Et si la réalité virtuelle était plus efficace que la morphine ?

Des chercheurs américains ont utilisé un jeu en réalité virtuelle pour soulager la douleur de leurs patients. Et ça semble marcher.

La réalité virtuelle est une nouvelle plateforme de jeux vidéo, c’est aussi la technologie avec laquelle Mark Zuckerberg souhaite révolutionner la manière dont les gens se connectent. Et dans le domaine médical, les casques de réalité virtuelle pourraient un jour remplacer les médicaments tels que la morphine, dans certains cas.

C’est en tout cas ce que souhaitent des chercheurs américains qui utilisent déjà un jeu en réalité virtuelle pour soulager les personnes qui souffrent de douleur chronique.

Selon un article de mosaicscience.com, republié par Quartz, les Etats-Unis ont un problème avec les médicaments antidouleur.

D’après l’article, la consommation d’opioïde aux Etats-Unis a triplé depuis les années 90. Et la population américaine, qui ne représente que 5 % de celle de la planète, consommerait 80 % de la production mondiale.

Le problème, c’est que ces médicaments ne seraient pas si efficaces contre la douleur. Mais les addictions qu’ils créent peuvent être dévastatrices.

Pourtant, avec la réalité virtuelle, ce problème pourrait être éliminé

D’autres techniques sont déjà utilisées pour distraire les patients et pour leur faire oublier la douleur. Mais ce qui rend la réalité virtuelle différente, c’est l’immersion. « La réalité virtuelle devient un endroit où vous êtes présent, et non quelque chose que vous regardez », explique Howard Rose, PDG de la société Firsthand Technology.

Cela fait 20 ans que ce chercheur travaille sur la réalité virtuelle, d’abord au laboratoire HITLab de l’University of Washington.

Ce laboratoire a développé une sorte de jeu baptisé SnowWorld avec lequel il a soulagé la douleur de patients pendant qu’ils subissaient des soins (douloureux) pour les brûlures. Les patients rapportaient une réduction de la douleur supérieure de 50 % par rapport à celles des médicaments ou d’autres formes de distractions, durant ces soins.

Lorsque Howard Rose a quitté le laboratoire, il a fondé Firsthand Technology avec un collègue. Leur entreprise a alors décidé de s’inspirer des résultats obtenus avec SnowWorld pour créer un autre jeu en réalité virtuelle : « Cool », une version améliorée et commerciale.

Le jeu a été testé dans une clinique du Tenesee, avec 40 patients souffrant de douleurs chroniques. Et les résultats sont assez intéressants. Une seule personne a indiqué que la thérapie à base de réalité virtuelle (60 séances avec un casque) n’a eu aucun effet sur sa douleur.

« Dans l’ensemble, les patients ont signalé que leur douleur a diminué de 60 à 75% (par rapport à la ligne de base) au cours de leur session de VR et de 30 à 50% immédiatement après. La meilleure de la morphine est de 30 pour cent », explique l’article de mosaicscience.com.

Ted Jones, qui travaille dans la clinique qui a fourni ces patients, explique que comparé aux autres formes de distractions, comme la vidéo ou le coloriage, la réalité virtuelle montre plus de résultats. « Cela attire votre attention. Vous mettez le casque et vous êtes parti ».

Bien entendu, ces travaux n’en sont qu’à leurs débuts. Mais les chercheurs semblent très optimistes.

Et d’autres personnes font déjà des expériences similaires, comme les chercheurs du Pain Studies Lab de l’université Simon Frasier au Canada qui se sont également inspirés de SnowWorld pour développer un jeu baptisé Cryoslide dans le but de soulager la douleur des patients.


Nos dernières vidéos

Répondre