Suivez-nous

Tech

Le patron de Huawei assure qu’il « préférerait mourir » que de collaborer avec les autorités chinoises

Le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a déclaré qu’il respectait les données personnelles de ses utilisateurs au point qu’il « préfèrerait mourir » plutôt que d’avoir à les partager avec le gouvernement chinois. De quoi tenter de rassurer les utilisateurs du groupe chinois.

Il y a

le

Huawei P30 Pro Ecran
© Presse-citron.net

Voilà quelques semaines que Huawei est confronté à d’importantes difficultés, au point que le gouvernement américain a ordonné à Google de mettre fin à la licence Android du groupe chinois. Si la décision n’est pas définitive, la situation de ce dernier s’est aggravée au fil des semaines et risque d’être complexe durant encore longtemps avant d’espérer un retour à la normale.

Huawei veut rassurer (et s’inspirer d’Apple)

C’est dans ce contexte que le patron de Huawei tente de rassurer les utilisateurs de ses appareils, assurant qu’il ne partagerait jamais les données personnelles de ces derniers avec le gouvernement chinois.

En effet, c’est lors d’une récente interview accordée au Financial Times que le fondateur de Huawei s’est exprimé sur le sujet. Ren Zhengfei a alors affirmé à propos d’une potentielle collaboration avec les autorités chinoises : « Nous ne ferons jamais une chose pareille. Si je l’avais fait une seule fois, les États-Unis auraient des preuves à répandre dans le monde entier. Les 170 pays et régions dans lesquels nous opérons actuellement cesseraient d’acheter nos produits et notre entreprise s’effondrerait […] Après ça, qui paierait les dettes que nous avons ? Nos employés sont tous très compétents. Ils démissionneraient et créeraient leur propre entreprise, me laissant seul pour rembourser nos dettes. Je préférerait mourir ».

Lors de cette interview, le patron de Huawei a de nouveau fait référence à Apple en indiquant que la firme américaine était son exemple lorsqu’il s’agissait de la protection des données personnelles des utilisateurs. La référence à la marque à la pomme est symbolique en ce que cette dernière a déjà refusé de collaborer avec le gouvernement américain lorsque celui-ci le lui a demandé. Après la fusillade de San Bernardino en 2015, le FBI a effectivement demandé à Apple de lui donner accès au contenu de l’iPhone du suspect principal. Néanmoins, cette dernière aurait refusé au nom de la protection des données personnelles de ses clients, obligeant les autorités à trouver une autre solution.

Il y a quelques mois, Huawei avait déjà déclaré qu’il s’inspirait d’Apple lorsqu’il s’agissait de la protection de la vie privée, déclarant que la firme était « un exemple » et qu’il voulait « apprendre » d’elle.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests