Le Safety Check de Facebook activé par une fausse info… ou des pétards

Pendant une heure, le Safety Check demandait aux utilisateurs de Facebook à Bangkok de signaler qu’ils sont en sécurité, suite à une « explosion ».

explosion-a-bangkok

Facebook a-t-il été victime de ses propres algorithmes ? C’est ce que pensent certains médias. Aujourd’hui, à Bangkok, Thaïlande, le numéro un des réseaux sociaux a activé la fonctionnalité Safety Check pendant près d’une heure, alertant les habitants qu’il y avait eu une « explosion » dans la capitale.

Mais cela n’était pas vrai et la fonctionnalité, qui permet aux utilisateurs de Facebook de rassurer leurs amis et proches qu’ils sont en sécurité, a été désactivée vers 22 heures (heure locale), selon The Verge.

Le plus grave est que selon le site d’info américain, cette alerte a été déclenchée par un canular lancé par un site web qui se faisait passer pour la BBC.

Le Safety Check est déclenché par les utilisateurs

Afin d’éviter les polémiques, Facebook a récemment décidé de baser l’activation du Safety Check sur les publications des utilisateurs, au lieu de le faire « manuellement ». Ainsi, si plusieurs personnes publient sur une explosion au même endroit, cela peut y déclencher le Safety Check.

The Verge pense que Facebook a déclenché cette fonctionnalité à Bangkok suite à la propagation d’un canular qui évoquait une explosion. Cependant, The Independent a une autre théorie sur les causes de cette fausse alerte. D’après le média britannique, le Safety Check a été provoqué par un incident mineur qui s’est déroulé lors d’une manifestation à Bangkok : quelqu’un a fait exploser des pétards devant un bâtiment gouvernemental.

En tout cas, quoi qu’il en soit, on peut se dire que tout ne peut être confié aux algorithmes et que l’intervention humaine est encore nécessaire pour des fonctionnalités comme le Safety Check.

D’ailleurs, il est à noter que ce n’est pas la première fois que Facebook se fait avoir par la désinformation. Après que le numéro un des réseaux sociaux ait décidé d’avoir moins recours à l’intervention humaine pour choisir les sujets tendances, il a commencé à relayer des canulars sur cette section du fil d’actualité.


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Ca fait la deuxième fois en 2 jours que j’ai un article sponsorisé sur mon mur pour un site de HOAX totalement ridicule ( whatsupic.com ). Alors qu’ils sont censé lutter contre les fausses informations. Sachant également que la campagne anti-complotiste à été officiellement lancé par le gouvernement avec l’argent publique sans qu’il n’y ait la moindre explication concrète de ce qu’ils appellent site complotiste. Y compris sur le site d’un ami de Donald trump ( breitbart.com ) qui fût pendant une sacrée période visé par tout l’établissement. Même si cela s’avère vrai qu’il y ait des fausses infos sur celui là , personne n’a jugé bon de le démontrer. La définition officielle de ce terme étant  » remise en question de faits prouvé et reconnu de tous « . Alors que 90 % de ce qui circule sur ces sites sont des théorie qui s’opposent à d’autres théorie. ex : c’est l’occident qui finance le terrorisme, les baques ont plus de pouvoir qu’on le dit, la franc maçonnerie s’attaque aux religions, les mesures sociétale LGBT & co sont instrumentalisé. etc… Et ils font même le rapprochement de ce phénomène avec le terrorisme. Comme quoi fréquenter ces sites amènerait au fondamentalisme islamique. A part le déréférencement des sites négationnistes, pour l’instant c’est zéro le résultat de cette campagne. !

  2. C’est comme quand on discute avec les gens, on se rends comptes que tout le monde raconte n’importe quoi, car personne ne vérifie ses sources.. Mais le plus dramatique, c’est que les journalistes aussi vérifient de moins en moins leurs sources.. Et ça donne des problèmes dans le genre de celui ci..

Send this to a friend