Suivez-nous

Réseaux sociaux

La moitié des influenceurs pensent que leur métier a un impact négatif sur leur santé mentale

Une étude permet d’en savoir plus sur l’état d’esprit des influenceurs et la manière dont ils perçoivent leur profession.

Il y a

  

le

 
© Amazon

C’est un signal d’alerte dont il va falloir tenir compte. Inzpire.me, une plateforme spécialisée dans le marketing, a mené une large étude auprès de 350 influenceurs ayant une audience mondiale. Il ressort de leur travail un sentiment de mal-être chez ces professionnels. Quasiment la moitié d’entre eux déclarent en effet que leur métier a un impact négatif sur leur santé mentale.

Dans le détail, 32 % des influenceurs affirment avoir une image négative de leur corps. « Pour toute personne travaillant en tant que membre de la profession d’influence ou à ses côtés, ce rapport devrait, espérons-le, servir de signal d’alarme pour en savoir plus sur les problèmes de santé mentale », souligne à Inspire, Marie Mostad d’Inzpire.me.

Un métier très mal connu ?

Les influenceurs disent également souffrir d’un manque de reconnaissance de leur métier. Ainsi, 25 % d’entre eux estiment que leurs parents « ne comprennent pas ce qu’ils font dans la vie ». Cette fracture générationnelle pèse lourd, d’autant que la profession compte beaucoup dans la construction de l’identité d’un individu. Selon Marie Mostad, il conviendrait donc de mieux expliquer ce travail qui n’est pas vraiment nouveau mais se pratique désormais sur les réseaux sociaux.

Il y a aussi un effort de pédagogie à mener auprès du public qui s’imagine assez souvent qu’être influenceur, c’est gagner de l’argent très facilement. L’étude va à contre-courant de cette idée puisqu’il s’avère que 76 % des influenceurs exercent un autre emploi en parrallèle pour subvenir à leurs besoins. Ils consacrent cependant 30 heures par semaine en moyenne à leur activité, ce qui donne des emplois du temps très chargés.

Nous vous parlions récemment de perspectives peu réjouissantes pour les influenceurs. Certains n’hésitent pas à annoncer la fin de l’âge d’or et parlent d’un éclatement prochain de la bulle. Ces derniers font aussi face à la concurrence de plus en plus importante des influenceurs virtuels. Autant de sombres prévisions qui ne vont pas améliorer leur moral.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Dodutils

    22 décembre 2019 at 12 h 01 min

    « C’est un signal d’alerte dont il va falloir tenir compte » je ne vois pas en quoi « on » devrait tenir compte de ça, c’est leur problème, personne ne les force à faire ça, s’ils ne sont pas contents ils n’ont qu’à changer d’activité surtout que pour 76 % d’entre-eux il s’agit d’une activité complémentaire à un autre emploi, en attendant/espérant pouvoir en vivre pleinement un jour comme beaucoup d’autres métiers où il est difficile de se lancer directement sans assurer un minimum de revenus en parallèle.

    « 32 % des influenceurs affirment avoir une image négative de leur corps » que vient faire le corps dans cette histoire ? et si on fait un sondage générale sur la population (en respectant le ratio hommes/femmes) je suppose qu’on doit tomber sur les même chiffres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests