Migrer vers le libre : pas si facile que ça ?

Commentaire vu dans Fuzz, que je vous livre brut de pomme : Ne le faites (passer sous Open Office – NDLR) que si vous êtes doués en informatique. je travaille dans une administration locale, on est 500 dont 498 ignares en informatiques. Les 2 informaticiens ont décidés d’adopter open office, depuis c’est le chaos. Le

Commentaire vu dans Fuzz, que je vous livre brut de pomme :
Ne le faites (passer sous Open Office – NDLR) que si vous êtes doués en informatique. je travaille dans une administration locale, on est 500 dont 498 ignares en informatiques. Les 2 informaticiens ont décidés d’adopter open office, depuis c’est le chaos. Le système plante 8 fois par jour, plus personne ne travaille, même les mails ne partent plus. Chômage technique…
Aïe ! Et moi qui disais juste dans le commentaire précédent que j’avais adopté Open Office depuis pas mal de temps. La vache, l’informatique – libre ou pas – c’est JAMAIS simple…


Nos dernières vidéos

15 commentaires

  1. C’est quand même en partie faux. Je suis un adepte du libre. Je suis passé au full libre depuis maintenant 5 mois. Ooo, Debian, Firefox, Thunderbird et autres logiciels libres sont utilisés au quotidien. Preuve que le libre possède un potentiel énorme à exploiter.

    Fonctionner avec Ooo est je trouve tout aussi facile qu’avec Microsoft Office et pourtant, j’ai travaillé des années avec Microsoft Office. Suite bureautique que je respecte tout à fait mais Ooo est libre et gratuit. Une philosophie qui me plaît bien plus. Malgré tout, il ne faut pas nier que la stabilité d’Ooo n’est pas des meilleurs. Quoique je n’en ai jamais eu à me plaindre (Ooo n’a *jamais* planté chez moi, mais il est vrai que je tourne sous Linux et que sous Windows, ce n’est pas du plus au point).

    Voilà mon avis, il vaut ce qu’il vaut bien sûr.

  2. C’est ce que je pense aussi, mais le problème est certainement très différent dans le cas d’une adminsitration ou d’une entreprise avec plusieurs dizaines de postes car un petit problème sur un poste peut se répercuter en cascade sur l’ensemble et là c’est le chaos. Mais ce n’est pas inhérent au libre, l’inverse est vrai aussi.

  3. Vous avez là le commentaire d’un actionnaire de Microsoft. Je vois pas bien le rapport entre le passage à OOo et le plantage de leur système.

  4. Mouais, peut-être. En même temps évitons les raccourcis faciles : les gens qui posent des questions sur le libre ne sont pas tous actionnaires de MS 😉

  5. Faut pas pousser non plus… je doute sérieusement que sur 500 personnes il n’y en ai que deux qui soient capables d’utiliser OpenOffice. Je l’ai installé dans ma famille et il n’y a pas eu le moindre problème, et je peux vous assurer que mon père n’est pas le Schumacher de l’informatique (il a d’autres qualités ;).

    De plus, je ne sais pas d’où ça vient qu’OpenOffice plante plus que Microsoft Office (c’est la première fois que je lis ça).

  6. Idem, je suis sous OpenOffice sous linux, et pour le moment tout marche aussi bien que ms office sous windows.

    En entreprise avec 500 pc, il faut mettre un bon gros serveur et laisser à l’utilisateur un écran et un clavier, comme au bon vieux temps non ? 😉

  7. "plus personne ne travaille" : oui bon on parle bien d’une administration hein non 😉

    "même les mails ne partent plus" : il est fort le OOo quand même pour fermer les ports de mail !

  8. C’est clair que ce commentaire est abusif, quel rapport entre openoffice et les mails qui ne partent plus ?

    D’un autre côté, une migration, ça se prépare et si elle n’a pas été préparée je peux comprendre la colère des personnes à qui on impose des décisions dont ils ne comprennent pas les enjeux et qui leur compliquent la tache.

    En fait, ce n’est absolument pas la faute du produit. Si les employés avaient bossé 10 ans sur openoffice et qu’on leur imposait MS Office, le problème serait exactement le même.

  9. C’est typiquement le commentaire d’un utilisateur lamda. Une chose ne fonctionne pas, ou plus comme avant, et soudain c’est tout le système qui est malade.

    OpenOffice est arrivé et soudain
    – c’est le chaos,
    – les mails ne partent plus,
    – le fond d’écran téléchargé sur un site x ou y ne s’affiche plus comme avant,
    – l’ordinateur fait un "bruit bizarre",
    – le café est froid et Mle Michu du 5ème a attrapé un rhume.

    Les utilisateurs (moi compris) ont une relation tellement bizarre avec leur PC …

  10. Ca serait pas une excuse pour arrêter de bosser ça ? 😛 ( ok elle était facile 😉 ).

    Je rejoins les autres, il est où le lien entre les emails et Open Office ?

  11. Dans mon unité: Service de 20 postes, la moitié passés sous Open Office, personnel pas du tout informaticien. ça couine un peu, des problèmes avec l’usage abusif du multisave en fichiers partagés, mais rien de bien méchant.

    Open Office: OUI ON PEUT Y ALLER.

  12. Jean-Philippe on

    Tout d’abord, bravo pour ce blog et les informations et commentaires qui y sont exposés.

    Ensuite, juste pour apporter ma toute petite expérience, j’ai installé un de mes vieux postes en Linux et j’utilise alternativement les deux systèmes et leurs logiciels associés : aucun souci, ça tourne proprement.

    Ce qui me plaît dans la philosophie (attention, j’emploie des mots dont je ne maîtrise pas toute la signification !!!) du libre, c’est la gratuité et la stabilité, due au fait que les développeurs maintiennent régulièrement leurs logiciels (certes, cela induit des mises à jour plus fréquentes, mais elles permettent d’obtenir ainsi plus vite un correctif, et en plus elle ne coût pas un centime).

    Enfin, et pour revenir au sujet, je préconise la citation de numaQ : "Une migration, ça se prépare !"

    Et puis, je me pose la question suivante : l’article est rédigé par un des "498 ignares en informatique" (je cite). Donc, est-on sûr que le jugement de cette personne sur la compétence de ses deux "informaticiens" eset bien pertinent ?

    En d’autres termes, ces fameux deux "informaticiens" ne sont-ils pas des clowns ?

    Allez, ne voyez dans ce billet que de l’humour, mais tout de même : même si l’informatique est un domaine accessible et plein de promesse, c’est aussi un métier !

Send this to a friend