Qwant : la BEI finance un Google européen à hauteur de 25 millions d’euros

L’argent servira à financer le développement de Qwant à l’échelle européenne.

Qwant

Il y a deux ans, Qwant lançait son moteur de recherche en se positionnant comme une alternative made in France à Google. Mais la start-up est aujourd’hui « franco-allemande ». En effet, en 2014, le groupe Axel Springer (le nouveau propriétaire de Business Insider) avait acquis 20 % de son capital.

Et par ailleurs, à l’occasion de la conférence numérique franco-allemande qui a eu lieu à l’Elysée, Qwant a annoncé qu’il vient de bénéficier d’un investissement de la Banque européenne d’investissement (BEI) qui soutient la start-up à hauteur de 25 millions d’euros.

Dans un communiqué, la BEI, dont les actionnaires sont les États membres de l’Union européenne, explique que cet investissement permettra à Qwant « d’étendre son offre en Europe et ainsi développer un moteur de recherche hautement performant, respectueux de la vie privée de ses utilisateurs comme de la neutralité des résultats de recherche ». Autant dire que la BEI veut financer un anti-Google franco-allemand. Qwant explique qu’il s’engage également à respecter l’anonymat des requêtes.

En tout cas, depuis son lancement en 2013, le moteur de recherche de Qwant s’est enrichi en fonctionnalités. Il propose aussi une version Lite plus épurée ainsi qu’une version Junior, mise au point en partenariat avec l’Etat, pour proposer une expérience plus sûre pour les enfants.

Aux Etats-Unis, l’anti-Google, c’est DuckDuckGo. Le moteur de recherche s’engage en effet à ne pas pratiquer de tracking et à ne collecter aucune donnée personnelle. Et pourtant, il réalise déjà des profits.


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. Pingback: Qwant, 25M€ brulés à l’aune de la bêtise digitale | Digitaliser son entreprise

Répondre