Connect with us

Gaming

12 millions de dollars d’amende pour un couple qui diffusait des copies illégales de jeux Nintendo sur internet

Alors qu’une action en justice avait été intentée au l’été dernier, Nintendo a finalement obtenu des deux sites qui partageaient des copies de ses jeux qu’ils payent 12 millions de dollars d’amende.

Il y a

le

Nintendo Super Mario Bros
Super Mario Bros © Nintendo

Propriétés conjointes du couple Mathias, les sites web LoveROMS.com et LoveRETRO.co partageaient de nombreux contenus portant sur Nintendo. Néanmoins, les deux sites diffusaient énormément de ROMs, c’est-à-dire des copies de jeux vidéo destinés à des émulateurs.

Nintendo veut dissuader les plateformes similaires

Au mois de juillet, la société Nintendo a intenté une action en justice contre le couple en indiquant qu’elle ne laisserait pas ce dernier continuer à diffuser des copies de ses jeux. Une plainte a été déposée devant une cour fédérale en Arizona en accusant les deux sites de violation de droits d’auteur. Le couple a rapidement mis ses plateformes hors-ligne, ce qui a entraîné plusieurs propriétaires d’autres sites web à faire de même pour éviter d’être traînés en justice.

Les deux parties ont finalement trouvé un accord afin d’éviter que la procédure judiciaire ne dure trop longtemps. Le couple a accepté de verser la somme de 12 millions de dollars à Nintendo, admettant avoir directement violé les droits d’auteurs de la marque japonaise. Le document judiciaire indique : « Le demandeur [Nintendo] obtient par les présentes un jugement contre tous les défendeurs, conjointement et solidairement, un montant de 12 230 000 dollars ». Une injonction oblige également le couple à céder LoveROMs.com et LoveRETRO.co à la société nipponne.

> Lire aussi :  Droits d'auteur : Nintendo adoucit sa politique concernant le partage de vidéo en ligne

Même si ce montant est énorme, il se pourrait qu’il soit finalement revu à la baisse avant que l’accord définitif ne soit signé. En effet, TorrentFreak suggère que ce chiffre a pu être donné afin de dissuader d’autres plateformes de créer, ou de continuer, une plateforme destinée à des activités similaires.

Pour rappel, cela s’est déjà produit dans le cadre d’une affaire qui opposait la MPAA (Motion Picture Association of America) au site web Hotfile. Le montant annoncé était de 80 millions de dollars, mais ce dernier n’a finalement payé que 4 millions à l’association.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests