Nouvelle économie parallèle

Auparavant dans l’économie, les choses étaient simples : il y avait d’un côté les salariés et de l’autre les entrepreneurs (comprendre entrepreneurs au vrai sens du terme, à ne pas forcément assimiler à « patron »). Même si le phénomène du salarié spécialisé qui arrondit ses fins de mois en proposant ses services en dehors de ses

Auparavant dans l’économie, les choses étaient simples : il y avait d’un côté les salariés et de l’autre les entrepreneurs (comprendre entrepreneurs au vrai sens du terme, à ne pas forcément assimiler à « patron »).

Même si le phénomène du salarié spécialisé qui arrondit ses fins de mois en proposant ses services en dehors de ses heures de travail n’est pas nouveau, l’émergence de l’économie numérique vient un peu redistribuer les cartes et mettre de l’huile dans les rouages en jouant un rôle de facilitant : quiconque possédant une certaine expertise, voire un talent, peut aujourd’hui espérer en tirer de quoi améliorer son ordinaire, financièrement, ou en accédant à des avantages liés à son activité.

Une tendance renforcée par deux deux éléments-clés : le développement des services à la personne d’une part, qui de plus bénéficie de la bienveillance des gouvernements face à ce créneau prometteur et créateur de lien social, et la mise en place du nouveau statut d’auto-entrepreneur d’autre part.

Ainsi, avec à l’économie numérique, grandit sous nos yeux une nouvelle espèce : celle du salarié-entrepreneur. Nombreux sont les employés en entreprise, qui le soir ou le week-end mettent en valeur leur savoir-faire et se transforment en entrepreneurs. Proposant des services à leur voisinage ou relations proches autour de l’informatique, comme de la formation à domicile, du dépannage ou de l’installation de matériel, ils agrandissent leur carnet d’adresses par simple bouche-à-oreille. Et ça fonctionne ! Ce marché est immense et de nombreux prestataires importants et bien installés contribuent déjà à son organisation. Mais il y a toujours de la place pour des services de proximité assurés par des individus indépendants: il n’est de concept plus solide que celui qui émerge spontanément d’un besoin simple visant à faciliter la vie quotidienne, et pour lequel un particulier, même peu fortuné, est prêt à débourser une petite somme. Demandez donc au retraité qui s’est pris la tête plusieurs jours durant avec l’installation de sa Freebox ou le mode d’emploi de son nouveau caméscope ce qu’il en pense.

Certains objecteront que le salarié-entrepreneur est une plaie pour l’économie car il tire les prix du marché vers le bas, et constitue une concurrence déloyale aux « vrais » entrepreneurs. Je suis bien placé pour le savoir car je l’ai vécu fréquemment, mais justement je ne le pense pas. Si le créneau est laissé vacant c’est qu’il n’intéresse pas les entreprises, ou que celles-ci n’ont pas su l’adresser. D’autres diront que le fait de cumuler emploi et petits boulots est symptomatique d’une société où travailler ne suffit plus pour gagner correctement sa vie, et que salarié-entrepreneur est un terme fleuri qui masque une réalité moins glamour : celle du travailleur pauvre. Je le mentionne pour tenter d’être complet et de faire d’avance pièce à ce type d’argument, mais vous aurez compris que je ne souscris pas à cette vision des choses. Nous parlons ici de personnes qui ont cette double activité de façon délibérée, ce qui reste encore probablement un phénomène marginal.

D’ailleurs, nous parlons de services lucratifs, mais l’argent n’est pas nécessairement l’unique motivation : ce n’est pas à vous que j’apprendrai que l’économie numérique ouvre un vaste champ d’investigation. Entre blogs, réseaux sociaux, e-commerce et autres, il existe de nombreuses possibilités d’élargir un peu son horizon sans que ceci passe obligatoirement par la case rémunération. Ainsi, si tel blogueur adoptera le statut d’auto-entrepreneur pour enfin légaliser et régulariser les quelques revenus publicitaires générés par son site, tel autre se satisfera parfaitement d’être reconnu comme pertinent sur une thématique. Ce qui lui vaudra, même sans que sa prose n’attire une audience gigantesque, d’être régulièrement invité à des conférences, salons et évènements. Rencontrer du monde, voyager, tester des nouveautés, et accessoirement déguster des petits fours et du champagne à l’œil sont des plaisirs qui – s’ils ne remplissent pas le portefeuille –  rendent quand même la vie un peu plus agréable, non ?

Une sorte de rémunération de l’esprit. Nous revenons toujours à cette notion de plaisir et de satisfaction. Personnelle et professionnelle.


Nos dernières vidéos

19 commentaires

  1. je fais entre autre dans mon travail de la formation informatique à destination des personnes agées. Ils sont très demandeurs, mais la demande est gigantesque en ce qui concerne l’aide à la personne dans ce secteur. Pour le moment je le fais en dépannage mais je pense sérieusement a arrondir mes fins de mois de cette manière. Et tu as raison, on ne tire pas les prix du marché vers le bas, après tout, les entreprises auraient du s’en préoccuper plus tot. Et tant qu’ils ne feront pas de manuels clairs dans l’informatique, les aides a domicile auront de beaux jours devant eux.
    Sans parler de ces abrutis de vendeurs qui étalent leur misérable science dans les rayons de grandes surfaces plutot que réellement conseiller les gens. Pas facile de passer en qqs jours du rayon cafetière au rayon informatique.

  2. Hello,

    Tu renvois dans ce billet vers un article (lien: je l’ai vécu fréquemment) qui est lui même une suite (lien: ce billet) mais le lien « ce billet » renvoie sur ta home donc on ne peux pas remonter le fil jusqu’au début…

    Je sais je suis pénible mais j’aime bien les débuts d’histoires 😉

  3. Bonne question : Qu’est-ce-qui nous motive à passer du temps à créer, proposer, développer ses idées sur le web ?
    Je dirais qu’il y en a au moins 3 :
    – Motivation financière
    – Motivation de partage, d’échange au sein d’une communauté
    – Motivation de se créer une « personnal brandings », sa signature internet

    (chez moi c’est cette dernière qui prévaut 🙂 )

  4. C’est vrai que les prix sont tirés vers le bas avec les AE, mais quelles assurances à t’on à travailler avec un AE plutot qu’un professionnel de la profession (qui paye des assurances spécifiques). En même temps pour de petites taches (sans grand risque) les AE semblent la solution. Et vu le succés du status c’est qu’il y’a une forte demande, donc bon courage au nouveau salarié-entreprenneur 😀

  5. Eric

    @Coquette
    je sais, mais impossible de retrouver l’article original, les url ont changé depuis le passage sous WordPress et comme j’ai 2 billets avec le même titre je ne retrouve pas l’autre, je mettrai le lien quand je l’aurai retrouvé

  6. Tu parles de « personnes qui ont cette double activité de façon délibérée » mais on doit aussi parler des autres : nombre d’auto-entrepreneur seront d’anciens chômeurs qui auront choisi cette voie par défaut (il suffit de lire les questions sur les forums parlant de ce statut) et peu auront un niveau activité qui pourra leur fournir un revenu digne de ce nom. Ce seront de fait des travailleurs pauvres et ils seront nombreux.
    A votre avis les auto-entrepreneurs sans activité seront-ils comptabilisés dans les chiffres du chômage?

  7. En 1997 quand j’ai commencé à faire des sites webs, il y avait cette énergie GRATUITE qui consistait à donner des infos et de construire un web culturel, « non commercial »… l’utopie a vite déchanté, mais il reste encore quelques dinosaures… wikipedia, dmoz. Ce que je veux dire, c’est que trop de gens veulent faire leur blog ou site pour gagner de l’argent sur des thèmes qu’ils ne connaissent pas (je pense au domaine du casino en l’occurrence), le web fourmille de ces sites inutiles qui devraient finir à la poubelle, aux informations erronnées voire induisant en erreur les internautes. Certains devraient commencer sur le web en parlant de leur passion (jazz, modélisme, whatever), c’est déjà très gratifiant d’avoir des commentaires, de rencontrer des passionnés, l’argent viendra après, peut-être… ok, je suis utopiste aussi peut être

    @ Eric : Enfin, je trouve que ce post est un peu la suite d’un post précédent, où tu comparais les revenus adsense des blogeurs americains et les tiens, dans le sens où tu parles de gagner de l’argent sur le web (et hop je rajoute une couche de mots cles), et apparement les pubs google suivent sur le sujet, je te souhaite que les revenus aussi.

  8. Le succès de l’auto enrtepreneur est je pense également du à la peur du fisc.
    N’oublions pas que ce statut a été créé pour enrayer le travail dissimulé des vendeurs eBay, PriceMinister et autre.
    Après certains y trouvent leur compte pour arrondir les fins de mois. Certaines femmes au foyers en profitent pour faire rentrer un peu d’argent en confectionnant des objets (déco, bijoux, etc…). Bref y’a un peu de tout (je parle de raison) pour choisir ce statut.

    Mais il y a aussi un problème plus large, c’est l’amateurisme. L’auto entrepreneur n’est qu’un reflet de l’économie numérique de ces dernières années. Le nombre de pseudo vendeurs, qui ne connaissent pas le web et font mal leur métier c’est hallucinant.
    Ce statut encourage n’importe qui à faire n’importe quoi.
    Je suis volontairement pessimiste dans ce message pour savoir ce que vous en pensez.

  9. Déjà quand on joue à GH ou RB personne ne se dit qu’il joue de la guitare ou de la batterie. En suite si tu veux faire d’un instrument jamais tu ne penseras à GH ou RB. Je suis grateux à mes heures perdu et quand je joue à Rb c’est pour rigoler entre amis et jouer des titres que je ne joue pas sur ma gratte.
    Un truc intéressant c’est que ces jeux permettent à des public de 10 20 ans d’écouter du Satriani, Who, Rolling Stone, Billy Idol, etc… D’ailleurs je trouve que la play liste GH world tour est quand même hyper élitiste. Quasiment aucun titre récent de rock de djeuns (Slipknot, Fall Out Boy, etc..)

  10. Pingback: Nouvelle économie parallèle | dOOmOney

  11. Le statut d’auto entrepreneur à été crée pour que le fisc puisse récupéré une partie du chiffre d’affaire lié à cette économie.
    Ces revenus étant compliqué à déclarer auparavant. Cependant il y aura toujours un moyen de contourner ce point (ex: création de plusieurs compte sur E-bay,…)

  12. Pingback: Empléo | Assistance informatique, formation, Internet à domicile | Var

  13. Pingback: Le nouveau statut d’auto-entrepreneur dope la création d’entreprises | dOOmOney

  14. Je trouve que faire baisser les prix de manière globale est bon pour les clients et consommateurs, et participe au bonheur global
    Quant au statut d’auto-entrepreneur ils avaient oublié de préciser qu’il y aurait une taxe sur le coin du bureau sur lequel l’ordi était posé ^^

  15. Getting online car insurance is simple. If you are looking for a new auto insurance company, you can search arbitrarily and pray that the results you get are what you are looking for. If you happen to already have insurance with a firm you trust, just go to their website.

Répondre