerce, Commerce, Industrie et Services…

  11. citron mecanic on

    j’ai pu remarquer également il y a qques temps maintenant ça a peut-être changé, qu’il n’y a pas d’intitulé specifique à l’activité sur internet lorsque l’on s’inscrit à la cci, ça s’incrit toujours dans un sous ensemble d’une dénomination classique

  12. Mon amie téléphonant à la CCI de Mulhouse il y à 6jours :
    – Bonjour, je voudrais en savoir plus sur les systèmes d’accompagnement à la création d’entreprise, je compte me lancer dans le e-commerce
    – Le hiquomerse ?
    – Oui ouvrir une boutique sur internet
    – Ha oui avec l’informatique, je vous passe le service

    – Bonjour ma collègue m’a dit que vous souhaitez figurer sur internet, je vais vous donner le numéros du service commerciale des pages jaunes, ils ont un site internet très visité

    Donc Mulhouse à mettre dans le même sac.

  13. Je me suis "lancé" dans l’internet depuis quelques mois… et ce grâce aux précieuses infos d’une asso fondée en collaboration avec la CCI ardèche. Voici le lien: http://www.cybardeche.fr et je cite ,extrait de leur Newsletter: "Association fondée par : les CCI Nord et Ardèche Méridionale, la Chambre d’Agriculture, la CGPME, le MEDEF et le SIVU des Inforoutes de l’Ardèche et soutenue par l’Europe (Feder objectif 2), la DRIRE et la Région Rhône-Alpes et le Département de l’Ardèche".
    Il y a des départements comme ça qui n’ont pas d’autres choix…

  14. Vu d’Auxerre dans l’Yonne en Bourgogne, c’est également le même calme plat.

    Dans le canard de la CCI (comme toi, installé depuis 6 ans et ‘travailleur du web’, je reçois l’opuscule), peu d’infos web, à part l’auto-promo pour un service que je trouve complètement ‘à côté de la plaque’ qui s’appelle ‘Achat Ville’ : http://www.achat-yonne.com/

    Il y a pourtant des initiatives ‘en région’ :

    http://www.rsi-bourgogne.com/for...
    blogdebourgogne.wordpress…

    Mais elles n’ont pas d’échos dans le ‘Print’…

  15. Bonjour,
    A la CCI Pau Béarn le conseil et l’assistance des entreprises qui ont des projets liés aux nouvelles technologies est réel : site vitrine, ecommerce, webmarketing, GRC, sécurité info, web 2.0 (ouf je me lâche !) sont des secteurs ou nous pouvons proposer un mini-diag pour aider à formaliser les besoins et aider à la rencontre prestataires-clients.
    Quand au papier, régulièrement des articles sur des entreprises et un dossier ecommerce dans un n° http://www.pau.cci.fr/dyna92.htm + article sur second life…
    Nous avons aussi un blog blog.pau.cci.fr/
    Je sais que d’autres CCI sont au top, mais quand je vois vos posts je me dis qu’on est pas mal (et pourtant tant de choses à faire…)!
    Félicitations pour ce blog, j’enregistre tout de suite le flux RSS dans mon agrégateur (si, si on connaît ça à la CCI !)

  16. citron mecanic on

    ben tiens je viens de recevoir le N° d’avril du mag de ma CCI (sarthe) : couverture et dossier spécial : "Internet la nouvelle frontière économique"

    CCI pas autiste par chez nous…

  17. Pingback: Rhône-Alpes à l'assaut du mobile | Presse-Citron

  18. Pingback: Concours Lyon Shop Webdesign : les vainqueurs | Presse-Citron

Répondre