Suivez-nous

Sciences

Et si la pollution de l’air était une gigantesque source d’électricité ?

Deux chercheurs ont mis au point un système captant le dioxyde de carbone pour en faire de l’électricité. Leur technologie ne serait pas si chère et difficile à produire.

Il y a

  

le

 
CO2 electricite
© Unsplash / Jackson Jost

Il s’agit d’une « méthode de traitement chimique standard », qui n’aurait même pas besoin d’être produite en laboratoire. Voilà ce qu’il en ressort de la publication des travaux de Sahag Voskian, ancien doctorant au MIT, et du diplômé en génie chimique T. Alan Hatton dans la revue Energy and Environmental Science. Les deux scientifiques ont mis au point une nouvelle technique de production d’électricité, basée sur la récupération du dioxyde de carbone ambiant. Leurs travaux pourraient se concrétiser très rapidement, alors que le chemin vers la commercialisation de leur méthode n’est plus très long.

Pour pouvoir tirer de l’électricité de l’un des principaux gaz à effet de serre, les deux chercheurs ont mis au point des électrodes chargées, censées réagir et effectuer une réaction électrochimique une fois en contact avec du dioxyde de carbone. Le système est annoncé comme très éco-énergétique, notamment car il pourrait fonctionner à température ambiante, sans réclamer une consommation d’électricité trop importante.

L’urgence climatique est proche d’une caractéristique des extinctions massives

Une production d’électricité par captage du dioxyde de carbone

Le principe est plutôt simple à comprendre. Dans une chambre où l’air de l’extérieur est capté, plusieurs plaques pouvant presque être aussi fines que des feuilles de papier sont installées. Sur leur surface, des électrodes viennent faire réagir le dioxyde de carbone présent dans l’air, et une réaction électrochimique en découle.

electrode co2 electricite

© MIT

Une fois la réaction chimique effectuée, l’air est ensuite expulsé. Mais pour utiliser le système en continu, mieux vaut-il avoir au moins deux chambres, fonctionnant de façon alternative. Lorsque l’une des deux capte l’air extérieur, l’autre est en phase d’expiration. Un moyen de pouvoir par exemple utiliser le système à la sortie des centrales d’électricité fonctionnant au charbon.

L’impact écologique du système est aussi bon à prendre pour les productions d’eau gazeuse (le dioxyde de carbone relâché peut être traité pour ressortir pur), mais également pour les grandes réserves de serre, où les agriculteurs ont besoin de produire du dioxyde de carbone pour alimenter les plantes.

La couche d’ozone va bien mieux selon la NASA, sauf que…

Une technologie en phase d’être démocratisée ?

« Le procédé utilisé par ce système pour capter et libérer le dioxyde de carbone est révolutionnaire », n’hésitait pas à dire Sahag Voskian, le chercheur du MIT. « Tout cela dans des conditions ambiantes – il n’y a pas besoin d’apport thermique, de pression ou chimique. C’est juste ces feuilles très fines, avec les deux surfaces actives, qui peuvent être empilées dans une boîte et connectées à une source d’électricité » ajoutait l’homme, dans la revue Energy and Environmental Science.

La méthode développée par les deux scientifiques est –il faut dire– loin d’être un fantasme de laboratoire. Le procédé pourrait même être rapidement démocratisé, du fait de la simplicité de sa production, une fois que les derniers problèmes et obstacles seront résolus (notamment sur la fiabilité à long terme).

CO2 electricite

© MIT

Finalement, le coût de production devrait être très bas dès la commercialisation de la technologie, indiquent les deux scientifiques. On parle de seulement quelques dizaines de dollars le mètre carré d’électrodes.

« Les électrodes elles-mêmes peuvent être fabriquées par des méthodes de traitement chimique standard. Aujourd’hui, cela se fait en laboratoire, mais il est possible de les adapter pour qu’ils puissent être fabriqués en grandes quantités grâce à un procédé de fabrication de rouleau à rouleau semblable à celui d’une presse à journaux », expliquait M. Voskian.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Guyguy

    14 novembre 2019 at 8 h 26 min

    C’est pathétique comme article. Une mauvaise traduction avec des énormités, le tout sur un ton marketing stupide.
    On dirait que ça a été rédigé par un stagiaire de troisième.

    • Quid?

      15 novembre 2019 at 13 h 42 min

      L’article est incompréhensible.
      S’agit-il de créer de l’électricité via une réaction type oxydo-reduction ou de déclencher la captation du carbone grâce à une source d’électricité supplémentaire ? Il me semble que les deux sont évoqués…

  2. jm

    14 novembre 2019 at 8 h 49 min

    Et où vont les molécules de C ?

    • DTC

      14 novembre 2019 at 10 h 56 min

      DTC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests