Les acteurs du Web ont lancé leur offensive contre le SOPA aujourd’hui

De nombreux acteurs du Web semblent s’être donné le mot aujourd’hui afin de lancer un blackout en réponse au projet de loi du SOPA. De Google à Wikipédia, en passant par Wordpress, la contestation est présente sur tous les fronts.

De nombreux acteurs du Web semblent s’être donné le mot aujourd’hui afin de lancer un blackout en réponse au projet de loi du SOPA. De Google à Wikipédia, en passant par WordPress, la contestation est présente sur tous les fronts.

Internet a aujourd’hui pris une allure bien différente aux États-Unis. Google, ainsi que 67 autres compagnies et sites web ont en effet décidé de mettre en place leur action contre les projets de loi du SOPA (Stop Online Piracy Act) et du PIPA (PROTECT IP Act) aujourd’hui, mercredi 18 janvier.

Le géant de la recherche, plutôt qu’un blackout total de son service (qui aurait plongé l’Amérique dans un chaos incommensurable), a préféré opter pour la censure de son logo et la mise en place d’un lien sur la page principale de son moteur : “S’il-vous-plaît, ne censurez pas le Web !”. Celui-ci renvoie sur une pétition en ligne contre le SOPA et le PIPA. Google.com étant visité par des millions d’utilisateurs chaque jour, il est certain que le message devrait être entendu et sensibiliser de nombreux internautes — dont la plupart n’ont même pas connaissance des projets de loi en cours dans leur pays. Les personnes se trouvant en dehors des États-Unis ne verront pas le logo de la firme censuré, mais pourront néanmoins suivre le lien.

L’action la plus notable aujourd’hui reste cependant celle de Wikipédia. La célèbre encyclopédie en ligne a en effet rendu inaccessible la quasi totalité de son contenu pour sa version anglaise, renvoyant ses visiteurs sur une page noire porteuse du message : “Imaginez un monde sans accès à la connaissance gratuite”. Voici ce que l’on peut alors lire sur le site :

Pendant plus de dix ans, nous avons passé des millions d’heures à construire la plus grande encyclopédie dans l’histoire de l’humanité. En ce moment, le congrès des États-Unis est en train de considérer une loi qui pourrait endommager de manière dramatique l’Internet gratuit et libre tel que nous le connaissons. Pendant 24 heures, afin de sensibiliser la population, nous censurons Wikipedia.

Le service semble néanmoins accessible aux américains via le Web mobile, ou par la désactivation du JavaScript depuis leur navigateur. Pour le fun, je vous conseille de visualiser quelques instants la floppée de tweets qui est en train de tomber au sujet de Wikipédia — beaucoup d’étudiants américains ne pouvant pas travailler leurs devoirs — en suivant la recherche sur Twitter : “wtf wikipedia”.

WordPress suit le mouvement, et finit lui aussi plongé dans le noir le plus total. Il en est de même pour le site d’échange de fichiers torrents The Pirate Bay, et bientôt Reddit (qui devrait être down pendant 12 heures). La Mozilla Foundation va quant à elle changer la page de lancement par défaut de son navigateur, lui attribuant un fond noir et le logo de Firefox sur lequel sera déposé la mention “Arrêtons la censure”. Le développeur de jeu Mojang va mettre hors ligne son site ainsi que ceux des jeux Minecraft et Cobalt.

Le projet de loi du SOPA devrait être voté par le Sénat des États-Unis le 24 janvier. Son passage risquerait de censurer de nombreux contenus en ligne, comme c’est actuellement le cas en Chine. Les moteurs de recherche se verraient ainsi forcés de bloquer l’accès à une grande partie de leurs résultats. 41 organisations pour la défense des droits de l’homme se sont déjà engagées contre les projets du SOPA et du PIPA.

Une chose est sûre, il ne fait pas bon surfer sur le net aujourd’hui en Amérique.


Nos dernières vidéos

24 commentaires

  1. Difficile de croire que cette loi va passer en l’état, c’est bon de savoir que le web peut se mobiliser contre ce type de loi liberticide !

  2. ET partout dans le reste du monde !! Car commele dit Korben si cette loi passe, ça nous affectera tous puisque nous utilisons beaucoup de services basés aux États-Unis (hébergement, noms de domaine, DNS…etc). C’est pourquoi cette lutte contre SOPA est importante.

    Et nous ne devrions pas nous sentir plus à l’aise car avec HADOPI, LOPSI et bientôt l’IPRED au niveau Européen (nouveau projet de filtrage européen qui sont des équivalences de SOPA et PIPA) … Le monde de l’internet entier se dirige vers une censure digne des plus grandes dictatures !

  3. Je suis impressionné et en même temps un peu jaloux de voir ce que là-bas ils font contre SOPA et ce qu’on a pas fait ici contre HADOPI et LOPPSI.

  4. Pingback: Les acteurs du Web ont lancé leur offensive contre le SOPA aujourd’hui – Presse-citron

  5. Merci beaucoup pour cette mise au parfum ! J’espère que nos députés n’auront jamais une telle idée en France ! Ce serait absolument inadmissible !!!

  6. Tout gouvernement a, à un moment donné, la tentation de la censure des infos, surtout quand il sent que l’info lui échape. C’était plus simple quand il suffisait de s’allier avec quelques grands patrons de presse…

  7. C’est impressionnant de voir à quel point tout est chamboulé dès qu’on arrête certains sites internet. Je serait curieux de voir ce qu’il se passerait si Facebook et Google s’y mettaient…

  8. Pingback: Les acteurs du Web ont lancé leur offensive contre le SOPA aujourd’hui | WebGeek et eMarketing | Scoop.it

  9. Vraiment pas le jour pour faire une recherche sur des termes EN. Tous les sites affichent le message. Enfin, sauf les e-commerce….

  10. Les français ont beaucoup moins de courage, à part quelques sites en france, je bien déçu de voir qu’il n’y a pas de mobilisation ici…

  11. Pingback: SOPA, PIPA, et la crainte d’un filtrage du Web à grande échelle – Le Monde

  12. Google ne veut pas bloquer le web. Je rigole bien … surtout ils ne veulent pas perdre de l’argent avec l’adword. Honteux ! Bravo à wikipedia, même le français était très lent.

  13. Pingback: Après SOPA, ACTA : explications et mobilisation

  14. Pingback: Après SOPA, ACTA : explications et mobilisation

  15. Pingback: Actualités du monde - Après SOPA, ACTA : explications et mobilisation

  16. Pingback: L'Encyclopaedia stoppe sa version papier, au profit d'Internet

  17. Pingback: Fin de partie pour la version imprimée de l’Encyclopaedia Britannica

  18. Pingback: Actualités du monde - Fin de partie pour la version imprimée de l’Encyclopaedia Britannica

Send this to a friend