Même le co-fondateur de WhatsApp a tweeté #DeleteFacebook

Devenu très riche grâce au rachat de WhatsApp par Facebook, Brian Acton a quitté la compagnie en début d’année.

Les choses s’enveniment pour Facebook, qui vit la plus grande crise de son histoire après l’éclatement du « scandale des données ».

Après les révélations selon lesquelles une société d’analyse de données baptisé Cambridge Analytica (qui a aidé Donald Trump) aurait utilisé (sans l’accord de Facebook) les données de millions d’utilisateurs, l’action du réseau social a plongé et de nombreux internautes ont tweeté avec le hashtag #DeleteFacebook pour appeler au boycott de l’application.

Ce à quoi on ne s’attendait pas, c’est que Brian Acton, qui est devenu très riche grâce au rachat de WhatsApp par Facebook, participe également à ce mouvement. « Il est temps. #DeleteFacebook », a-t-il écrit sur Twitter.

Pour rappel, Jan Koum et Brian Acton ont fondé WhatsApp. En 2014, l’application a été rachetée par Facebook pour 19 milliards de dollars.

Jan Koum est toujours chez Facebook. Mais Brian Acton, qui pèse 6,5 milliards de dollars, a décidé de quitter l’entreprise au début de l’année, avant d’investir dans Signal, une alternative à WhatsApp spécialiste du chiffrement et qui met en avant la confidentialité des données.

> Lire aussi :  Facebook a de moins en moins de poids dans le trafic mobile

Pendant ce temps, chez Facebook…

Pendant ce temps, Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, la chef des opérations de Facebook, sont au taquet.

Selon un représentant contacté par The Daily Beast, « Mark, Sheryl et leurs équipes travaillent sans relâche pour connaître tous les faits et prendre les mesures qui s’imposent, car ils comprennent la gravité de ce problème. Toute la compagnie est indignée que nous ayons été trompés. Nous nous engageons à appliquer vigoureusement nos politiques pour protéger l’information des gens et prendrons toutes les mesures nécessaires pour que cela se produise ».


Un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.