[publicité] Kali, la nouvelle web-série de Canal Plus

Canal, ce n’est pas qu’un décodeur, du foot, les Guignols et Jack Bauer. Ce sont aussi des séries inédites qui prennent d’abord naissance exclusivement sur le web, comme la dernière en date, Kali, qui sera diffusée à partir de lundi prochain 19 octobre sur le site dédié http://kali.canalplus.fr/. La série, haletante et bardée de nanotechnologies,

Canal, ce n’est pas qu’un décodeur, du foot, les Guignols et Jack Bauer. Ce sont aussi des séries inédites qui prennent d’abord naissance exclusivement sur le web, comme la dernière en date, Kali, qui sera diffusée à partir de lundi prochain 19 octobre sur le site dédié http://kali.canalplus.fr/.

kali

La série, haletante et bardée de nanotechnologies, compte 12 web-épisodes de 6 minutes seront distillés au rythme de deux épisodes par semaine, un le lundi et un le jeudi. L’action se déroule à Paris, après un démarrage sur les chapeaux de roue dans l’Eurostar, je ne vous en dis pas plus 🙂

La diffusion sur internet sera accompagnée de la mise en ligne d’un site autour de KALI dédié aux nano-technologies et au transhumanisme.

Très graphique, avec une photographie particulièrement soignée, cette série devrait plaire au technophiles, et c’est pour cette raison que Canal Plus a proposé à une sélection de blogs high tech d’en diffuser deux premiers épisodes en avant-première.

Kali s’inscrit dans le cadre de La Nouvelle Trilogie saison 4 et sera diffusée sur l’antenne de CANAL+ en décembre 2009 en version longue de 90 minutes.

Si vous aimez les femmes bioniques (mais sexy), cette série est pour vous : voici en première exclusivité les deux premiers épisodes. Deux autres épisodes, toujours en avant-première, samedi prochain. Enjoy !


32 commentaires

  1. Pingback: Le dernier blog » Blog Archive » Marketing viral pour Série qualité France

  2. La dénomination utilisée pour mettre en avant le caractère publicitaire importe peu. Que cela s’appelle publi-rédactionnel, publi-reportage, info commerciale…, l’important est que les lecteurs sachent qu’il s’agit d’un contenu à caractère publicitaire. L’art. L.121-1 du code de la consommation prévoit ainsi qu’”une pratique commerciale est trompeuse si elle est commise dans l’une des circonstances suivantes (…) lorsqu’elle n’indique pas sa véritable intention commerciale dès lors que celle-ci ne ressort pas déjà du contexte“. De part sa nature, un article publi-rédactionnel ne ressort pas du contexte. C’est même l’intérêt de ce type de publication puisque la synergie entre les différentes articles promotionnels et non promotionnels est recherchée. On le voit le texte édicte une règle générale valable quelque soit le support utilisé : texte, photo, vidéo…

    Au delà du droit commun, l’art. 20 de la LCEN ajoute que “la publicité sous quelque forme que ce soit (…) doit pouvoir être identifiée comme telle” dès lors qu’elle est “accessible par un service de communication au public en ligne“, internet en l’occurrence.

    En conséquence, un auteur qui omettrait d’indiquer qu’il a rédigé un article à but promotionnel pourrait voir sa responsabilité pénale engagée. Ainsi, même si c’est l’annonceur qui est responsable à titre principal de l’infraction (art. L.121-5 c. conso.), il reste possible de mettre en cause la responsabilité du rédacteur si ce dernier a participé de manière active à la commission de l’infraction. Cela pourra notamment être le cas si l’auteur prend trop libertés avec le script proposé par l’agence de communication.

    De plus l’alinéa 2 de l’art. L. 121-5 dispose que l’infraction est constituée dès qu’elle produit ses effets en France. En pratique c’est au moment où le billet est mis en ligne que l’infraction sera constituée.

    Les peines encourues sont celles prévues pour la tromperie. L’art. L.213-1 c. conso. prévoit ainsi au maximum 2 ans d’emprisonnement et/ou 37500 € d’amende.

    L’auteur et l’annonceur pourront également voir leur responsabilité civile engagée sur le fondement de l’art. 1382 du code civil. Ce fondement pourrait servir notamment en cas de concurrence déloyale.

    Ne pas respecter ces précautions simples risque de transformer une source de revenus d’appoints en source de problèmes. Ce serait dommage, n’est-ce pas ?

  3. c’est dingue le nombre de pète c****** qui viennent hurler car c’est une pub. Vous envoyez un email à chaque redac chef de magazine aussi ?
    « honteux, vous cherchez une rémunération pour votre travail, ceci est scandaleux. En plus vous avez le toupet d’écrire en haut qu’il s’agit d’une pub! Mais où allons-nous? Je n’achèterai plus votre journal »

    Et je ne suis pas là pour lécher les bottes d’Eric, on ne se connait pas. Je suis simplement saouler de voir d’une façon générale les critiques pleuvoir dès qu’un orteil est bougé.

  4. Le rythme haletant d’un thriller . Musique ambiante excellente. Actrice attachante et crédible dans son désarroi bien qu’un peu surprenante quand par une volte-face , elle abat en un tournemain des bandits professionnels .Que cache cette force soudaine? Y aurait-il une explication plausible?
    Scènes se passant dans un cadre urbain (avec la foule parisienne) peu exploité et rendant une impression de pris sur le vif.

    je reconnais que je suis bluffée par l’extrême précision technologique des images et j’attends les prochains épisodes assez émoustillée

  5. Le billet sponsorisé, on peut pas toujours cracher dessus mais c’est vrai que c’est mieux perçu lorsque ça traite d’un sujet plus qualitatif que Kali. Il faudrait pouvoir connaitre par coeur ce dont on nous demande de parler, et décider en fonction si l’on accepte ou non d’en parler:)

  6. Pingback: Kali, nouvelle web série de Canal+ | Mediamaispasque

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies