Pendant que le café chauffe

D’accord, bloguer est une activité qui s’affranchit de toutes contraintes de temps et d’espace.Bien sûr, on blogue surtout et d’abord comme on peut, quand on peut et où on peut.En plus du reste, en plus de son travail, en plus de ses autres activités. Sans règles, ni Dieu, ni maître, tout ça. Mon chat n’est

D’accord, bloguer est une activité qui s’affranchit de toutes contraintes de temps et d’espace.
Bien sûr, on blogue surtout et d’abord comme on peut, quand on peut et où on peut.
En plus du reste, en plus de son travail, en plus de ses autres activités.
Sans règles, ni Dieu, ni maître, tout ça.

Tranquille le chat
Mon chat n’est pas mort, il dort.

N’empêche : chacun a quand même ses moments privilégiés.
Pour moi par exemple, c’est le matin, tôt, voire très tôt.
Je ne me lasserai jamais de cette fameuse magie du petit matin, entre cinq heures et sept heures, quand le jour lui-même n’est pas levé, quand la boulangerie en bas de chez moi distille encore dans la rue ses odeurs de bon pain chaud, quand même les rotatives cybernétiques de Twitter et Skype sont encore plongées dans une étonnante léthargie silencieuse et bienfaitrice, quand vous êtes vous-même encore un peu frileux d’avoir quitté vos draps chauds et que le café ne l’est pas encore.
Quand même le chat dort à griffes fermées (en ronflant, le con)…
Vous aviez remarqué que les écrivains, les scénaristes, les auteurs, prétendent toujours trouver leur meilleure inspiration entre cinq et neuf heures ?
Loin de moi l’idée de me prendre pour un futur Goncourt, loin de moi l’idée de me prévaloir d’une quelconque "inspiration", mais le blog étant aussi un travail d’écriture, une chose est sûre : le calme et les idées claires du petit matin sont propices à un travail efficace et productif, quelques heures précieuses qui valent probablement le double de celles du reste de la journée.
Bien sûr je ne prétends pas qu’il soit facile de s’arracher du pays des rêves au beau milieu de la nuit (je ne le fais pas tous les jours non plus hein et j’apprécie aussi de m’offrir quelques grasses matinées), bien sûr je sais que le geek moyen est davantage un couche-tard qu’un lève-tôt, mais ce plaisir privilégié de se retrouver un peu seul avec soi-même entre chien et loup a cette saveur unique des moments volés au temps.
Pendant que le café chauffe.
Avant les tartines.


Nos dernières vidéos

33 commentaires

  1. Pareil 🙂

    Je découvre les joies du petit-moyen matin… Je prépare le thé pour ma chérie, pis j’ai tout mon temps… D’autres roupilleraient, moi j’y prends goût!

  2. Tu devrais lire Philippe Delerm, notamment son magnifique "La première gorgée de bière". Les petits plaisirs de la vie décortiqués avec des mots simples, justes, parfaits…

    Ton post m’y fait penser.

  3. Beaucoup d’écrivains disent trouver l’inspiration tôt le matin et d’autres grâce à leur chat. Je vois que tu mets toutes les chances de ton côté pour obtenir un contenu de qualité !
    Bel effort ! (de ta part, pas de celle du chat visiblement…)

  4. Personnelement, je suis plus productif le soir (à condition que j’arrive à rester en mode "travail")
    Quand je suis le dernier à quitter l’open space au travail, il n’y a pas un bruit, pas un téléphone qui sonne, rien ! Et là, meme plus besoin d’avoir le casque sur les oreilles avec du Craig Amstrong pour se concentrer… tout se passe bien 🙂

  5. J’adore définitivement ces petites pétites en forme de parenthèse dans ce blog majoritairement techno.
    Merci Eric !

  6. Je me mets petit à petit à me réveiller un peu plus tôt, un jour, peut-être, arriverais-je à être productif entre 5h et 7h… en tout cas ton billet donne envie :). (je n’aurais malheureusement pas droit à l’odeur du bon pain chaud émanant de la boulangerie)

  7. Quand j’arrive à me lever tôt, c’est vrai que c’est que du bonheur, et que ça m’inspire. Mais bon, étant insomniaque (au sens médical du terme), ce n’est pas bien souvent que je peux profiter du calme du petit matin…

  8. moi c’est dans le bruit que je trouve l’inspiration… avec l’odeur du café dans le nez… mais cela dit, il est intéressant de lire ces petites tranches de vies, qui font du web un truc un peu moins froid et plus convivial. On oublie trop souvent que à l’autre bout, il y a un humain, fait de chair et de sang..
    Awesome!

  9. Moi je préfère la tranche 4h 6h, quand la ville est encore endormie, qu’il n’y a pas de bruits et qu’on entend les oiseaux dehors qui réveillent les chats et qu’ils peuvent pas s’empêcher d’être énervé… foutu piafs tiens…

  10. Quand j’étais insomniaque j’étais debout malgré moi vers 5h-7h du matin. J’étais productive, genre je faisais le ménage ou bien je lisais de gros bouquins ! Je me souviens que j’étais contente de pouvoir faire plus de choses en une journée mais bon je suis bien contente de redormir 09h de suite 🙂

  11. Tiens, pareil. Et je suis justement en train d’écrire sur ces "petits moments littéraires". Les grands esprits se rencontrent.

    J’ai du mal à écrire tard. A partir de midi, pour moi, c’est inutile – La journée est pour ainsi dire terminée.

    Ecrire le matin, c’est être un peu seul sur Terre. L’après-midi est faite pour aller humer dehors l’air et l’inspiration – Ailleurs.

    Et pour bloguer, quel que soit le sujet, c’est pareil.
    Ah non, sauf quand un sujet comme celui-là [ tinyurl.com/3nztsr ] m’empêche de me livrer à une activité normale tant que je n’ai pas écrit, hurlé, ragé, incendié.
    Mais ça, finalement, c’est simplement une petite urgence.

    PS : Je veux ton chat.

  12. Perso.. moi c’est la journée à mes heures libres… mais c’est plutôt la nuit où je suis la plus productive (bonne geek ? ;)). Le calme, quand plus personne n’est là, heures avancées. Le matin j’ai du mal, mais je sais comme tous les noctambules qui se respectent, que ceux qui aiment le calme de la nuit avancée, aiment aussi les aubes apaisantes 😉 après c’est juste une question d’horloge biologique 🙂

  13. Personnellement, j’adore me lever très tot le matin mais vu que je n’arrive jamais à me coucher tôt le soir (toujours un bug à demerdouiller) ca n’arrive que le samedi et dimanche matin.

    En plus, moi j’aime pas le café, j’ai pas de McDo en bas de chez moi, ni de café, ni rien en fait… donc ca motive pas.

  14. Je crois qu’on écrit surtout au calme. Pour moi c’est plutôt la nuit… 🙂 D’ailleurs il est assez fréquent que je passe le relai aux couches-tôts (François grand chef indien, si tu passes par là…)

  15. Humpf, oui, moi aussi j’aimerais bien pouvoir avoir du temps pour moi le matin… Seulement, il y a un petit gnome de 1 an qui se met à pialler entre 6h30 et 7 h, le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi, le samedi et pas d’abstinence le dimanche (une grasse quoi ? je sais plus ce que c’est…). Et quand je me lève à cette heure, pensez pas avoir le temps de cliquer, ben non, il y a biberon puis gazougazou…
    Alors se lever encore plus tôt ? pas fou non ? surtout que c’est prendre le risque de reveiller encore plus tôt le petit gnome ou sa soeur, et alors là ne pensez même plus à pouvoir taper du texte avec un doigt.

    Bloggeur, ce serait pas un truc de célib ?
    PS : celà dit il y a le plaisir de ces moments là qu’aucun blogage ne saurait remplacer. On verra plus tard.

  16. Même si j’apprécie beaucoup les articles ciblés web etc. je crois qu’aucuns n’ont cette saveur particulière que les tranches de vies décrites à travers les billets de ce type. Simplement, j’adore. Merci!

  17. Bonjour…
    le matin??? non merci… je suis architecte (mais une VRAIE architecte, non une "architecte informaticienne!!) donc pour moi la nuit est LE moment d’inspiration…
    Trop mignon "el gatito" !!!

  18. Pingback: Home sweet home | Presse-Citron

Répondre