[publicité] Kali, marathon woman

[billet sponsorisé par Canal Plus][1] Malgré une semaine un peu à l’ouest, j’ai disposé cette fois d’un peu plus de temps pour regarder la série Kali, et je me suis donc tapé l’intégralité des quatre premiers épisodes, armé de mon stylo et de mon bloc-notes comme un vrai critique des Cahiers du Cinéma. En moins

[billet sponsorisé par Canal Plus][1]

Malgré une semaine un peu à l’ouest, j’ai disposé cette fois d’un peu plus de temps pour regarder la série Kali, et je me suis donc tapé l’intégralité des quatre premiers épisodes, armé de mon stylo et de mon bloc-notes comme un vrai critique des Cahiers du Cinéma. En moins intelligent bien sûr.

kali

Je vous livre mes impressions en vrac, comme elles sont venues pendant le visionnage des vidéos, la notion de vrac différenciant très probablement le modeste blogueur du critique professionnel.

Le premier truc qui me vient à l’esprit quand je regarde la série, c’est Wow, en voilà un beau clip de promotion pour le jogging dans Paris. Parce-que pour courir, elle galope la jolie Kali. Un vrai marathon.

Ensuite je cherche à comprendre un peu l’histoire, et là c’est vrai que ça se corse légèrement. En fait la série Kali est une sorte de diesel qui met du temps à chauffer mais dont l’intensité augmente au fil des épisodes. Si les trois premiers paraissent un poil mous du genou, voire poussifs avec leurs dialogues franchouillards convenus et les situations clichés (les gentils hackers de l’ombre qui ont des têtes de méchants contre le grand schtroumpf manipulateur qui tire les ficelles de son loft chic devant les yeux blasés de sa pépé de luxe), le quatrième opus devient plus haletant, et l’on se surprend à rester devant son écran en attendant la suite des évènements.

Et puis, comme dans toute série qui se respecte, on a droit à des séances de baston, à cela près que cette fois c’est la gonzesse qui dérouille quatre lascars un peu crétins au fond d’une impasse tout en restant juste sexy comme il faut (un putain de fantasme, hein les filles), ainsi que le gunfight de circonstance dans lequel heureusement, comme d’habitude, les méchants tirent comme leurs pieds et… mais je ne vous en dis pas plus.

L’histoire, donc. Pas évidente à cerner comme ça, et il m’a bien fallu les notes de Comme au Cinéma pour dépatouiller l’intrigue. Je vous la fais courte : Kali, une jeune anglaise (jouée par une française, Alexia Barlier… mouais, pas terrible au niveau dialogues et crédibilité) totalement amnésique se réveille à Paris après une agression, et s’aperçoit à sa grande surprise qu’elle cause français aussi mieux que vous. Elle ne se souvient plus qu’elle est en fait une sorte de bombe humaine, prototype vivant de nouvel androïde dont les mouvements sont guidés par une multitude de petits robots intérieurs. Elle fait partie d’un groupe de hackers (les gentils) qui ont infiltré le système mis au point par ce que l’on suppose être une multinationale de l’armement et du profit (les méchants). Les hackers prennent le contrôle de Kali pour saboter la multinationale, mais je vous le donne Emile, forcément leur plan foire et tout le bazar part en yaourt.

D’où la série sinon si ça s’était bien passé on n’en n’aurait même pas parlé car comme dirait sûrement Jacques Séguéla on ne parle pas des Eurostars qui arrivent à l’heure.

J’en suis donc là de mon visionnage, et, même si cela ne m’empêchera certainement pas de dormir cette semaine, j’attends quand même la suite avec curiosité. Malgré le rythme inégal, malgré les dialogues parfois un peu niais et malgré certaines situations au goût de déjà vu. En fait je suis surtout curieux de savoir si cette web série n’a d’intérêt que parce-que je la regarde sur le web ou si elle prendra une autre dimension quand elle sera diffusée dans un format 90 minutes à la télé. Ou si au contraire, elle ne passera pas ce cap fatidique.

Voici donc comme promis les épisodes 3 et 4 de la série. Tous les détails sur le sur le site dédié http://kali.canalplus.fr/

[1] Canal Plus ne nous paye pas pour que nous disions du bien de la série, mais pour que nous en parlions

[2] ce n’est pas parce-que c’est un billet sponsorisé que vous devez vous sentir obligé de dire du mal de la série. Vous avez même le droit de la trouver à votre goût, sait-on jamais 🙂

Pour en savoir plus sur les billets sponsorisés, veuillez lire ceci : Informations sur les billets sponsorisés.


Nos dernières vidéos

28 commentaires

  1. [troll]
    Je trouve honteux que [publicité] soit écrit si gros en tête du billet, ça m’agresse les yeux.
    Je réclame la fin de ces mentions voyantes 😀
    [/troll]

  2. Mais sinon t’en as pensé quoi?
    Ah ba tu l’dis dans le billet!

    Pfff limite on va s’ennuyer si tu fais les trucs dans les règles de l’art 😀

    Bon toujours est-il que j’ai toujours pas regardé ce truc, qui semble un repompé de bionic woman c’est clair, et vu déjà que j’avais laché cette dernière série au bout de 2,3 épisodes…

    Bon je vais regarder pour la baston dans la ruelle voir si c’est bien fait! 🙂

  3. Eric

    @Jali : jette au moins un oeil et fais-toi ta propre opinion, franchement ça va pas changer ta vie mais à partir du 4ème épisode on se laisse prendre par le truc

  4. C’est marrant parce que du coup ton billet arrive en même temps que celui de Korben 😀 La boîte de com’ aurait au moins remarquer que vos deux blogs avaient des audiences un poil similaire…

    Bon sinon moi aussi je vais en profiter pour me faire mon opinion, après tout pourquoi pas, j’aime aussi quand ya pas trop besoin de réfléchir ^^

  5. Pourquoi toutes ces notes de bas de pages sur le fait qu’il s’agit d’un billet sponso, je trouve déjà bien que [publicité] soit préciser dès le titre.

    Sinon cette série est absolument pourrie, acteur, histoire repompé, technique, rythme etc…Pourquoi les putains de français ne sont-il pas capable de faire une seule série valable comme les anglais, les allemands, les colombiens, les japonais…

  6. Eric

    @Augure : je me pose souvent la même question, mais là il faut quand même préciser que c’est une série à tout petit budget tournée avec une équipe de 10 personnes dans des conditions « amateur ».
    De toute façon tant qu’on essaiera de copier les ricains on sera nuls et celle-là n’est pas la pire, je pense notamment à ce truc absolument grotesque et ridicule nommé « R.I.S »

  7. Bien que finalement assez peu original (les transformations nanotechs, plus récentes en litt SF, sont forcément moins courantes que les transformations bioniques, mais on y retrouve toujours les mêmes clichés liés au thème du surhomme, à quelques variantes près), ça pourrait faire à l’image une histoire prenante. J’attends la suite. Les deux principaux problèmes pour ma part :
    – plus manichéiste tu meurt, pas vraiment besoin de développer tellement ça crève les yeux. Le format web accentue peut-être encore plus l’impression.
    – Les dialogues : pour ma part, ça ne passe pas. Les monologues de l’héroïne, eux, passent souvent mieux. A la décharge de Kali, ce n’est pas propre à cette série : il y a un truc que je n’ai toujours pas compris (sans essayer d’analyser plus), c’est pourquoi les dialogues traduits des séries américaines semblent quasiment toujours énormément plus crédibles que les séries française…Et là aussi, il est possible que le format court soit encore plus pénalisant.

  8. C’est peut être à petit budget, mais un petit budget n’a jamais empêché de jouer correctement. Là les dialogues me font plus rire qu’autre chose, donc pas trop envie de me plonger dans l’histoire.

  9. je la trouve pas si mal cette série! Malgré les dialogues qui passent pas très bien, ça se laisse regarder. Dommage cependant qu’elle ne sois pas disponible dans un format plus accessible.

  10. Pingback: Kali, la suite, youhou. - Pingoo.com

  11. Comme de moins en moins de gens regarde la télé, le nouveau support comme le web devient un relais de croissance, je pense que les chaines de télé teste avant tout le bon format.

  12. Pingback: Quick Roundup « sarahadams

  13. Je partage l’avis d’Eric en ce qui concerne la course à pied de Kali, j’en ai déjà parlé dans un billet.

    Par contre, la qualité de la série n’est pas si mal que ça. Il faut arrêter de toujours trouver les séries Fr de SF moins bien faites que celles des Us car si certaines séries Us tiennent le haut du pavé en ce qui concerne la qualité des histoires et de la réalisation, il ne faut pas oublier qu’ils produisent aussi un paquet de mer….
    Pour pouvoir produire une bonne série il faut en avoir produit un bon paquet. Laissons le temps aux séries Fr de SF de murirent avant de tirer sur l’ambulance.

  14. En 4 épisodes, elle est arrive à paris, court, court, tape quelques mecs et on attend déjà les épisodes 5 et 6…

    On s’attend à quelque chose qui boost et où on s’en prend plein la tronche et finalement, ça avance pas. Les dialogues sont effectivement à mourrrir de rire, bien trop longs, sans punch.

    Le format de 7 min est une bonne idée, le concept, même s’il a rien d’original me plait tout de même, mais c’est super mal joué et vraiment tout tout mou !

    Quoiqu’il en soit, je serais quand même présent pour les deux prochains épisodes, on sait jamais…

    Jack Bauer, en 28 minutes, il a déjà tué 10 mecs, sauvé deux fois le président, désactivé une bombe biologique et fait atterrir deux avions par la pensée…

  15. Assez affligeant 🙂

    L’actrice principale est trop jolie, un débardeur gris qui met ses formes en valeurs, d’ou l’intéret de la faire courir 50% de temps?

    Apres ca se cantonne à je cours, je tape 4 mec, je cours, je tape 4 mec…

    Les dialogues comme dit plus haut sont aussi très faibles… Le personnage leader des gentils, est typiquement l’acteur francais => de sur-joué, donc on y croit pas.

    En retravaillant le scénario et en essayant de la jouer peut etre un peu moins mélodramatique (car les acteurs n’y arrivent pas) ca pourrait peut etre passé, si on passe outre le fait que ca sent un peu le déja vu.

    Dsl Eric pour cette critique, je post rarement mais là je n’ai pas pu me retenir:)

  16. Bof ! Je ne connaissais pas mais c’est vrai que ça choque par rapport à la façon dont s’est filmé (comparé aux séries américaines). Mais ce qui me gène le plus c’est encore les dialogues fran-glais bizarre, on a l’impression que ça « colle » pas quand elle ouvre la bouche.

    Une intrigue surréaliste mais qui peut plaire !

  17. idée de fond, scénario hyper intéréssant exploitable super par contre casting et dialogue et voix off, bof
    ressemble à 24H00 et 5eme elément dans l’esprit
    en tout cas ça à le mérite d’exister.

Répondre