My Favorite Places de Google, pour localiser sur Google Maps les endroits favoris des célébrités

« Cities are like people: all have their temperament, their style and their way of facing life. » C’est le mot d’introduction de Paulo Coelho sur sa page My Favorite Places, un nouveau service lancé récemment par Google, qui offre à une poignée de sommités mondiales la possibilité de décrire et surtout de positionner sur une Google

« Cities are like people: all have their temperament, their style and their way of facing life. »

C’est le mot d’introduction de Paulo Coelho sur sa page My Favorite Places, un nouveau service lancé récemment par Google, qui offre à une poignée de sommités mondiales la possibilité de décrire et surtout de positionner sur une Google Map leurs lieux préférés en ce bas monde.

Google My Favorite Places

Villes, spots de surf, lieux de villégiature, bars, restaurants, vous saurez tout sur les petites habitudes d’une certaine jet set, de Al Gore à Tony Hawk, lors de ses déplacements (fréquents) autour de la planète. Et il y a même un français dis-donc, en la personne de Jean-Michel Cousteau, qui ne vous étonnera pas s’il vous dit que la grande majorité de ses lieux favoris sont des îles et… des lacs.

Bien sûr, comme nous sommes chez Google, vous pouvez noter et commenter ces lieux, et utiliser toutes les fonctions habituelles que vous connaissez déjà dans Google Maps.


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. je trouve cette initiative de la part de Google fort décevante. C’est d’un élitisme peu associé à l’image qu’on se fait d’eux….
    Pas d’un grand intéret en tous cas de mon point de vue, je m’en vais de ce pas le tester…

  2. ça va paraître un peu idiot comme réflexion, mais j’ai quand même l’impression que là il y a organisation et même presque édition du contenu alors même que Google vient encore de jurer ses grands dieux je ne sais plus où qu’ils ne voulaient jamais devenir un média (comprendre : produire du contenu)… ils sont quand même un peu éditeur via cette appli, sans compter Youtube mais bon c’est un autre débat.

Répondre