Pour l’homme qui a inspiré « Le Loup de Wall Street », les levées de fonds en bitcoins sont la « plus grande escroquerie jamais vue »

L’ancien banquier qui a inspiré le film « Wolf of Wall Street » prétend que l’engouement actuel pour les ICO est « bien pire que tout ce qu’il faisait. »

le loup de wall street

Jordan Belfort s’y connait un peu en montages financiers douteux qui peuvent vous rendre milliardaire… ou misérable, voire vous conduire directement en prison. Il connait d’autant mieux qu’il fut l’homme qui a inspiré le film Le Loup de Wall Street, incarné à l’écran par Leonardo Di Caprio.

C’est d’ailleurs durant les 22 mois de prison purgées pour escroquerie que Belfort a écrit le bouquin dont allait être tiré le film éponyme. Mais on dirait que le Loup – qui a fait sa fortune dans les années 80/90, avant internet – n’est pas fan des cryptomonnaies et notamment du Bitcoin.

Dans une interview au Financial Times (article payant), Jordan Belfort n’a pas de mots assez durs à l’encontre des ICO. ICO ? Pour ceux qui ne sont pas familiers du monde quelque peu abscons des monnaies virtuelles, une ICO (Initial Coin Offering) est une levée de fonds en Bitcoins ou à l’aide d’une autre cryptomonnaie. Pour faire simple, une startup dépose son projet sur une plateforme dédiée et émet des jetons (tokens) en échange de Bitcoins placés par les investisseurs dans la startup. C’est une sorte de mélange entre financement participatif et spéculation financière.

Le vrai Jordan Belfort

L’ICO, le moyen le plus rapide… et le plus risqué de lever des fonds

Ce moyen de financement extrêmement rapide et qui se passe de tout intermédiaire a le vent en poupe chez certains investisseurs, et de nombreuses startups ont déjà levé des sommes conséquentes de plusieurs millions de dollars en… quelques secondes. Un phénomène qui intéresse également les jeunes pousses françaises : iEx.ec, une dépendance l’Inria spécialisée dans le cloud a levé l’équivalent de 12,5 millions de dollars (2 761 bitcoins et 173 886 ethers) en avril 2017. En quelques heures… Un montant qui a doublé depuis puisque 2 761 bitcoins et 173 886 ethers valent plus de 25 millions de dollars au moment où j’écris ceci.

Mais les ICO, toutes alléchantes qu’elles soient, ne sont pas sans risque. Elle sont même hautement périlleuses selon certains experts du secteur, car elles n’offriraient absolument aucune garantie aux investisseurs. C’est aussi l’avis de Jordan Belfort. Pour lui, les ICO sont « une arnaque gigantesque qui va exploser dans le visage de tant de gens. C’est bien pire que tout ce que je faisais. »

Les ICO sont devenus très populaires cette année, avec plus de 2 milliards de dollars amassés grâce à cette méthode en 2017. Cependant, les autorités chinoises et sud-coréennes les ont interdites, ce qui a valu au Bitcoin un beau gadin en septembre (largement rattrapé depuis) et le régulateur britannique a averti les investisseurs que les ICO sont « à très haut risque ». D’ailleurs une première « charte des ICO » vient d’être publiée par des sociétés européennes, avec pour objectif une auto-régulation du secteur afin de protéger les investisseurs.

Selon Belfort, « Il est probable que 85% des personnes concernées n’ont pas de mauvaises intentions, mais le problème est que si 5 ou 10% essaient de vous arnaquer, c’est un désastre. »

le Loup serait-il devenu agneau ?

Source


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. Ouais enfin les ICO n’ont mis personne au chômage.. Pour 90% des "investisseurs" c’est de spare monnaie des gains des précédentes ICO ou autres investissement en cryptomonnaie.

  2. Les ICO se font dans une majorité écrasante en ETH et les tokens sont déployés sur le réseau Ethereum. Le Bitcoin et ses utilisateurs ne sont pas du tout affilié à ce phénomène des ICO. Merci d’arrêter de nous cracher dessus, on est en 2017, silkroad c’est fini depuis 2013.

  3. ICO: La devise est indépendante du projet de levée de fonds. Non?Ce qui inquiète plus Jordan Belfort, c’est peut-être l’effet disruptif des Cryptomonnaies.
    Cela rappelle les prédictions des docteurs face aux premiers trains: risque de pneumonie. "Nos poumons ne résisteront pas à de telles vitesses."

Répondre