Connect with us
bouygues bouygues

Internet

Portraits d’influenceurs : Soraya Khireddine, définitivement média et influence

Fondatrice du média Influenth et consultante en stratégie d’influence, Soraya Khireddine s’intéresse aussi de près aux réseaux sociaux et à leurs mécanismes.

Il y a

le

Soraya Khireddine

Soraya Khireddine

Au profil définitivement entrepreneur, Soraya s’intéresse particulièrement aux médias et au secteur de l’influence. Alors qu’elle est en quatrième année à l’école de journalisme de Science Po, elle cofonde MinuteBuzz la même année, média dans lequel elle restera un peu plus de deux ans en tant que directrice de la rédaction. Elle continue ensuite à faire ses armes chez Melty comme manager de la rédaction en 2011, puis en tant que business developper pour Studio Bagel, jusqu’à ce que le collectif soit racheté par Canal+. Elle a finalement monté son propre média Influenth il y a « un peu moins de deux ans ». À côté de sa plateforme, elle a aussi créé sa SAS en tant que consultante en stratégie d’influence. Si son CV sous-entend de nombreuses compétences, sa voix assurée ne fait que les confirmer.

Originaire de Lille, elle a définitivement posé ses valises à Paris après avoir vécu dans quelques villes du monde. Si elle a lancé Influenth, c’est par « envie d’avoir une marque représentative de son activité » de consultante. Après avoir hésité à lancer un simple site vitrine, elle explique qu’elle souhaitait avoir « une autorité sur le sujet » tout en créant un média à destination des influenceurs et des marques. Avec une équipe de rédaction et un rythme de publication allant de 5 à 10 articles par jour, le média cumule aujourd’hui 250 000 à 300 000 visiteurs uniques par mois. Concernant les sujets, ils sont toujours professionnels, traitent de l’actualité des acteurs de l’influence au travers d’interviews, de news ou de nouveaux profils. Elle précise qu’elle n’est pas là pour raconter la vie personnelle des influenceurs et autres YouTubers, mais pour offrir une visibilité professionnelle aux influenceurs et sensibiliser les agences et les annonceurs à la professionnalisation du secteur.

Concernant Instagram, réseau sur lequel elle poste de temps en temps, elle explique s’en servir comme d’un outil de travail qui lui permet aussi de passer de l’autre coté du miroir et de mieux comprendre les influenceurs. La possibilité aussi de conserver une « double casquette » et d’appréhender les nouveaux usages sur le plateforme.

> Lire aussi :  Le PDG de Salesforce s'offre l'un des plus prestigieux titres de la presse magazine

Aujourd’hui âgée de 30 ans, elle partage son temps entre des agences, comme Marcel, « à 80%, et les annonceurs à 20% ». Si elle explique que beaucoup perçoivent encore l’influence comme une nébuleuse, elle souhaite participer à tirer le secteur vers le haut. Une raison qui justifie aussi du fait qu’Influenth ne mentionne pas la vie privée des influenceurs.

De l’importance des objectifs pour avancer

À propos de ce que Soraya aime le plus, elle cite en vrac le fait que « ça ne soit jamais la même chose, côtoyer le talent ou encore la liberté ». Elle s’anime en parlant de ces influenceurs talentueux avec qui elle travaille régulièrement et qui ne cessent de la surprendre. Concernant l’idée de la liberté, elle se laisse aller à évoquer 12 goals, un projet qui consiste à se fixer douze objectifs par an et en réaliser un par mois. Une ambition qui lui a valu de prendre le temps d’apprendre le brésilien pour présenter ses voeux de 2018 dans cette langue. Cela lui permet de se fixer des objectifs et d’avancer, à la façon d’une bucket list un peu plus organisée. Concernant ce qui est le plus difficile, elle parle surtout de ses efforts pour déconnecter et accepter de « manquer des choses ». Elle tente malgré tout de prendre de la distance par rapport à ces parasites que peuvent devenir les notifications sur mobile.

Culture Web

Un livre pour comprendre la génération internet

Outre Influenth et son activité de consultante, elle a aussi travaillé sur un livre prévu pour février, Culture Web, 200 mots pour comprendre la génération internet. Pour comprendre l’origine du projet, il faut revenir en 2016. À l’époque, elle se lance le challenge d’une version papier de son média et le magazine « cartonne ». Suite à quoi des maisons d’édition la contactent dans le projet de travailler sur un livre avec elle. Si elle n’a pas d’idée tout de suite, Soraya se rappelle de plusieurs moments clefs de cette période. Elle revoit sa mère lui demander quel était son job, ayant retenu qu’elle « travaillait dans l’internet ». Elle a aussi pour souvenir ces « prez’ et reco’ » durant lesquelles certains annonceurs ne saisissent pas tous les mots de la culture web. Le projet est lancé : un dictionnaire de la culture web pour « parler le millennial ». La dernière de couverture mélange les mots « askip, flood, unfollow, postbad » et bien d’autres du même type. Présentant différents niveaux de lecture, certains initiés y verront quelques blagues cachées entre les lignes.

> Lire aussi :  Le PDG de Salesforce s'offre l'un des plus prestigieux titres de la presse magazine

Concernant ses projets, elle aimerait ajouter de la vidéo et ouvrir la ligne éditoriale d’Influenth au B2B. Bien qu’elle hésite encore pour le format vidéo, l’aspect B2B consisterait en des interviews de différents annonceurs, toujours en s’axant vers l’influence. Elle aimerait aussi faire évoluer le média pour proposer des fiches professionnelles accompagnées « de quelques photos, des activités et des collaborations en cours » des influenceurs. Si ces derniers pourront facilement mettre à jour leur fiche, il faudra que celle-ci passe par une étape de validation pour vérifier la fiabilité des informations.

Finalement, 2018 s’annonce comme une année, encore, pleine de projets et de pédagogie sur l’influence et ses leviers. En tout cas, le futur se fera certainement dans l’envie et la volonté d’aller toujours plus haut.

Vous êtes influenceuse ou influenceur avec au moins 10.000 followers sur Instagram, YouTube ou Twitter, et vous souhaitez figurer dans cette rubrique ? Contactez-nous.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Dieumerci Sakoshi

    11 février 2018 at 5 h 39 min

    Félicitation Madame, Vous Étez Gentielle, Mais N’a Quells Technologie Vous Fairez Vous Vous Avec Une Intelligence Commouça!, Courageux Encore, Je T’aime, Tu Est Belle Femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests