Suivez-nous

Actualités

Mieux vaut ne pas être sensible à l’écologie quand l’on travaille chez Amazon

Amazon a menacé certains de ses employés, alors qu’ils parlaient publiquement de la politique de la société en matière d’impact écologique.

Il y a

  

le

 
Amazon
© Unsplash / Bryan Angelo

Pour les fêtes de fin d’année, Amazon a mené une campagne de recrutement colossale. Pas moins de 250 000 personnes auraient été embauchées par le géant du e-commerce mondial, lui permettant de tenir une cadence très soutenue en matière de ventes, avec des dizaines de millions de produits estampillés Amazon et vendus en l’espace d’un mois.

À ce jour, Amazon compte ainsi plus de 750 000 employés à travers le monde. Mais la société de Jeff Bezos est aussi la reine des licenciements, et de nombreux faits d’actualités ont recensé des restructurations massives, notamment avec l’automatisation de la chaîne.

Aujourd’hui, c’est d’un autre plan de licenciement qu’Amazon doit faire face, dans une affaire tournant quelque peu au scandale. La direction de l’entreprise aurait menacé certains employés de se faire virer, après que ces derniers aient parlé en public de la politique d’Amazon en matière d’impact écologique.

Face à l’urgence climatique, Internet n’est pas durable

Des propos qui auraient dû rester internes selon Amazon

« Comme pour toute politique d’entreprise, les employés peuvent recevoir une notification de notre équipe RH si nous apprenons un cas où une politique n’est pas respectée », déclarait Amazon dans un communiqué de presse, en réponse aux dénonciations de « menaces » qu’elle ferait à certains de ses salariés.

Depuis que Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, a annonçait qu’Amazon allait s’appuyer sur une énergie 100 % renouvelable en 2030, et atteindrait un impact carbone nul en 2040, rien ne va plus. Les employés de l’entreprise se sont rassemblés sous le nom d’Amazon Employees for Climate Justice. Un mois après l’annonce du plan pour le climat d’Amazon, les premières menaces auraient été recensées, explique-t-on dans le Wall Street Journal du 2 janvier dernier.

Selon l’Amazon Employees for Climate Justice, le plan proposé par Amazon serait arrivé bien tardivement, et les négociations auraient été très difficiles pour que les travailleurs puissent se joindre à la grève pour le climat, de septembre dernier. Au sujet des menaces de licenciements, un exemple concret concerne Maren Costa, la responsable du design de l’expérience utilisateur. Maren aurait reçu des menaces de licenciement après qu’elle ait parlé au Washington Post de son activité avec Amazon Employees for Climate Justice. Les faits remonteraient à octobre.

Pour se défendre, Amazon a répliqué en indiquant qu’il s’agissait de plaintes et de campagnes qui devraient plutôt servir à aider directement Amazon, par le biais des canaux internes. Les suggestions d’améliorations seraient les bienvenues, mais gare à ne pas élucider les pensées et les revendications dans le cadre public…

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. truff

    4 janvier 2020 at 12 h 17 min

    Pi en plus quand l’on aura fait des voyages dans l’espace.

  2. Jimmy Cram

    4 janvier 2020 at 13 h 14 min

    étonnant, non ?
    je n’achète et ne propose plus aucun produit en provenance d’Amazon et ça fait déjà quelques temps déjà…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests