Connect with us

Actualités

Netflix ne voudrait plus être associé au vocabulaire « binge-watching »

Netflix a-t-il décidé de se séparer du binge-watching ?

Il y a

le

Télévision et Binge Watching

Selon la définition de nos amis de Wikipédia, le binge-watching « est la pratique qui consiste à regarder la télévision ou tout autre écran pendant de plus longues périodes de temps que d’habitude, le plus souvent en visionnant à la suite les épisodes d’une même série ». Et lorsqu’on évoque ce vocabulaire anglophone, adopté par les Français, on pense bien évidement à Netflix, qui facilite cette pratique avec son interface.

En 2013, le service de VOD se réjouissait même du fait que la pratique du binge watching est devenue la norme. Et à partir d’un sondage, l’entreprise de Los Gatos donnait sa propre définition. « Une majorité (73 %) définissait le binge watching comme le fait de regarder entre 2 et 6 épisodes d’une même série en une séance », écrivait la plateforme à l’époque. « Et il n’y a pas de culpabilité. Près de trois quart des amateurs de streaming ont déclaré qu’ils ont eu un sentiment positif ».

> Lire aussi :  Chronologie des médias : Netflix pourrait bientôt diffuser des films un peu plus récents

Aujourd’hui, les choses semblent avoir changé. Et Netflix limiterait l’association du terme Binge Watching avec sa marque. C’est du moins ce que révèle l’acteur Guy Pearce, qui joue dans la série The Innocent. D’après Engadget, lors d’une interview avec Empire Film Podcast, l’acteur aurait révélé que Netflix lui a interdit d’utiliser le terme binge watching pour faire la promotion de la nouvelle série.

Et toujours d’après Engadget, une recherche sur Twitter suffirait pour constater que dernièrement, Netflix semble avoir limité l’usage de ce vocabulaire sur les réseaux sociaux.

Pourquoi ?

Si pour le moment, on ne sait pas si Netflix a réellement décidé de ne plus s’associer au terme Binge Watching, on pourrait supposer que l’entreprise a pu prendre cette décision à cause de la connotation négative que ce terme peut avoir.

Par exemple, en France, la Commission générale de terminologie et de néologie (cocorico !) a décidé que la traduction officielle de ce terme en français est « visionnage boulimique », et c’est loin d’être aussi sexy que la version anglophone.

> Lire aussi :  Netflix et les comédies romantiques, une belle histoire d’amour

D’autre part, cette année, l’addiction aux smartphones et aux applications comme Facebook, Instagram… ou Netflix semblent être au cœur des préoccupations des géants du web.

Apple, Google et Facebook ont déjà lancé de nouvelles fonctionnalités qui permettent aux utilisateurs de contrôler et de limiter le temps qu’ils passent sur les produits et les services de ces sociétés.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests