Suivez-nous

Réseaux sociaux

Une étude révèle le boom des influenceurs virtuels sur Instagram

Les modèles générés en 3D suscitent beaucoup plus d’engagement que leurs homologues humains.

Il y a

  

le

 
influenceur virtuel
© Instagram / lilmiquela

Le modèle des influenceurs touche-t-il à sa fin ? C’est en tout cas la question que nous posions récemment au regard des nombreuses critiques dont ces derniers font l’objet. Certains pointent notamment l’achat de faux followers sur des sites spécialisés. D’autres regrettent le manque de sincérité de certaines stars du secteur. Mais le pire semble bien être la baisse des taux d’engagement sur ce type de publication depuis le début d’année.

Une étude menée par Hype Auditor vient apporter une autre mauvaise nouvelle pour les influenceurs. Ils seraient en effet en train de se faire voler la vedette par leurs homologues virtuels. Il s’agit de modèles qui peuvent aller du très réaliste à des caricatures de personnages de jeux vidéo. Le phénomène est massif et le compte de lilmiquela a par exemple 1,8 millions d’abonnés.

Les 18-24 ans sont très friands des influenceurs virtuels

Ces derniers remportent en tout cas un succès qui ne souffre d’aucune contestation : « Les Influenceurs virtuels ont presque trois fois plus d’engagement que les véritables influenceurs. Cela signifie que les abonnés sont plus impliqués dans le contenu des influenceurs virtuels », souligne le rapport. Le danger est donc bel et bien là pour les vedettes d’Instagram car leurs nouveaux rivaux peuvent travailler 24h/24 et ne sont pas rémunérés. Il semble donc difficile pour une marque de résister à une telle offre.

Dans le détail, les 18-24 ans sont les plus susceptibles de s’engager dans une publication avec un influenceur virtuel. L’intérêt des femmes est généralement plus marqué. Autre enseignement de cette étude : les utilisateurs américains apprécient plus ces modèles que les autres internautes.

Comme le souligne Social Media Today, il existe cependant quelques limites au développement des influenceurs virtuels. La principale étant qu’il est difficile de concevoir des modèles de 3D réalistes et que cela coûte cher. Ces techniques ont néanmoins tendance à se démocratiser et la baisse des coûts pourrait inciter de nombreuses entreprises à franchir le pas.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests