Suivez-nous

Tech

Reconnaissance faciale : la Russie déploie l’outil de surveillance « Orwell » dans ses écoles

Le système pourrait à terme être présent dans 43 000 établissements scolaires.

Il y a

  

le

 
Le drapeau de la Russie
© Pixabay / EvgeniT

Aux États-Unis, le débat fait actuellement rage au sujet des technologies de reconnaissance faciale. Ces dernières sont en effet régulièrement accusées en raison des risques de surveillance de masse ou de discrimination raciale qu’elles comportent. En conséquence, des géants de la Tech comme Amazon, Microsoft et IBM ont décidé d’introduire divers moratoires et demandent au Congrès américain de se saisir du sujet.

Cette demande a d’ailleurs été accueillie avec scepticisme par de nombreux politiques. Le débat est en tout cas lancé outre-atlantique et la mort de George Floyd a été un véritable élément déclencheur.

25 milliards de dollars pour numériser l’économie de la Russie

C’est justement à ce moment que la Russie vient de décider d’aller plus loin en matière de reconnaissance faciale. Elle a introduit un outil ironiquement baptisé « Orwell » dans 1608 écoles. Soutenu par l’État, ce projet est développé par la société Rusnano. L’idée est d’assurer la sécurité des élèves en surveillant leurs faits et gestes et en identifiant les intrus présents dans les établissements.

À terme, Orwell pourrait même être utilisé pour repérer les enfants en train de s’adonner à des activités qui sortent des clous du règlement, ou pour vérifier que les enseignants respectent bien leurs heures de travail. Forcément, un système aussi intrusif a tendance à déplaire mais les concepteurs se veulent plutôt rassurant à son sujet. Les données seraient stockées sur des serveurs locaux afin d’éviter les fuites. La participation serait également basée sur le volontariat à condition que les parents et les élèves donnent leur accord.

Le projet ne devrait d’ailleurs pas s’arrêter là. L’idée serait en effet de transposer ce système de reconnaissance faciale dans 43 000 établissements. Cette initiative a coûté 25,4 millions de dollars et elle s’inscrit dans le plan de numérisation de la Russie soutenu par Vladimir Poutine. Il prévoit un investissement de 25 milliards de dollars pour développer l’économie numérique du pays afin d’atteindre 5,1 % de son PIB.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests