Une ligne de caleçons pacifistes pour sauver des vies

L’ONG Saturday Morning souhaite sensibiliser aux inégalités raciales et sociales grâce à une ligne de caleçons originale.

Un moyen d’expression face aux bavures policières aux États-Unis

Aux États-Unis, les caleçons, plus que de simples sous-vêtements, sont devenus des moyens d’expression pour lutter contre les inégalités raciales et sociales. En effet, avec le mouvement Black Lives Matter, l’élastique de ces boxers ordinaires est marqué par des phrases révoltantes, du genre : « I am not armed, please don’t shoot, I have a family, My life matters, I am a father, We don’t hate… »

Finies donc les inscriptions Calvin Klein ou Armani. Désormais, l’élastique des caleçons est doté d’inscriptions percutantes, plus révoltantes et plus criardes. L’objectif est de contester les actes de violence policière aux États-Unis envers les jeunes habitants des villes américaines, plus exactement à Los Angeles et Chicago.

Caleçons revendicateurs : une idée du collectif Saturday Morning

Pour réduire la violence dans ces villes, le collectif Saturday Morning a lancé un évènement nommé « The police and the community they serve. How do we reduce the violence? ». De nombreux musiciens, artistes et designers ont répondu à l’appel. Après concertation et afin de véhiculer un message de paix et de retour au dialogue, l’idée de caleçon a remporté le vote des participants. D’après les propos du cofondateur de Keith Cartwight, le nombre de meurtres dans les villes américaines a atteint le triste record de 762 actes recensés l’année dernière.

Face à ce constat, l’association a décidé d’utiliser un outil simple mais percutant pour sauver des vies : les caleçons. Chicago est la première cible étant donné que les divergences entre les habitants du sud et la police y sont très importantes. « C’est une idée simple mais puissante. Nous pensons que ces sous-vêtements peuvent potentiellement sauver des vies, en particulier dans une ville comme Chicago où la concentration de la dissidence entre la police et le côté sud de la ville a toujours été très élevée », explique ainsi le cofondateur de l’association Keith Cartwright.

Ces caleçons revendicateurs sont disponibles sur une boutique en ligne. Les bénéfices obtenus seront utilisés pour en offrir aux jeunes habitants des villes américaines qui sont les plus concernées par la violence ; à savoir Los Angeles et Chicago.


Nos dernières vidéos