Suivez-nous

Business

Microsoft Teams : « la crise est un accélérateur du bureau de demain »

Pour Nadine Yahchouchi et Laurent Camus, qui travaillent au sein de Microsoft, le télétravail se doit d’être accompagné des outils nécessaires pour garantir l’efficacité, la sécurité, et l’accompagnement humain. Entretien.

Il y a

  

le

 
Microsoft Teams
© Presse-citron.net

Depuis que l’épidémie de coronavirus a placé la moitié de la population terrestre en confinement, le monde du travail a dû se réinventer. Il y a eu – dans les mesures sanitaires entraînant une distanciation physique obligatoire – un besoin de se réorganiser de façon subite, et de s’installer dans une plus forte mobilité en entreprise rendue indispensable pour le télétravail.

Cette mobilité a décentralisé les équipes de nos bureaux traditionnels, et passe aujourd’hui par sa première case, notre domicile. À Paris, loin de leurs bureaux respectifs, Nadine Yahchouchi et Laurent Camus se sont entretenus avec Presse-citron par téléphone. Les deux travaillent chez Microsoft France. Nadine y est la directrice de l’entité Microsoft 365, quand Laurent est chef produit de Microsoft Teams. Ces dernières semaines, il ont inscrit la plateforme de collaboration dans la course au marché de la visioconférence à l’instar de Zoom, mais également de Facebook, WhatsApp et Google.

Pour réinventer l’organisation du travail et faire face à des situations inédites comme celle que nous traversons, Microsoft Teams joue la carte de la pluralité de ses outils, tirant sa force dans son expérience de plusieurs années. Mais en face, des jeunes concurrents dépassent les 300 millions d’utilisateurs, et les questions de positionnement et de confidentialité des données se retrouvent au coeur de l’actualité de la tech, et de bien plus encore.

Presse-citron : Avec la crise sanitaire due à l’épidémie de coronavirus, on n’a jamais autant entendu parler des outils de télétravail. Que propose Microsoft Teams, pour nos lecteurs qui n’auraient pas eu l’occasion de travailler avec ?

Nadine Yahchouchi : Microsoft Teams est une plateforme collaborative digitale créée en 2016 et qui s’intègre dans notre pack Microsoft 365. Nous répondons à un besoin actuel de mobilité et d’agilité en entreprise, et notre plateforme permet aux collaborateurs de pouvoir communiquer par chat, appel ou visioconférence. Ils peuvent créer des équipes directement depuis cette interface, se partager et travailler mutuellement des documents techniques, ainsi qu’accéder aux applications qu’utilisent leurs entreprises en parallèle.

Presse-citron : Quelle croissance a connu Microsoft Teams depuis le début de la crise sanitaire due au coronavirus ? Combien d’utilisateurs travaillent avec Teams aujourd’hui ?

Nadine Yahchouchi : Depuis le début de la crise sanitaire, nous nous sommes mobilisés pour les clients, afin qu’ils puissent accéder gratuitement à la plateforme et avoir une continuité dans leur travail. Nous enregistrons plus de 44 millions d’utilisateurs actifs par jour, et nous avons connu une énorme croissance sur la dernière semaine de mars, où plus de 12 millions de nouveaux membres ont rejoint Microsoft Teams. De nouveaux chiffres sur cette croissance devraient d’ailleurs nous arriver bientôt.

Mise à jour : en avril, Microsoft annonce avoir dépassé les 75 millions d’utilisateurs. Le PDG de Microsoft Satya Nadella a révélé cette information dans une conférence téléphonique auprès d’investisseurs le 29 avril 2020.

Nadine Yahchouchi Microsoft

Nadine Yahchouchi est directrice de l’entité Microsoft 365 chez Microsoft France © Microsoft

Presse-citron : Après Zoom, Messenger et WhatsApp, on a vu que les entreprises et les particuliers étaient attirés par les plateformes proposant des visioconférences avec des capacités de 50 personnes. Combien d’utilisateurs maximum peut accueillir Microsoft Teams ? Est-ce qu’il est urgent que ce plafond augmente ?

Laurent Camus : Aujourd’hui, Teams peut accepter jusqu’à 250 membres pour des réunions. Pour le nombre de personnes filmées en visioconférence, nous sommes, pour le moment, limités à 4 membres. Courant mai, nous allons augmenter la limite en allant jusqu’à 9 membres, et peut-être que nous ne nous arrêterons pas là. Pour le moment, je ne suis pas en capacité de vous donner de dates pour la suite.

Il faut garder en tête que Teams est très majoritairement utilisé dans un usage professionnel. Et contrairement à l’usage personnel – où l’on va vouloir faire des apéritifs entre amis où l’on aimerait voir tout le monde – les besoins des professionnels sont différents. Dans des réunions de 15 ou 20 personnes, on va plutôt se concentrer sur deux ou trois personnes principales qui vont discuter. Les besoins ne sont pas les mêmes, et aujourd’hui Teams est utilisé essentiellement dans un usage professionnel.

Presse-citron : Je me permets de rebondir là-dessus. Depuis la sortie de Microsoft 365, qui vient remplacer le précédent pack Office 365, les outils se sont élargis vers les besoins des particuliers tels que l’usage familial. Sur Microsoft Teams, avez-vous des objectifs d’acquisition vers ce public ? 

Laurent Camus : Microsoft Teams est presque essentiellement utilisé dans un usage professionnel, mais nous essayons de nous adresser aux deux catégories : grand public et professionnel. Nous allons aller vers une version plus personnelle de la plateforme, comme ce fut le cas avec Skype, que nous avons décliné en version grand public et en version pour les professionnels. Pour le moment, Microsoft Teams possède uniquement une déclinaison pour les professionnels. Mais nous annonçons qu’une version personnelle de la même application puisse arriver prochainement, et cette nouvelle offre sera appelée Teams for Life.

Laurent Camus Microsoft

Laurent Camus est chef produit de Microsoft Teams chez Microsoft France © Microsoft

Presse-citron : Comment imaginez-vous l’organisation du travail dans cinq ans ? Quels changements ?

Nadine Yahchouchi : La crise du COVID-19 devrait être un accélérateur de ce que l’on a toujours porté sur le « bureau de demain » chez Microsoft. Nous pensons qu’il y aura une place beaucoup plus importante pour tous les outils digitaux. Avec une plus grande utilisation de l’intelligence artificielle afin d’automatiser des tâches à faible valeur et nous aider à trouver de l’information plus rapidement. Il y aura aussi une vraie évolution des compétences managériales et techniques, alors que les prochaines années à venir nous amèneront vers davantage d’outils collaboratifs et de fonctionnalités de visioconférence.

Les compétences humaines seront aussi différentes. Toute la flexibilité et l’autonomie qu’on est en train d’expérimenter aujourd’hui pendant cette période seront accrues plus tard. Il faudra beaucoup plus de qualité d’autodiscipline, de gestion autonome de notre temps de travail et de management des équipes à distance.

Laurent Camus : Cette épidémie du coronavirus et cette surconsommation subite de la plateforme par nos clients ont fait émerger des besoins et des usages nouveaux. Je pense notamment à des besoins dans les hôpitaux, qui nous ont demandé de mettre en place des applications spécifiques face à la crise. Ces nouveaux besoins nous permettent d’adapter notre service aux usages, en mettant automatiquement à disposition ces modifications de notre plateforme pour l’ensemble de nos clients qui auraient les mêmes besoins.

Teams Microsoft

© Microsoft Teams

Presse-citron : Quels seront les enjeux pour répondre aux demandes et aux difficultés du télétravail ?

Nadine Yahchouchi : Je pense qu’il y a deux grands enjeux. Le premier est un enjeu de sécurité. Beaucoup de personnes ont dû faire face à la mise en place du télétravail de manière très rapide. Sauf que cela veut dire que les utilisateurs doivent avoir accès à des informations de leur entreprise à distance, et pour des personnes qui n’étaient pas vraiment préparées, des questions peuvent se poser sur la sûreté de leur manipulation et du partage des fichiers. Maintenant que les choses se sont stabilisées, il faut être capable d’organiser ce télétravail de manière sereine, et donc pérenne.

Le second enjeu concerne la partie de l’accompagnement humain. Pour pouvoir consolider cette nouvelle organisation du travail de manière pérenne, il faut faire en sorte de ne pas oublier le lien humain. C’est une vraie conduite du changement. Maintenant que l’effet de surprise et de précipitation du changement a eu lieu, il faudra se poser la question à savoir comment maintenir le lien humain avec son manager, son équipe, etc. Les personnes devront se poser dans le télétravail s’en oublier le lien humain, en prenant un peu plus le temps maintenant pour imposer des bons modes de fonctionnement qui seront plus pérenne, et qui prendront plus en compte les contraintes personnelles.

Presse-citron : Lundi dernier, Microsoft Teams s’est révélé avoir été victime d’une vulnérabilité, de fin février à mi-mars, puis corrigée le 20 avril. Nous le voyons avec Zoom : la confidentialité et la sécurité sont des éléments indispensables pour la suite. Chez Microsoft Teams, comment travaillez-vous là-dessus ? Est-ce que l’augmentation du nombre d’utilisateurs est synonyme de plus de risques sur la plateforme ?

Laurent Camus : L’avantage est que notre plateforme Teams s’appuie sur des technologies déjà présentes chez Microsoft depuis 2007, pour répondre à des besoins de protection. Nous pouvons prendre comme exemple le partage de fichiers sur OneDrive et Outlook, auxquels nous avons dû travailler pour lutter contre les malwares. Microsoft Teams a donc hérité des briques de sécurité que nous avons développées bien avant, sur nos logiciels de Microsoft 365. Aujourd’hui, nous répondons à toutes les normes de sécurité, et cela de façon native sur Microsoft Teams grâce à Microsoft 365.

Je ne pense pas que les millions d’utilisateurs supplémentaires vont entraîner des problèmes de sécurité. Nous allons loin sur cette partie, et nos technologies nous donnent beaucoup de possibilités de sécurisation. Pour vous donner un exemple, Microsoft Teams permet d’inviter des personnes externes à l’organisation pour pouvoir collaborer. Cette possibilité n’est pas sans risque, car elle donne un accord à quelqu’un d’extérieur à l’entreprise, à se rapprocher de dossiers parfois sensibles. Mais nous avons développé les barrières nécessaires pour que chaque utilisateur ait des accès ou non sur chaque chose partagée par l’espace de l’équipe.

On pense souvent à Microsoft Teams comme un outil de visioconférence, mais il est important de dire que c’est avant tout une plateforme de collaboration, où les données sont aussi partagées par le chat, les réunions, le partage de fichiers, ainsi que l’ensemble de nos autres logiciels bureautiques. Nous avons donc besoin de garantir un maximum de sécurité.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Basilide

    5 juin 2020 at 11 h 41 min

    Remarquable texte bien développé sur MS Teams, pour le Consultant-Formateur « MS 365 » que je suis. Merci pour cette agréable « vulgarisation « . Elle est claire et bien écrite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests