Pokémon GO : le comportement de certains joueurs coûte cher

Phénomène de l’été 2016, le jeu Pokémon Go aurait causé des millions de dollars de dégâts. Pire encore, 31 blessés et 2 morts ont été comptabilisés par les deux économistes à l’origine de cette étude.

Pokémon GO

« Death by Pokémon GO », un constat alarmant

À moins d’avoir été coupé d’internet durant l’été 2016, difficile d’être passé à côté du phénomène Pokémon GO. Le jeu de Niantic a battu des records avant que le soufflet ne retombe aussi vite qu’il était monté. Toutefois, le jeu a su conserver une communauté de fidèles et Pokémon GO poursuit son petit bonhomme de chemin avec de nombreux événements et annonces.

Malheureusement tout n’est pas rose pour le jeu de Niantic, comme le démontre l’étude Death by Pokémon GO. Menée par les économistes John McConnel et Mara Faccio, l’étude s’intéresse au comportement des joueurs et plus particulièrement à ceux qui conduisent tout en jouant à Pokemon GO.

Malgré les mises en garde et recommandations de Niantic, de nombreux joueurs ont un comportement à risque et les conséquences peuvent être très graves. Les deux économistes de l’Université Purdue ont relevé que le jeu est à l’origine d’« une augmentation disproportionnée des accidents de la route et des dommages associés aux véhicules, des blessures corporelles et des décès dans les environs des sites, appelés PokéStops, où les utilisateurs peuvent jouer au jeu en conduisant ».

Pour arriver à une telle conclusion, Mara Faccio et John McConnel ont analysé les rapports d’accidents qui se sont déroulés dans le comté de Tippecanoe (Indiana) dans les 148 jours suivants la sortie du jeu (entre le 6 juillet 2016 et le 30 novembre 2016).

Dans leur étude, publiée le 21 novembre, ils constatent que 286 accidents supplémentaires se sont produits après la sortie du jeu. Au total, Pokémon GO serait responsable d’une hausse de 47% des accidents de la route à l’échelle du comté.

L’étude indique également qu’une grande partie de ces accidents ont eu lieu aux abords des Pokéstops, 134 accidents se sont déroulés près de ces endroits stratégiques. En revanche, les abords des Gymnases sont beaucoup moins touchés, les joueurs ne pouvant pas y jouer tout en conduisant.

La conclusion de cette étude ? Jouer ou conduire, il faut choisir

Au total et selon les estimations des deux économistes, Pokémon GO a causé 500 000 dollars de dommages matériels, rien que dans le comté de Tippecanoe. Outre les dégâts matériels, l’étude révèle surtout que 31 blessés et 2 morts seraient directement liés à ce jeu.

Pour les deux chercheurs, Pokémon GO a coûté très cher à ce comté de l’état de l’Indiana puisqu’ils estiment que le fait de jouer au volant et les incidents qui en résultent ont coûté entre 5,2 et 25,5 millions de dollars* en seulement 148 jours.

Des chiffres impressionnants, mais l’on parle ici d’un seul comté. Pour mieux comprendre l’ampleur des dégâts causés par le jeu, les deux chercheurs ont décidé d’extrapoler ces chiffres à l’ensemble des Etats-Unis.

On arrive alors à 145 632 accidents, 29 370 blessés et 256 décès. Les dégâts résultant de l’utilisation de Pokémon GO sont estimés entre 2 et 7,3 milliards. À noter que nous relatons ici les conclusions des deux économistes et que ces données sont purement spéculatives.

Les jeux vidéos « ont bon dos »

De notre côté, les résultats de cette étude nous ont paru suffisamment intéressants pour que l’on décide de vous les relayer, mais l’on se permet quand même d’apporter une précision. Le jeu de Niantic n’est en rien responsable de ces accidents, le développeur multiplie d’ailleurs les messages de prévention lors du lancement de l’application et fait tout pour empêcher les joueurs d’utiliser le jeu en voiture.

Néanmoins, certains passent outre ces recommandations, quitte à se mettre en danger et mettre en danger de la vie d’autrui.

Inutile donc de pointer du doigt le jeu de Niantic et les jeux vidéos en général. Quel que soit l’usage, on rappellera que le fait d’utiliser son smartphone/téléphone portable au volant multiplie par 3 le risque d’accident.

*l’étude précise que cette fourchette est en grande partie attribuable à la valeur qu’on donne aux vies des deux personnes disparues


Nos dernières vidéos

Répondre