Suivez-nous

Tech

Pour une mort économique et écologique, ces startups ont des solutions

Plutôt que des funérailles classiques, la tech crée de nouvelles possibilités posthumes, en proposant des alternatives aux enterrements et incinérations.

Il y a

  

le

 
enterrement innovation
© Unsplash / Mayron Oliveira

S’il existe un « marché » pour lequel tout le monde sera un jour client, c’est celui de la mort.

Et comme, définitivement, la tech est partout, elle s’invite même sur le marché des services posthumes. De nombreuses startups voient le jour, avec un lot de possibilités croissant. Les stratégies de chacune sont très variées, allant d’un intérêt écologique et économique, pour donner à la mort d’un proche une façon personnalisée de lui dire au revoir.

A son tour, la banque va devoir opérer son virage écologique

Des alternatives aux funérailles traditionnelles

Un décès coûte cher. Au Royaume-Uni, une étude de la compagnie d’assurance SunLife vient de révéler cette semaine que les frais moyens pour une famille en 2019 s’élevaient à 9 493 £, soit plus de 11 000 euros. Au fil du temps, les dépenses n’ont jamais baissé, et l’étude soulève d’ailleurs qu’une augmentation de 3,1 % a été constatée en seulement douze mois, du fait de la hausse du coût des enterrements.

De ce constat, différentes startups souhaitent faire leur place, sur un marché qui rapporte plus de 2 milliards de livres par an au Royaume-Uni. Partout dans le monde, de nouvelles propositions viennent concurrencer les traditionnelles funérailles. Certaines souhaitent par exemple se montrer compétitives, avec des tarifs en nette réduction. On peut ainsi voir fleurir des comparateurs de prix, et des offres aux tarifs réduits grâce à des structures entièrement numérisées.

eternal reefs enterrement

Les startups veulent proposer des alternatives écologiques aux enterrements traditionnels © Eternal Reefs

Mais la plupart des nouvelles propositions à prix réduit conjuguent leur offre avec une sensibilité écologique. La startup Coeio par exemple, propose des costumes fait à base d’organismes de types champignons, pour dégrader les différentes toxines que le corps aurait sinon relâchées dans le sol. Cette startup créée par un ancien diplômé du MIT connaît une autre alternative semblable. Pour seulement 95 pounds, un carton biodégradable vient concurrencer les vieux cercueils en bois, qui mettent plus de 50 ans à se décomposer, et qui sont très coûteux.

L’impact écologique n’est pas meilleur quand il s’agit également d’incinération. Selon la Funeral Consumers Alliance, plus de 246 240 tonnes de dioxyde de carbone sont libérées chaque année au Royaume-Uni en raison de la crémation. L’équivalent de plus de 41 000 voitures en circulation. Bien que cela ne règle pas le problème de l’incinération en tant que telle, la startup Eternal Reefs propose d’envelopper les cendres dans un béton naturel mélangé aux cendres, pour ensuite envoyer cette « boule de récif » au fond de l’océan, et permettre aux plantes de s’y développer.

Mais la palme de l’offre la plus économique et écologique revient certainement à l’entreprise américaine Recompose. Son offre propose de revenir aux bases, avec un enterrement dans un bac à composte de forme similaire à un cercueil. Sa proposition consiste à recréer un « sol », après plusieurs années, que les familles pourront par la suite récupérer chez elles.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests