Connect with us

Réseaux sociaux

Le responsable de la sécurité de la Maison Blanche était un troll sur Twitter

Un responsable de la sécurité nationale à la Maison Blanche passait une partie de son temps sur Twitter à insulter les huiles de Washington. Évidemment ça n’a pas plu.

Il y a

le

@NatSecWonk, c’était son petit nom sur Twitter. Ne cherchez pas, le compte a été supprimé (ou en tout cas suspendu) par le site de micro-blogging. Pourquoi ? Son auteur passait une bonne partie de son temps sur le réseau social à insulter le gotha politique de Washington.

Sur Twitter, comme sur la plupart des sites participatifs où l’anonymat est permis, les trolls sont légion. Et finalement plus grand monde ne s’en émeut ni n’y prête une grande attention : on a pris l’habitude de faire avec. Mais quand l’un des plus connus d’entre eux se complait à balancer régulièrement sur les huiles de Washington, révélant même ici où là quelques secrets en provenance directe du cœur de la matrice, à savoir la Maison Blanche, cela commence à faire désordre, voire à poser problème.

Le fameux @NatSecWonk, qui s’était fait une spécialité des attaques ad hominem, y compris sur le physique de ses cibles, vient de l’apprendre à ses dépens, et l’addition est un peu salée : de son vrai nom Jofi Joseph, le supertroll a été récemment démasqué. Problème : le gars en question n’était pas n’importe-qui puisqu’il s’agit tout simplement l’un des responsables de la Sécurité Nationale à la Maison Blanche, et l’un des membres récents des équipes de négociation avec l’Iran. Il avait également occupé précédemment un poste au Département d’État, et avait travaillé pour les sénateurs Casey et Biden. Bref, pas vraiment le premier quidam venu, et pas vraiment l’idée qu’on se fait d’un Twitter Troll, dont le portrait-robot correspondrait davantage à un genre de no-life boutonneux et un peu aigri.

> Lire aussi :  Twitter pense (encore) à un bouton « Edit » pour corriger les fautes de frappe

Les autorités de Washington ont peu prisé l’humour acerbe de Jofi Joseph –  qui se justifiait en affirmant qu’il « disait tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas » dans un esprit de « parodie », et celui-ci a donc été viré sans préavis, autant pour attitude sur Twitter que pour avoir révélé quelques informations confidentielles sur le gouvernement américain.

On ne peut décidément plus faire confiance à personne, même au plus haut sommet de l’état US. Ce n’est pas le portable d’Angela Merkel qui dira le contraire.

Moralité : votre pire ennemi sur Twitter est peut-être votre voisin(e) de bureau.

(source)

 

 

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Marc

    24 octobre 2013 at 14 h 06 min

    mdr, franchement plus rien ne m’étonne ! Les gens ont vraiment rien à faire.

  2. Erdal Gunyar

    24 octobre 2013 at 14 h 35 min

    Petite faute : « Sommet » 🙂

  3. Eric

    24 octobre 2013 at 15 h 12 min

    Corrigé, merci !

  4. coreight

    24 octobre 2013 at 19 h 51 min

    En France les membres du gouvernement se trollent ouvertement les uns les autres par médias interposés, et à visage découvert.
    Ils ne sont vraiment pas en avance ces américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests