Une Intelligence Artificielle pour dépister et traiter la maladie d’Alzheimer plus vite

Bientôt, le meilleur moyen de despister la maladie d’Alzheimer sera un boitier composé de capteurs et d’une intelligence artificielle. Grâce à des algorithmes de deep learning, les médecins espèrent aussi mieux comprendre la maladie, et donc mieux la traiter.

Des chercheurs sur la maladie d’Alzheimer misent sur une intelligence artificielle pour déceler les premiers signes de maladie, aussi infimes soit-ils, des années avant que l’entourage d’une personne ne s’en rende compte. Explications.

Il est très difficile de détecter la maladie d’Alzheimer lorsque des personnes en sont aux premiers stades de la maladie. De minimes altérations du cerveau peuvent causer de subtils changements de comportement ou des habitudes de sommeil, des années avant que les personnes extérieures ne commencent à identifier la maladie à cause des pertes récurrentes de mémoire. Des chercheurs pensent que l’intelligence artificielle pourrait reconnaître ces changements très tôt et identifier les personnes à même de développer les formes les plus avancées de la maladie.

Une intelligence Artificielle pour une identification anticipée de la maladie

Cette identification anticipée de la maladie d’Alzheimer permettrait d’identifier les personnes les plus susceptibles de bénéficier de traitement expérimentaux, et ainsi en améliorer l’efficacité. Dans un second temps, les membres de la famille bénéficieraient également de plus de temps pour planifier des soins éventuels.

Comment fonctionne le système ? Un boitier blanc contenant un ensemble de capteurs serait installé dans la chambre d’une personne à risque pour surveiller ses faits et gestes et ses habitudes. Ce dispositif contiendrait également un ordinateur disposant d’un ensemble d’algorithmes pour analyser la personne et poser un diagnostic. Ensuite, ces données seraient stockées et comparées à des modèles types de comportement de personnes atteintes de maladies.

Une étude très précise des effets de la maladie et de son évolution

Mais le dispositif ne s’arrête pas à l’analyse comportementale. Grâce à des capteurs spécifiques, le dispositif est aussi en mesure de surveiller l’activité cérébrale d’un patient en utilisant la tomographie par émission de positrons (PET scan pour « positron emission tomography » en anglais), et donc détecter les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, et même de comprendre ces évolutions au cas par cas. Le travail d’analyse intelligent des algorithmes de deep learning devrait donc aider les médecins à trouver de nouvelles méthodes de (peut-être) soigner la maladie.

« Lorsqu’un radiologue lit un scan, il est impossible de dire si une personne évoluera vers la maladie d’Alzheimer« , dit Pedro Rosa-Neto, neurologue à l’Université McGill à Montréal.

« La maladie d’Alzheimer est un problème qui évolue de manière différente sur chaque patient« , dit P. Murali Doraiswamy, médecin et scientifique de l’Université Duke. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer n’ont pas toutes les mêmes symptômes et certains cas peuvent s’aggraver plus rapidement que d’autres. Les médecins n’ont aucune idée de quels patients resteront stables pendant un certain temps de ceux qui deviendront rapidement instables. « Nous avons donc pensé que la meilleure façon de résoudre ce problème était de laisser une intelligence artificielle le faire« , dit-il.

Faciliter l’utilisation des traitements expérimentaux et en optimiser les résultats

Les sociétés pharmaceutiques sont également intéressées par ces algorithmes de deep learning dans le but de trouver des patients pouvant bénéficier de traitement expérimentaux. L’intelligence artificielle aurait dans ce cas pour mission de trouver le profil de personnes ayant les symptômes correspondant à chaque type de traitement dans une base de donnée regroupant de nombreux dossier médicaux.

Si le système fonctionne, l’avancée serait majeure. À l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen de diagnostiquer rapidement et efficacement la maladie d’Alzheimer. L’utilisation d’un tel système permettra aux médecins de dépister la maladie plus rapidement par anticipation, de mieux en identifier les symptômes, de mieux comprendre son comportement et son évolution, et d’adapter les traitements plus précisément. Autrement dit, les algorithmes de deep learning pourraient jouer un rôle crucial dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies