Suivez-nous

Tech

Quand Trump accuse Google de vouloir jouer un rôle dans les élections

Le président des États-Unis a prononcé plusieurs accusations à l’égard de Google en assurant que l’entreprise le défavorisait à l’approche des élections présidentielles américaines.

Il y a

le

Donald Trump mot de passe
Donald Trump © Wikimedia Commons

Comme à son habitude, c’est sur Twitter que Donald Trump a prononcé ces accusations à l’égard de Google. Sur son canal de communication préféré, il a ainsi déclaré que le président la société américaine Sundar Pichai était venu discuter avec lui pour discuter de l’entreprise et de son rôle.

Suite à cela, Trump a indiqué que la firme n’était « pas impliquée avec les militaires chinois », qu’elle n’avait pas aidé la « malhonnête Hillary » lors des élections de 2016 et qu’elle ne prévoyait « PAS de subvertir illégalement les élections de 2020 malgré tout ce qui a été dit allant dans le sens contraire ».

Si le président des États-Unis explique que « tout cela sonnait bien », il fait écho à plusieurs accusations portées par le passé à l’égard de Google. En ce sens, il évoque l’animateur et éditorialiste américain Lou Dobbs, qui a déclaré que Google voulait tromper le public américain en faisant perdre Trump en 2020. Le chef d’État évoque aussi Peter Schweizer, journaliste et rédacteur en chef principal de Breitbart News (un média d’extrême droite) ayant accusé Google d’avoir supprimé les articles négatifs sur Hillary Clinton.

En conséquence, Donald Trump assure que le comportement de Google est très illégal et que l’administration surveillera ses agissements de près.

Google et les entreprises de la tech sont souvent accusés de prendre parti en faveur des démocrates

Pour sa part, Google s’est défendu par le biais d’une déclaration prononcée par un porte-parole de l’entreprise : « Déformer des résultats à des fins politiques nuirait à notre activité et irait à l’encontre de notre mission, qui consiste à fournir un contenu utile à tous nos utilisateurs […] les affirmations de l’ancien employé mécontent sont absolument fausses ».

Google a aussi ajouté : « Nous mettons tout en œuvre pour concevoir nos produits et appliquer nos politiques de manière à ne pas prendre en compte les tendances politiques ». Cette déclaration fait suite à un sujet récurrent pour les entreprises de la technologie, car elles sont régulièrement accusées par les républicains d’avoir des idées démocrates et, donc, de biaiser leurs services avec les opinons politiques des personnes y travaillant.

Le sujet revient sur le devant de la scène dès lors que le compte d’un utilisateur d’extrême droite, par exemple, est la cible d’une potentielle suspension ou suppression, comme c’est parfois le cas. À chaque fois, Google, Facebook, Twitter ou autres justifient leur choix en tentant de se baser sur leurs règles de modérations respectives.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Pascal

    7 août 2019 at 17 h 55 min

    Il oublie de dire que sans Cambridge Analytica et ces innombrables mensonges il ne serrait certainement pas président aujourd’hui.

  2. Nofutur

    8 août 2019 at 14 h 04 min

    Par contre pour l’aide de Poutine, il n’accuse pas avec beaucoup de virulence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests