Personne ne veut d’un Windows allégé

La version sans Windows Media Player imposée de façon un peu incohérente par Bruxelles à Microsoft au printemps 2004 fait un bide. Il n’était pas besoin d’être grand clerc, et encore moins commissaire européen pour deviner que ce serait ainsi. Un peu de bon sens suffisait pour imaginer que personne ne voudrait d’un système d’exploitation dépouillé de tout lecteur multimédia dans une période où il n’est question que d’intégration et de simplification, dans laquelle l’ordinateur personnel (et donc Windows pour 95% des utilisateurs) est devenu le point de convergence de tous les loisirs numériques.

La version sans Windows Media Player imposée de façon un peu incohérente par Bruxelles à Microsoft au printemps 2004 fait un bide. Il n’était pas besoin d’être grand clerc, et encore moins commissaire européen pour deviner que ce serait ainsi. Un peu de bon sens suffisait pour imaginer que personne ne voudrait d’un système d’exploitation dépouillé de tout lecteur multimédia dans une période où il n’est question que d’intégration et de simplification, dans laquelle l’ordinateur personnel (et donc Windows pour 95% des utilisateurs) est devenu le point de convergence de tous les loisirs numériques.

J’ai toujours dit tout le mal que je pensais de cette décision stupide, pointant notamment à quel point les eurobureaucrates ne comprennent pas grand-chose aux nouvelles technologies et à l’économie numérique.
D’abord, le fait d’avoir Media player n’a jamais empêché d’installer un autre lecteur sur sa machine : la plupart des internautes dispose également de Real player et de Quicktime (et de Winamp, et de VLC et de…) et tout ce petit monde cohabite sans trop de problèmes.
Ensuite, a-t-on imposé la mise sur le marché d’un Macintosh sans Quicktime, ou encore l’ouverture de l’iPod à tous les formats audio ?
Je ne défends pas Microsoft qui n’est certainement pas exempt de tout reproche, mais j’ai toujours pensé que cette décision était à mon avis la plus ridicule que l’on n’ait jamais prise à l’encontre d’une entreprise privée.
On peut certainement reprocher beaucoup de choses à Bill Gates et crier sa grande détestation de l’empire Microsoft (la majorité des blogs s’en charge très bien), sauf une : avoir simplifié et démocratisé la micro-informatique pour tous (avec Apple peut-être, sauf qu’on ne reproche jamais à Apple ce pourquoi on fait des procès en sorcellerie à Microsoft : son manque d’ouverture et ses formats propriétaires à la con).
Ce genre de décision – qui heureusement démontre son iniquité – contenait quand même de forts relents de retour en arrière.
Sauf que personne ne tenait spécialement à revenir à la préhistoire de l’informatique.
Peut-être aurait-il fallu questionner un peu les utilisateurs avant.


Nos dernières vidéos

5 commentaires

  1. tu t apperçois que dans ta partie les eurobreaucrate ne comprennent rien, c est rigolo je discutais avec une personne d une autre partie que toi et il me disait la meme choses … Et on est tous d accord ce sont les euroburocrates qui son les cancers de toutes les sociétés !!! En partant pourtant je le suppose avec de bonnes intentions … quoi que !!!

  2. Pas trop d’accord pour le player, perso je ne l’utilise pas bcp. S’il est en défaut pour la video, c’est plus par paresse de ne pas avoir associé les extensions de fichier video sur les autres players que j’ai. Par contre, pour tout ce qui est audio, ITunes s’occupe de tout depuis un petit moment déjà…

    Vu qu’en plus pour la video il faut souvent avoir la combo WMP+Real Time+Quick Time, installer en plus ou pas WMP ne change pas grand chose à l’affaire…

    Par contre, d’accord sur les quelques avantages d’un monopole inductriel : ça fait qd meme avancer bcp plus rapidement la recherche sur les produits. Si Microsoft avait été en concurrence "normale", nul doute qu’on en serait encore à windows 98 avec des Pentium II 800 Mhz, étant donné que l’évoltion hardware est liée au software…

    Evidemment, vu qu’aucun systeme n’est parfait, la dérive du monopole sont effectivement les formats propriétaires qui restent au final surtout des enjeux de communication (combien de fois a-t-on du s’entendre dire que "Philips avait inventé le cd" ? Résultat, pour les nouvelles normes DVD, il faudra bientôt deux lecteurs, tout comme les sites marchands de musique en ligne proposent des fichiers non compatibles entre marques de lecteurs cooptées ou non…

  3. Tiens, microsoft a démocratisé la micro ?
    avec le DOS 3,1, je suppose ?
    Allez, on va faire comme le Monsieur de Ricola:
    – Qui c’est qui l’a démocratisé, l’interface graphique qui a vraiment simplifié la micro ?
    – C’est Apple …
    – Et avec quel micro ?
    – Lisa et puis le Mac
    et tous en coeur de chanter à l’unisson:
    Maaaqqqqoessse !

  4. Voui, c’est bien ce que j’ai dit :"…avoir simplifié et démocratisé la micro-informatique pour tous (avec Apple peut-être,…"

  5. Je pense au contraire que la lutte contre l’abus de pouvoir de Microsoft est l’une des seules décisions intelligent (concernant les NTIC) des "eurobureaucrates").
    On n’impose pas de se servir en essence chez chez Elf ou chez Leclerc avec telle marque de voiture. Pourquoi laisser à Microsoft le droit d’user de son quasi monopole sur les OS pour imposer ses applications ? Soit ils proposent les leurs et celles de quelques concurrents dans un Windows (modèle linuxien) soit ils vendent un système nu. On a le droit de choisir les outils qu’on utilise… sans être encombré par des programmes obligatoires, incrusté dans l’OS et impossibles à désinstaller (sauf bidouille d’expert).

    Qui plus est, Windows Media Player ne tient pas la route face à ses concurrents, que l’on préfère l’épure (les libres VLC et Media Player Classic) ou les fonctionnalités.

Répondre