Qui veut racheter Yahoo ?

Le board de Yahoo étudierait des offres de rachat depuis l’éviction de Carol Bartz, l’ex-PDG du groupe, qui n’a pas réussi à le relancer dans la compétition des géants de la Silicon Valley.

Article rédigé par Florian, Webaddict et sous perf à l’actualité. Passionné et un travailleur de l’internet depuis plusieurs années, Florian s’intéresse notamment à l’économie et aux usages d’Internet dans le monde.

Le board de Yahoo étudierait des offres de rachat depuis l’éviction de Carol Bartz, l’ex-PDG du groupe, qui n’a pas réussi à le relancer dans la compétition des géants de la Silicon Valley.

Petit flashback : nous sommes en 2000, Yahoo est le géant de mondial de l’internet, son PDG de l’époque rencontre les fondateurs de Google et  refuse leurs offres successives de rachat pour d’abord un milliard de dollars, puis le triple quelques mois plus tard. La suite, on la connait : Google va progressivement s’imposer en tant que moteur de recherche sur la plupart des marchés aux dépens de Yahoo. Après une chute constante de sa valeur, l’activité portail de Yahoo et le succès de son moteur de recherche aux Etats-Unis et en Asie notamment, permet au groupe de gagner une stabilité ces dernières années, qui font de lui l’actuel leader mondial du display.

Yahoo peine cependant à monétiser son audience, laquelle représente près de 686 millions de visiteurs, et attire plusieurs candidats au rachat : AOL, Alibaba, Microsoft, mais aussi le co-fondateur de Yahoo en personne Jerry Yang (Reuters).

Des candidats aux motivations différentes

Les possibles acquéreurs ont des profils et motivations très différents.

AOL souhaiterait fusionner avec Yahoo pour se donner un second souffle, mais cela semble peu probable vue sa valorisation actuelle, bien inférieure à Yahoo.

Le géant chinois Alibaba quant à lui, obtiendrait une porte d’entrée sur les marchés européens, américains, tout en asseyant sa position en Asie.

Pour Microsoft, les dissensions entre actionnaires sont fortes pour faire une nouvelle offre de rachat envers un groupe qui ne présente pas des opportunités de croissance si évidentes, et constituerait surtout un investissement colossal alors qu’il vient de sortir 8,5 milliards de dollars pour le rachat de Skype il y a quelques mois. Une telle acquisition de la part de Microsoft serait comme dans le cas de Skype, un gros coup qui se justifierait moins par un objectif de rentabilité économique que par un but clair de freiner ses concurrents : une opération de guerre, comme l’analysait le journaliste Francis Pisani.

C’est d’ailleurs le co-fondateur de Yahoo, Jerry Yang qui aurait été responsable de l’échec des négociations avec Microsoft en 2008 : son attachement à la marque aurait eu raison d’une belle offre de 47,5 milliards de dollars. C’est encore pour cette raison qu’il se serait aujourd’hui lancé dans la course au rachat de son groupe. Reste à savoir s’il parviendra à convaincre des investisseurs de lui faire à nouveau confiance pour redresser Yahoo et sauver l’indépendance de ce groupe pionner de l’internet aujourd’hui valorisé à 20 milliards de dollars.


18 commentaires

  1. L’activité portail de Yahoo réussit encore à convaincre… Son actualité people et rapidement écrite ou reprise d’ailleurs n’apporte pas grand chose. C’est plutôt l’habitude de nombreux internaute à leur adresse mail yahoo qui permet au portail d’être très visité… mais effectivement, il doit être difficile de monétiser un endroit d’où l’on fuit rapidement…
    Acheter Yahoo n’est surement pas un bon plan…

  2. Article invité très clair.
    Les motivations des différents acteurs sont bien expliqués.

    Qu’en est-t-il des relations entre Yahoo et Bing donc Mircosoft ? Est-ce que Yahoo ne tourne pas déjà sous l’algorithme de Bing ? Si Microsoft souhaite handicaper Yahoo, il semble avoir déjà plus ou moins la main mise dessus.

  3. Racheter Yahoo serait une érreur, le site s’enfonce chaque année et paie ses mauvaises acquisitions.

    Je ne donne pas cher de Yahoo, du moins Microsoft n’as pas besoin puisqu’il ont déja sous tirée les intérêt qu’il y avais (intégrer bing a leurs moteur.).

  4. Contrairement à ce que j’ai lu plus haut, si google rachète yahoo il n’aura certainement pas le monopole de la recherche sur internet. En france certes, mais n’oublions pas qu’au Etats-Unis Google est loin d’avoir le monopole puisqu’il partage les requêtes de recherches avec son copain Bing (Microsoft)

  5. Avant de devenir un Google FanBoy, j’ai essayé Yahoo pendant une longue période. J’aimais bcp ses Q/R et son service mail, jusqu’au jours où j’ai découvert gmail ( une semaine après le lancement de ce dernier si ma mémoire est bonne) . Puis j’ai passé à Picassa, blogger… Jusqu’à GG+. Tout ça pour dire que Yahoo doit faire simple et efficace au lieu de jetter tout ce tas de trucs sur sa page d’accueil .

  6. Pingback: L’acquisition de Skype par Microsoft est maintenant officielle | mohamedtazi.com

  7. Pingback: À quoi joue Jerry Yang ?

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies