Piqûres : les seringues bientôt remplacées par des lasers ?

Des chercheurs de l’université de Corée du Sud de Séoul travaillent actuellement sur un système qui pourrait à terme remplacer les aiguilles de seringues par un rayon laser.

Si vous faites partie de ceux qui font un arrêt cardiaque à la simple vue d’une seringue, voici une nouvelle qui va peut-être vous rassurer : l’université de Corée du Sud de Séoul travaille actuellement sur un système qui pourrait à terme remplacer les aiguilles par un rayon laser.

Le laser pourrait permettre d’envoyer un flux sous haute pression sous l’épiderme dans un rayon de la circonférence d’un cheveu et l’opération serait totalement indolore. Le jet serait capable d’injecter un médicament sans aucune trace sur la peau.

La pression du jet conduit par le rayon laser est supérieure à la résistance du tissu de la peau, ce qui permet d’injecter le liquide médical sous la peau. Les chercheurs travaillent également sur le moyen de produire des seringues-laser à bas coût afin de pouvoir les utiliser dans des campagnes de vaccination.

seringue laser

Un projet qui n’est pas sans rappeler celui du MIT à base d’un flux ciblé surpuissant qui traverse l’épiderme à la vitesse du son. L’idée est toujours la même : supprimer le supplice des piqûres pour tout ceux qui ont la phobie des aiguilles. Reste à savoir si la sensation de se faire littéralement transpercer par un laser ou un jet à haute pression ne risque pas d’éveiller d’autres peurs.

(source)

 


Nos dernières vidéos

15 commentaires

  1. Ce que l’article ne mentionne pas c’est aussi les avantages sanitaires. Le risque avec les seringues est la transmission de maladie, obligeant à une rigueur en terme d’hygiène et une précaution sur la qualité des seringues. Un laser ne créant pas de blessure (enfin celui d’après l’article) contrairement à une seringue qui laisse une ouverture très fine dans l’épiderme pendant quelques heures, ça peut aussi contribuer à diminuer très fortement les risques d’infections. Quant aux craintes sur le laser, elles sont effectivement justifier : la crainte de la brûlure, de la douleur, ne disparaîtront pas de sitôt.

  2. Excellent…je ne suis pas particulièrement « chochote » pour les piqûres, mais ça va faire fureur quand ça va sortir si c’est indolore. Après ouep…c’est sûrement déplacer la peur ^^

  3. L’idée est intéressante et en plus d’éliminer la douleur, il y a pas mal de retombée sanitaires ! Je pense notamment aux hépatites et au VIH encore transmis par des aiguilles souillées… Une vraie révolution médicale si cela se démocratise !

  4. Sympa aussi pour d’autres utilisations, genre espionnage si tu veux te débarrasser de quelqu’un, le coup du parapluie sans trace…

  5. Effectivement la suppression des risques sanitaire me semble le plus grand avantage de cette technologie, reste à voir l’effet que fait un laser.

    Par contre ce serait plutôt Université Nationale de Séoul en Corée du Sud que « université de Corée du Sud de Séoul ».

  6. C’est très bien pour les nombreuses raisons évoquées plus haut mais ce qui est inquiétant c’est qu’il n’y a qu’un pas vers l’administration forcée et incontrôlable de substances.

    La seringue a l’avantage d’être évidente et donc quelqu’un de non consentant sera forcément averti qu’il va être ou a été piqué. Avec ces procédés qui nous dit que l’on ne pourra pas nous injecter quelque chose dans la rue ou en touchant une poignée de porte par exemple ?

  7. Je ne vois pas pourquoi ils changent les piqures par des lasers tout devient laser de nos jours je trouve cela bizarre et puis je ne pense pas non plus que le laser ne fasse pas mal du tout je pense que la douleur est le même

  8. C’est juste énorme ! A terme on peut même imaginer que ce système pourrait être utilisé pour les perfusions et en regardant encore plus loin pour les médicaments qui réclament la pose d’un cathéter, ce qui pourrait éviter bien des douleurs aux patients.

  9. ce serait un énore progrès pour tous les diabétiques insulino dépendant dont le ventre et les cuisses sont des passoires plus ou noins endolories.

Répondre