Suivez-nous

Applications

Que vaut Quibi, la nouvelle plateforme de streaming dédiée au mobile ?

Nous avons testé Quibi, la nouvelle application mobile dédiée aux formats vidéo courts taillés pour le smartphone.

Il y a

  

le

 

Par

Quibi
© Quibi

Après des mois de teasing, une première polémique, plus d’un milliard de dollars levés et un actionnariat fondateur en béton armé, Quibi, la plateforme de programmes vidéo courts réalisés et produits spécifiquement pour les smartphones, a enfin ouvert il y a quelques jours.

Rappelons que Quibi est né sous de bons auspices puisque la plateforme a été créé en août 2018 par Jeffrey Katzenberg, l’un des plus puissants producteurs d’Hollywood, et qu’elle est dirigée par Meg Whitman, anciennement très influente PDG de Hewlett Packard Entreprises. En 2018, soit deux ans avant son lancement, la société a levé 1 milliard de dollars US de financement auprès de 11 investisseurs et de grands studios d’Hollywood, dont The Walt Disney Company, NBC, Universal, Sony Pictures, WarnerMedia, Liberty Global, Viacom, CBS et Alibaba Group. Cela donne une idée de la confiance dans ce nouveau produit, de sa capacité à générer très rapidement un fort engouement et du cash, et accessoirement l’influence de Katzenberg et l’étendue de son réseau, car il ne lui a vraisemblablement fallu que quelques coups de fils pour réunir cette somme.

Une puissance de feu qui n’a pas pour autant évité à Quibi un premier procès avant son lancement, la startup étant accusée de vol de technologie par une autre entreprise spécialisée dans la vidéo interactive.

Quibi veut faire sa place entre Netflix et Tiktok

Quibi peut être vu comme un croisement entre TikTok et Netflix, même si la comparaison n’est pas tout à fait exacte. Disons que de TikTok, Quibi reprend quelques caractéristiques comme le fait qu’il soit un service de vidéos courtes et destinées à être consommées de préférence en format vertical dans n’importe-quelle situation, dès que l’on a quelques minutes devant soi (par exemple dans les transports en commun ou dans une salle d’attente). Mais la similitude s’arrête là, car sur Quibi, pas de contenus générés par les utilisateurs, mais des programmes maison, à l’instar de Netflix, donc. Car chez Quibi, si la technologie est bien sûr importante, c’est surtout le catalogue de contenus en cours de constitution qui fait la différence, Hollywood oblige.

La caractéristique fondamentale de Quibi est sa disponibilité dans un format exclusivement mobile. Le service n’est pas disponible sur les téléviseurs ni sur les autres écrans, mais seulement sur les smartphones. Et surtout, la plateforme ne proposera que des programmes courts, entre 4 et 10 minutes maximum, qu’il sera possible de regarder indifféremment au format portrait ou au format paysage, l’image s’adaptant automatiquement à la façon de regarder, un peu à l’image d’un site web responsive, dont les contenus se formatent selon la place disponible sur l’écran.

Tarifs de Quibi, avec ou sans pub

Même si les programmes sont pour le moment uniquement en anglais avec un sous-titrage au choix en anglais ou espagnol, l’application Quibi est disponible sur l’Apple Store et le Play Store dans de nombreux pays, dont la France. Nous l’avons donc téléchargée pour tester le service. L’abonnement en France est de 8,99 euros par mois mais Quibi propose une offre de lancement gratuite pendant 3 mois. Les mensualités sont ensuite facturées en achat InApp directement par Apple ou Google à l’image de Netflix ou d’Apple TV+. Pour être complets, sachez que le tarif américain est de 4,99 dollars avec publicité et 7,99 dollars sans aucune publicité, et que Quibi ne propose aucune formule gratuite en dehors des 90 jours d’essai de lancement.

Interface de Quibi : simple comme bonjour

Comme l’on peut s’y attendre avec ce genre d’application richement dotée, la qualité de l’interface utilisateur et l’expérience de navigation sont parmi ce qui se fait de mieux actuellement. C’est beau, sobre, et l’on est surpris par le dépouillement de la présentation. Comme quoi on peut avoir de très gros moyens et faire quelque-chose de très simple, voire minimaliste. La navigation est segmentée en 4 icônes en bas d’écran : For You (onglet par défaut, écran d’accueil), Browse, Following et Downloads. L’app dispose également d’un moteur de recherche intégré, mais étonnamment il n’y pas pas de classement par catégorie. Tout est fluide et très « appétissant », ce qui signifie que l’on a envie de dévorer des contenus dès que l’on dispose de quelques minutes. De ce point de vue la promesse est tenue.

Du côté des sous-titres, si vous les activez (en Anglais ou Espagnol) dans un programme, ils sont activés par défaut avec le même réglage dans tous les autres programmes. Pratique.

L’une des caractéristiques de Quibi – mobile oblige – est cette possibilité de regarder les programmes en mode vertical (portrait) ou horizontal (paysage). Une promesse qui est également tenue et qui se fait dans une parfaite fluidité, sans coupure (en tout cas sur iOS, pas testé sur Android), mais qui pose quand même un problème de taille : quand vous passez en portrait, selon la scène, le focus est centré en gros plan sur le personnage principal, à l’exclusion du reste de la scène. Bref, en mode portrait vous vous privez des deux tiers d’une scène. En la matière, Quibi n’a pas trouvé de solution miracle.

Voir cette vidéo de l’écran pour comprendre (comme avec toutes les autres apps de streaming, il est impossible de faire des captures d’écran pendant la diffusion de programmes, merci les ayants-droit et leur paranoïa absurde).

Enfin, sachez que dans son mantra « mobile only » Quibi n’offre aucune solution pour diffuser son contenu en dehors du smartphone sur lequel vous le regardez. Pas de possibilité de caster sur un téléviseur par exemple, que ce soit avec Chromecast ou AirPlay. Un choix qui en ces temps de confinement pourra peut-être s’avérer assez réducteur puisque l’usage transports en commun est pour le moment largement réduit. Par conséquent, n’envisagez pas d’utiliser Quibi pour lancer un show à regarder à plusieurs sur le téléviseur familial.

Contenus

Quibi a été lancé avec 50 shows, et d’autres suivront dans les semaines et les mois à venir, jusqu’à atteindre un corpus de plus de 8 500 épisodes de contenu avant la fin de l’année.

Les programmes de Quibi sont donc très courts, entre 4 et 10 minutes. Pour chaque épisode de chaque programme il est possible, avant de le lancer, d’avoir accès à son casting, à un résumé, une bande-annonce de 30 secondes et la durée de l’épisode. Le son des bandes-annonces est automatiquement sur muet, et il faut l’activer en touchant la commande de son du smartphone. Côté programmes, Quibi propose un catalogue assez varié de drames, des quiz, des documentaires (sur LeBron James par exemple), des comédies et même – c’est l’une de ses spécificités – un journal quotidien de NBC. Autre particularité : ce que Quibi appelle des « films en chapitres », comme The most dangerous game, et Survive, un thriller avec l’ancienne star de Game of Thrones, Sophie Turner. En proposant ce type de découpage, Quibi se met un peu en porte-à-faux avec sa promesse de contenus courts spécifiquement écrits pour ce format puisqu’il s’agit en fait de films d’une durée classique qui ont seulement été tronçonnés en épisodes de 10 minutes.

Si les contenus sont variés, ils manquent encore un peu de densité, et ne permettent pas pour le moment le binge watching puisque les épisodes de certaines séries sont distillés à un rythme quotidien. Un choix étonnant pour des formats courts, que l’on enchainerait volontiers en grande série. D’autre part, les contenus sont pour le moment très américano-centrés et auront un peu de mal à susciter l’intérêt de ce côté-ci de l’Atlantique.

En résumé

Quibi est une application et une plateforme bien née et prometteuse, avec un habillage sexy, qui ne manque pas d’attraits… tant qu’elle est gratuite. La question est désormais de savoir si la curiosité du jour de lancement qui a généré 300 000 téléchargements aux USA et Canada se confirmera dans le temps, et si les gens seront disposés à payer entre 5 et 9 euros par mois pour ce service, en plus de tous leurs autres abonnements. Pour comparaison, rappelons quand même que l’application Disney+ avait été téléchargée plus de 4 millions de fois à périmètre identique. Tout l’enjeu pour Quibi sera de s’imposer sur un créneau très encombré et de convaincre le grand public qu’il y a de la place pour une application payante comme Netflix fournissant des contenus vidéo courts comme Tiktok (qui est gratuit).

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests