Suivez-nous

Internet

L’Allemagne veut bloquer la fusion de Messenger, Instagram et WhatsApp

Le mois dernier, le Mark Zuckerberg a dévoilé son projet d’intégration des plateformes de messagerie Instagram, Messenger et WhatsApp. De son côté, l’Allemagne souhaite limiter la collecte de données de Facebook sur des applications et services tiers.

Il y a

le

Facebook veut regrouper les données de Messenger, Instagram et WhatsApp

Le 25 janvier, Mike Isaac du New York Times a annoncé que Mark Zuckerberg souhaitait rapprocher les trois messageries appartenant à Facebook, avec par exemple la possibilité pour les administrateurs de Pages Facebook de répondre aux messages privés envoyés sur Instagram directement depuis Messenger. Mais le rapprochement de ces outils de messagerie serait bien entendu un moyen pour le réseau social de croiser davantage de données et de permettre aux annonceurs d’obtenir des possibilités de ciblage beaucoup précises. Avec une base de 2,6 milliards d’utilisateurs, l’opération pourrait avoir des conséquences importantes sur les utilisateurs et la protection de leurs données personnelles.

Un porte-parole de Facebook a de son côté déclaré que la fusion de ces trois plateformes offrirait un service de messagerie « rapide, simple, fiable et privé ». Seulement, certaines voix s’opposent à ce croisement des données personnelles, notamment du côté de l’Allemagne qui a décidé d’imposer à Facebook des restrictions sur le traitement des données de ses utilisateurs. Le Bundeskartellamt, le gendarme allemand de la concurrence, vient ainsi d’interdire à Facebook de rattacher d’office au profil de ses utilisateurs les données collectées principalement sur ses services Whatsapp et Instagram. Le réseau social serait ainsi contraint de limiter la collecte de données sur des applications et services tiers.

rgpd-donnees

L’Allemagne veut restreindre l’exploitation par Facebook des données de ses utilisateurs

« L’utilisation privée du réseau est subordonnée à la capacité de Facebook de collecter une quantité presque illimitée de données utilisateur provenant de sources tierces, de les allouer aux comptes Facebook des utilisateurs et de les utiliser pour de nombreux processus de traitement de données. Les sources tierces sont des services appartenant à Facebook tels que Instagram ou WhatsApp, mais également des sites Web tiers comprenant des interfaces telles que les boutons «J’aime» ou «Partager»  » explique le Bundeskartellamt.

L’autorité allemande de la concurrence a ensuite affirmé travailler en collaboration avec d’autres services européens sur les pratiques de Facebook relatives à la collecte de données personnelles via des applications tierces. « À l’avenir, Facebook ne sera plus autorisé à obliger ses utilisateurs à accepter la collecte et l’attribution pratiquement illimitées de données autres que Facebook à leurs comptes d’utilisateurs Facebook […] La pratique antérieure consistant à combiner toutes les données dans un compte d’utilisateur Facebook, pratiquement sans aucune restriction, sera désormais soumise au consentement volontaire donné par les utilisateurs ».

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publication recommandée

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests