Portraits d’influenceurs : Alexandre Calvez, le Do It Yourself pour tous

Adepte de Do It Yourself, Alexandre Calvez rassemble à ce jour plus de 744 000 abonnés sur sa chaine YouTube.

Alexandre Calvez

Au commencement, Alexandre a lancé son blog en 2014. Cette année là, il se consacre principalement à des vidéos lifestyle sur « un peu tout et n’importe quoi ». Quand il commence à poster des vidéos sur YouTube, sa chaine s’intéresse principalement à ces thématiques. Puis il réfléchit à se focaliser sur une thématique « plus précise », dans l’idée de ne prendre qu’une seule voie mais de la prendre très bien. Il se focalise donc sur la thématique des tests que sa communauté apprécie, après avoir fait quelques vidéos de ce type comme la découverte d’un crayon 3D, il décide de continuer sur la même lancée en créant, en juin 2016, le format qu’il appelle « Crash Test », un concept qui consiste à tester des produits afin de voir si ceux-ci répondent vraiment à leur promesse. Par la même occasion, il prend la décision de créer son décor « de A à Z » : un mur de briques et quelques accessoires posés au bon endroit.

Originaire de Bretagne, Alexandre est aussi sur Instagram, réseau sur lequel il comptabilise plus de 147.000 abonnés à ce jour. Sur la plateforme ainsi que sur Facebook, il a récemment commencé un nouveau format baptisé « Capsule », mis en ligne tous les mercredis à 19h. Un contenu plus court, coloré et musical dans lequel il présente quelques uns de ses Do It Yourself, qui définit des objets à créer soi-même, à l’exemple de cette récente vidéo qui mentionne le fluide non-newtonien. Âgé de 23 ans, il s’est aussi consacré à la thématique Unboxing, un concept de box à thématiques « jardin, cuisine… ». Une fois par mois, il découvre et fait découvrir des objets qu’il décrit comme « design, très beaux, ou utiles ».

Après un Bac Littéraire option Arts, il arrête ses études pour se concentrer sur la création de sa startup. Si le projet n’aboutit finalement pas à ce qu’il souhaite, il se lance néanmoins à son compte. Aujourd’hui, il vit de son activité et de ses vidéos. À propos de ses collaborations, il cite Tastemade, une entreprise qui l’a contacté trois mois après le lancement de son concept Crash Test. Nous sommes en 2016 et Snapchat lance la fonctionnalité Discover en France. La société recherche des jeunes vidéastes pour lancer son concept en France et le ton d’Alexandre leur plait. Pour une fois, parler de cuisine ne sera pas aussi sérieux que cela a pu l’être par le passé. Il mentionne aussi une collaboration sur Fun Radio aux cotés de Marion et Anne-So : des chroniques de tests en direct. Pour les partenariats du moment, il cite la marque « Henkel et ses produits Pattex ou Loctite ».

Concernant sa communauté, il marque leur relation du mot « respect ». Il se veut transparent en ce qui concerne les partenariats ou ce qu’il pense des produits. Pour cela, il veut que « sa chaine soit basée sur l’honnêteté », sinon ça ne fonctionne pas. D’un naturel plutôt discrèt, il explique aussi qu’il est là pour « partager ses créations et non sa vie privée ». Il fait clairement partie de ceux qui préfèrent séparer les deux pour qu’on l’apprécie « pour ce qu’il fait et non pour ce qu’il est ». Ses abonnés, 50% femmes et 50% hommes ont un âge moyen de 23 ans. Plus globalement, les viewers se situent entre 15 et 30 ans, ce qui inclut des jeunes ou des jeunes adultes, des millennials. Enjoué, il explique être content qu’il n’y ait « pas de décalage entre ce qu’il fait, ce qu’il est et sa communauté ».

format capsule Alexandre calvez

Créer du contenu « ludique et pédagogique »

Pour ce qui lui plait le plus, il indique en vrac « créer, découvrir, transformer… », en somme « créer des contenus ludiques et pédagogiques ». À propos des difficultés il explique directement avoir du mal à « satisfaire tout le monde » dans le sens où il aimerait répondre à tout le monde après les vidéos. Étayer des points précis, confirmer une impression… Ce n’est pas évident à faire puisqu’il est tout seul à assurer ce qu’il appelle en riant le « service après vente ». Pour avoir un autre moyen d’interagir avec sa communauté, il a récemment mis en place un chatbot qui envoie les liens vers les dernières vidéos, mais qui répond aussi aux questions.

Dans ses projets, il explique qu’il travaille à la refonte de son blog pour « centraliser les informations ». De cette façon, plus besoin de se balader de réseaux en réseaux, le blog rassemblera là tout ce qu’il fait. Il évoque aussi la sortie d’un nouveau format YouTube. S’il n’en dit pas plus, il explique qu’il aura besoin d’un studio sur Paris, ville dans laquelle il se rend de temps en temps, pour mener son projet à bien.

À propos de son processus de création, Alexandre à des semaines plutôt bien réglées. Les trois premiers jours de la semaine sont faits de « paperasse », de commandes de matériel et de préparation à sa prochaine vidéo. Le jeudi, il tourne, une activité qui lui prend beaucoup de temps puisqu’il veut que ses mots soient accessibles et compréhensibles par tous. Quand au vendredi et au samedi, il se consacre au montage. Plutôt clairvoyant sur l’un de ses traits de caractère, il sourit en expliquant être perfectionniste. Lors du tournage, il peut arriver que la caméra posée sur son trépied se baisse légèrement à cause du poids et du temps. C’est le genre de détails qu’il règle durant le montage « au pixel près ». Le dimanche, il passe une partie de son temps à faire la miniature de la vidéo, un point « très important », avant de mettre cette dernière en ligne et de répondre aux commentaires.

D’ailleurs, son rythme est d’une vidéo par semaine, « tous les dimanches à 19 heures ». Si c’est le dimanche soir, c’est pour combler ce fameux blues que beaucoup partagent. Il aime ce rendez-vous durant lequel, il l’espère, les internautes se détendent avant de reprendre leur semaine. Finalement, Alexandre fait partie de ces purs créatifs qui aiment à peaufiner leur travail jusqu’à atteindre un résultat qui sera exactement comme ils l’ont voulu.

Vous êtes influenceuse ou influenceur avec au moins 10.000 followers sur Instagram, YouTube ou Twitter, et vous souhaitez figurer dans cette rubrique ? Contactez-nous.


Un commentaire

Répondre