Suivez-nous

Actualités

Netflix, Prime Video, Disney+ : l’Etat veut obliger les SVOD à investir 25% de leurs revenus en France

Franck Riester, ministre de la Culture, veut obliger les plateformes de SVOD (Netflix, Prime Video ou Disney+) à investir 25% de leurs revenus dans la création française. Le but : apporter un équilibre face aux chaînes de télévision.

Il y a

  

le

 
netflix etat creations
© Unsplash / JESHOOTS.COM

Le succès insolent des plateformes de SVOD a alerté les radars du ministre de la Culture. Mardi 14 janvier, Franck Riester recevait les représentants des filières du cinéma et de l’audiovisuel français. Les discussions portaient sur la future réforme de l’audiovisuel visant à revoir le modèle de financement des créations françaises.

Rééquilibrer les forces

Actuellement, les chaînes de télévision doivent reverser 13 à 20% de leur chiffre d’affaires dans les productions françaises. En prime, les réglementations entourant les distributeurs et les annonceurs sont très contraignantes. Les plateformes de SVOD, elles, jouissent de bien plus de libertés.

Le ministre de la Culture souhaite donc rééquilibrer les forces et faire participer Netflix, Amazon ou Disney au financement des productions françaises. Pour cela, il compte s’appuyer sur la directive européenne SMA (Services de médias audiovisuels) qui prévoit depuis décembre 2018 que :

Les fournisseurs de services de médias audiovisuels à la demande doivent veiller à ce que leurs catalogues contiennent une part minimale de 30 % d’œuvres européennes et qu’elles soient suffisamment mises en valeur.

25% des revenus pour la création française

Franck Riester souhaite donc profiter de la réforme de l’audiovisuel pour transposer cette directive dans les réglementations françaises. Il compte demander aux géants du streaming d’investir jusqu’à 25% de leur chiffre d’affaires réalisé en France. Cette nouvelle réglementation fera l’objet de négociations entre l’Etat et les acteurs de ce marché en plein essor.

En décembre 2019, Netflix communiquait quelques chiffres sur ses utilisateurs. La zone Europe/Moyen-Orient/Afrique affichait la plus grosse progression avec 9,5 millions d’abonnés en plus sur les neuf premiers mois de l’année, contre 2,4 millions aux États-Unis et Canada et entre 3,3 et 3,8 millions dans les deux autres zones. Le montant moyen de l’abonnement s’élèvait alors à 10,26 dollars pour un total de 47,3 millions d’abonnés.

Dans une interview à l’Express, Reed Hastings, CEO de Netflix, confiait que la plateforme comptait 6,7 millions d’abonnés en France soit 10% de la population. Le nombre d’utilisateurs est bien plus élevé mais reste inconnu. En effet, Netflix, comme ses concurrents, autorise le partage de compte dans son offre premium (jusqu’à 5 utilisateurs pour une même famille). Et il ne s’agit que de Netflix. En France, les plateformes de SVOD se sont multipliées et de nouveaux acteurs entrent en jeu. Cette année, Apple et Disney lancent leurs services avec des prix agressifs et des productions qui devraient encore détourner les français des chaînes de télévision traditionnelle.

Or, ces géants américains du streaming participent peu à l’économie des pays dans lesquels ils s’installent, notamment grâce à des montages financiers complexes. Avec sa nouvelle réforme, le ministre de la Culture compte donc rebattre les cartes. Les négociations s’annoncent passionnantes.

Netflix
Par : Netflix, Inc.
4.3 / 5
10,0 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. trollolo

    17 janvier 2020 at 16 h 23 min

    mdr ! deja des daubes comme la serie sur sete ou marseille ! ça suffit ! svp pas d’autres daubes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests