Portraits d’influenceurs : Audrey-Laure Skopinski, le voyage façon green

Avec une communauté de bientôt 23 000 abonnés sur Instagram, Audrey-Laure Skopinski s’intéresse au voyage, à la nature et au sport extérieur.

Audrey-Laure Skopinski

À l’origine, c’est le format blog qui plait tout de suite à Audrey-Laure. En 2005, elle est en année d’Erasmus quand elle voit des amis venant de tout pays commencer un blog. Népalais, autrichiens ou espagnols, mais surtout informaticiens en formation, ils se lancent dans un blog pour avoir un moyen facile de « raconter à leur famille et à leurs amis » ce qu’ils font. Tout de suite, elle apprécie beaucoup le média et se lance sur le support en 2005.

Depuis, elle n’a jamais arrêté.

Si elle se décrit comme étant « mobile » et adepte de destinations de voyage ou de vie, il en est de même avec ses blogs. Elle déambule de blog en blog pour finalement prendre un domaine à son nom qu’elle souhaite professionnaliser avec le temps. À 32 ans, elle explique aimer particulièrement écrire sur le support pour y « partager des carnets de vie, de route ». Green mais pas donneuse de leçons, elle aime raconter les voyages, la nature et le sport à sa façon.

Originaire de Grenoble, elle a suivi une licence Langues Étrangères Appliquées anglais italien. C’est durant la troisième année qu’elle a pris des bagages pour les poser dans la ville d’Oxford, Angleterre, et commencé à écrire en ligne. Elle revient pour enchainer sur un master de Management et Commerce International avec une spécialisation tourisme qu’elle termine en 2008 par un stage à La Réunion. Si elle décroche ensuite un CDI lié à ses études à Marseille, un autre domaine l’attire déjà : le webmarketing.

Sans expérience professionnelle dans le secteur, elle se lance, met en avant son blog et son apprentissage autonome du web. Elle se rend compte que son intérêt pour les nouvelles technologies et le support qui lui tient à cœur lui ont « permis d’aller plus loin ». Cela finit par payer puisqu’elle travaille aujourd’hui en tant que responsable webmarketing dans une franchise en immobilier. Si elle se lance sur Instagram, c’est entre autres parce qu’elle a vu sa stagiaire, actuellement influenceuse, faire sa place sur le réseau et s’y plaire. Elle commence il y a un peu plus de deux ans de façon « un peu éparpillée » puis professionnalise son utilisation du réseau peu à peu. Sur le réseau, elle partage ce qui lui plait, les voyages et les expériences, son attrait pour les sports en extérieur comme la course à pied et la randonnée.

Aujourd’hui à environ 22 600 abonnés, Audrey-Laure confirme « vraiment accrocher avec Instagram ». Pour ce qui est de sa communauté, elle décrit une parité homme femme à 50% ainsi qu’une majorité d’adultes âgés de 25 à 34 ans. S’en suivent les utilisateurs âgés de 18 à 24 ans et ceux de 35 à 44 ans.

Audrey-Laure Skopinski

Objectif entrepreneuriat ?

Si elle est actuellement salariée, l’aventure de l’entrepreneuriat l’attire. Elle en eu a un aperçu puisqu’elle a déjà tenté l’expérience il y a quelques temps, et l’idée de s’y remettre lui plait. Le fait de « gérer son temps comme elle veut », et pourquoi pas faire une ballade l’après-midi avant de s’y remettre le soir jusque tard l’attire. Qui sait, le projet sera peut-être pour les années à venir.

Actuellement, elle ne vit pas encore de son activité bien qu’elle en tire déjà quelques revenus. Elle sent qu’elle prend une voie de plus en plus professionnelle et souhaite consacrer plus de temps à son blog. Elle explique d’ailleurs que le plus difficile est certainement « le manque de temps ». Elle mentionne aussi la difficulté de faire comprendre son activité à ses proches, et se sent parfois obligée de se justifier auprès de ses amis et de ses lecteurs. Concernant ce qui lui plaît le plus, c’est certainement « partager, transmettre » des valeurs et des contenus auprès de ceux qui y sont réceptifs. Pour ce qui est de ses valeurs, elle cite en vrac « l’ouverture d’esprit, le respect de l’autre et de l’environnement, ainsi que la liberté d’expression ».

Dans ses objectifs, elle vise 50 000 abonnés avant la fin de l’année, mais surtout le fait de chercher – et de trouver – des entreprises avec qui elle souhaiterait collaborer. Dans ce qui lui plairait, elle cite les thèmes liés aux équipements sportifs ou les prestataires de tourisme. Dans la même veine, elle diversifie un peu en mentionnant son expérience avec Wonderbox, avec qui elle est allée tester une box pour finalement leur faire un retour privé ainsi qu’un article sur son blog. La chose lui a plu. Nul doute que le voyage qu’elle commence en tant qu’influenceuse portera ses fruits.

Vous êtes influenceuse ou influenceur avec au moins 10.000 followers sur Instagram, YouTube ou Twitter, et vous souhaitez figurer dans cette rubrique ? Contactez-nous.


Commenter