[rédacteur invité] Spip Vs WordPress : comparatif et prospective

Quel CMS choisir ? David Taté, blogueur et rédacteur invité, nous fait part de son expérience dans ce comparatif complet entre SPIP et WordPress. J’utilise Spip depuis le début de l’année 2003 pour la tenue de mon site juridique. Depuis quelques semaines j’utilise WordPress pour d’autres projets, après l’avoir installé en local pour « me faire

Quel CMS choisir ? David Taté, blogueur et rédacteur invité, nous fait part de son expérience dans ce comparatif complet entre SPIP et WordPress.

J’utilise Spip depuis le début de l’année 2003 pour la tenue de mon site juridique. Depuis quelques semaines j’utilise WordPress pour d’autres projets, après l’avoir installé en local pour « me faire la main ». Il me semble utile de faire une comparaison de Spip et de WordPress. Ce comparatif ne se limite pas à une analyse « brute » puisqu’il propose également des idées pour enrichir et améliorer aussi bien Spip que WordPress. Il donne aussi des conseils pour ceux que souhaitent recourir à ces CMS.

Installation

L’installation de Spip est aussi simple que celle de WordPress. Dans les deux cas il faut mettre les fichiers sur le serveur avec un logiciel FTP (pour Spip il est également possible de ne mettre qu’un seul fichier, le Spip loader, sur le serveur et de se servir de ce fichier qui va alors rapatrier lui même sur le serveur les autres fichiers nécessaires pour l’installation de Spip) avant de déclencher l’installation et de se servir des données communiquées par l’hébergeur (nom de la base de données, mot de passe, etc…). Il faut noter que certains hébergeurs proposent d’installer en un clic Spip ou WordPress avec leurs propres outils. Généralement il est préférable de ne pas retenir cette option et d’installer « à la main » Spip ou WordPress. En effet les versions mises en ligne par les hébergeurs ne sont pas forcément à jour. Concernant la facilité d’installation Spip et WordPress sont à égalité.

Design

Le design est le gros point noir de Spip. En effet, après avoir installé Spip on se connecte sur la home page du site pour découvrir… une mocheté. Ce défaut peut faire fuir de nombreux utilisateurs potentiels de Spip, mais on peut le corriger. Je vais vous expliquer comment après avoir exposé la situation de WordPress. Le thème d’origine de WordPress est loin d’être superbe mais il est déjà plus agréable que celui de Spip. Surtout l’avantage de WordPress réside dans le fait de pouvoir choisir facilement et rapidement dans l’interface privée d’autres thèmes de bien meilleure qualité et ceci dès l’installation. On peut en moins de 5 minutes donner à son blog un look professionnel. Il est possible de doter également Spip d’un beau design, mais cela demande plus de temps et d’efforts. En effet, l’apparence de Spip est donnée par un squelette. On peut donc ajouter un autre squelette à Spip ce qui va modifier les pages consultables par les visiteurs.


Thèmes SPIP – Source : David Taté

Les évolutions de Spip font que maintenant certains squelettes prennent la forme d’un plugin lequel incorpore différents thèmes qui vont changer le look de la partie publique de Spip. Ces thèmes peuvent être des conversions de thèmes initialement développés pour Dotclear, WordPress ou des sites statiques. J’ai publié récemment sur mon blog technologique un billet sur les trucs et astuces pour donner un beau design à Spip et je recommande de recourir aux squelettes SpipClear (qui permet d’utiliser les thèmes de Dotclear mais pour une seule rubrique du site), Zpip ou Sarka-Spip pour donner un bon impact visuel à Spip. Malgré cela, au niveau du design WordPress me semble l’emporter sur Spip.

Configuration

Pour envisager la configuration de WordPress et de Spip, il faut se placer du point de vue de l’administrateur qui va avoir les pouvoirs les plus étendus pour activer ou désactiver des fonctionnalités, pour ajouter des plugins ou des widgets. Aussi bien Spip que WordPress disposent de réglages avancés (quelquefois difficiles à trouver) dont peut user l’administrateur. Toutefois, WordPress semble avoir une gamme de plugins bien plus étendue que celle de Spip et marque des points avec des widgets activables simplement. WordPress s’impose donc au niveau de la configuration, même si cela pourrait être tempéré en fonction des circonstances, notamment avec l’utilisation de thèmes dont pour certains les réglages ne sont pas évidents.

Communauté

WordPress dispose d’une communauté très importante et active, ce qui explique en partie la profusion de thèmes et de plugins. La communauté de Spip est plus restreinte, principalement parce qu’il s’agit d’un projet français dont la propagation à l’international est moins facile. La communauté de Spip est toutefois elle aussi active. Elle produit des squelettes, adapte des thèmes, réalise des plugins et il est possible d’avoir de l’aide en cas de difficulté. Toutefois on peut reprocher au forum accessible sur spip.org d’être moins clair qu’auparavant (la présentation en quatre colonnes est rédhibitoire). La communauté de WordPress l’emporte mais il ne faut surtout pas assimiler cela à un camouflet envers celle de Spip qui a elle aussi beaucoup de mérite.

Utilisation

Pour le critère de l’utilisation il faut se placer dans le rôle d’un simple rédacteur. Les fonctionnalités à sa disposition sont uniquement celles relatives à l’écriture d’un billet, à sa publication et à sa modification. Dans cette situation, l’usage de Spip me semble plus simple que celui de WordPress. Mais il est vrai que j’ai beaucoup plus d’expérience et d’habitude avec Spip, donc mon raisonnement est peut être subjectif. Toutefois pour que le rédacteur trouve Spip simple, il faut que l’administrateur réduise au préalable au strict minimum le formulaire de rédaction afin de ne laisser que les parties relatives au titre et au corps du texte. Au niveau de l’utilisation, aussi bien Spip que WordPress pourraient être améliorés. Ainsi, Spip pourrait s’inspirer de WordPress pour l’ajout de mots clefs aux billets. La solution retenue par Spip en la matière est en effet plus lente et moins adaptée que celle de WordPress lorsqu’on souhaite ajouter plusieurs mots clefs. Mais WordPress pourrait lui aussi s’inspirer de Spip. Ainsi la gestion de l’horodatage semble plus rapide avec Spip qu’avec WordPress. De même Spip utilise de nombreux raccourcis lors de la rédaction ce qui pourrait être transposé sous WordPress (par exemple la création d’un lien interne est très rapide et simple sous Spip et plus complexe avec WordPress). Il serait aussi intéressant sous WordPress de systématiser la possibilité de retrouver facilement un billet à modifier lorsqu’on se trouve dans la partie publique. En effet, actuellement la possibilité de passer en 1 clic d’un article dans la partie publique au même article dans la partie privée pour le modifier est liée au thème utilisé (avec certains thèmes cette fonction est absente), tandis qu’avec Spip cette fonction est toujours présente, dès lors qu’un cookies de correspondance a été activé, et n’est pas liée au design du site. Au final, sur la simplicité d’utilisation pour la rédaction Spip l’emporte sur WordPress.

Adaptabilité

Avec le critère de l’adaptabilité, je tente de mesurer la capacité de Spip et de WordPress à être employé pour différents types de sites. WordPress peut être utilisé pour de nombreux usages : blog bien sur, mais également agrégateur, digg like, forum, etc… L’avantage de WordPress pour ces différents usages c’est que généralement il faut juste recourir aux plugins adéquats. C’est donc relativement simple. Il est également possible de recourir à Spip pour de nombreux usages. Outre pour un site dans le sens le plus large du terme, on peut aussi l’utiliser pour un blog, pour un agrégateur, etc… Toutefois, il semble que contrairement à WordPress, le panel des outils déjà existants pour diversifier le champ d’application de Spip est plus restreint. Certains n’ont pas encore été développés pour Spip (par exemple pour faire un digg like). Pourtant potentiellement Spip peut avoir un champ d’application au moins aussi large que celui de WordPress et même probablement plus important. En effet, le langage particulier de Spip et plus spécifiquement son système de boucle lui donne une très grande flexibilité et on semble pouvoir tout faire avec Spip. Encore faut il, dés lors que les outils n’ont pas déjà été développés par quelqu’un d’autre, en être capable. Je donne un petit avantage à WordPress en raison de sa simplicité, étant précisé que la personne qui dispose de compétence étendue devrait préférer se tourner vers Spip pour élaborer vraiment le site qui correspond à ses moindres souhaits.


Galerie WordPress – Source : Bin-Blog

Sécurité

Personne, à moins d’être naïf, ne peut se prévaloir d’une sécurité fiable à 100 % et aussi bien WordPress que Spip n’ont pas cette prétention. En effet WordPress et Spip ont des failles de sécurité et font l’objet de mises à jour pour les corriger. Dernièrement j’ai d’ailleurs aidé une personne qui avait un blog sous WordPress pour identifier les pages qui avaient été infectées avec du code malicieux. La version stable actuelle de WordPress (3.0.4) était destinée à corriger une faille importante. Il en va de même pour l’actuelle version stable de Spip (2.1.8). La sécurité absolue n’existe donc pas.

Toutefois, aussi bien WordPress que Spip ont développé des outils pour réduire les risques. Par exemple WordPress dispose de plugins destinés à augmenter la protection de la page wp-admin. Spip dispose d’un fichier spécifique intitulé « écran de sécurité » à mettre en ligne pour protéger son site lorsqu’une nouvelle faille vient d’être découverte pour réduire les risques dans l’attente de pouvoir faire une mise à jour intégrale de la version de Spip avec laquelle le site fonctionne. Sur un autre versant de la sécurité WordPress dispose de plugins pour lutter contre le spam des commentaires. Il en va de même pour Spip (je recommande le plugin NoSpam). Pour deux raisons j’aurais tendance à considérer que Spip peut finalement être un peu moins sujet aux attaques (réussies) que WordPress, mais cela est discutable. Tout d’abord, je raisonne sur l’effet de masse. Le nombre de WordPress installé est bien supérieur à Spip et WordPress est plus connu et utilisé que Spip au niveau international. Cela entraine deux conséquences : les failles de WordPress vont être plus largement connues et les pirates ont naturellement tendance à aller vers la plateforme la plus répandue (on retrouve un raisonnement similaire dans le monde des systèmes d’exploitation avec Windows). Ensuite, il me semble que la multiplication des plugins pour WordPress peut être une source de faiblesse en matière de sécurité. En effet, chaque plugin peut devenir une porte d’entrée pour un pirate puisqu’il peut lui même comporter une ou plusieurs failles. Les utilisateurs de Spip peuvent certes eux aussi utiliser des plugins, mais le nombre de ceux ci est moins élevé que pour WordPress ce qui réduit d’autant les risques.

Par ailleurs, afin de diminuer les risques en matière de sécurité concernant WordPress, je suggère de faire attention aux sites de téléchargement de thèmes. En effet, les pirates utilisent la profusion de thèmes pour WordPress pour piéger certains d’entre eux avec du code malicieux. Le risque existe d’installer un de ces thèmes. Vous allez le réduire en téléchargeant des thèmes uniquement depuis des sites de confiance (WordPress.org par exemple).

Référencement

Spip permet désormais de modifier facilement et rapidement les url (url rewriting), toutefois la personnalisation des url semble pouvoir être un peu plus poussée avec WordPress. Spip comporte nativement un sitemap, toutefois il est limité à 1000 rubriques, 1000 brèves et 2000 articles. Il faut donc utiliser un plugin pour dépasser ces limites.  WordPress ne me semble pas disposer nativement d’un sitemap et il faut installer un plugin ou bidouiller une solution alternative. D’après Matts Cutts WordPress est le CMS le mieux doté nativement en matière de référencement. J’aurais donc tendance à le croire, d’autant plus qu’il existe des plugins pour encore améliorer les capacités de WordPress en la matière. Je précise toutefois que Matts Cutts n’a peut être pas envisagé le cas de Spip lors de son analyse car il n’a pas forcément connaissance de ce CMS (mais bon… on ne peut pas savoir, c’est juste une hypothèse).

Ce comparatif s’appuie sur mon expérience personnelle. Il peut sembler subjectif sur certains points, insuffisant sur d’autres. Cela tombe bien. Les commentaires sont faits pour vous permettre d’apporter vos remarques, vos précisions, vos indications, vos contributions.


Spip Vs WordPress : comparatif et prospective"]

Nos dernières vidéos

71 commentaires

  1. Un joli billet bien détaillé, même si je suis pas tout à fait d’accord sur l’avantage de Spip en simplicité d’utilisation.
    Attendons nous cependant à un déluge de trolls plus ou moins velus 😉

  2. Je suis étonné de voir comparer spip et wordpress, qui pour moi n’ont pas du tout les mêmes objectifs. Si wordpress est un outil idéal pour le blog, ce n’est pas le cas de spip. Pour un site internet classique par contre, pour moi, spip est largement devant en termes de fonctionnalités.

    Après les comparaisons de l’article me semblent assez juste. Sauf au niveau du design. Bon, c’est sur, faut connaitre le métalanguage de spip, mais une fois connu on a une liberté totale dans spip, alors qu’il nous reste des contraintes dans wordpress.

  3. Joli article comme toujours quoiqu’un peu peu court !
    On aurait pu y trouver (plus facile à dire qu’à faire) :
    -la montée de version
    -l’interfaçage avec d’autres CMS (phpBB par exemple)
    -des exemples de site de reference motorisés par l’un ou l’autre de ces CMS
    en tout cas merci, ptet me re pencher sur le cas « Spip »

  4. Eric

    @erwik : un peu court ? Rhooo jamais contents 🙂 Il est déjà assez long pour que 80% des lecteurs le zappent…

  5. Je suis un farouche défenseur de SPIP, donc mon jugement est forcément biaisé, mais je trouve que cet article fait une comparaison totalement partielle.

    Si on compare WordPress à tous les autres CMS forcément si on ajoute les « plugin » on sera tous d’accord que WordPress en a plus, et donc qu’à priori il est plus « extensible ». Si on prend un SPIP sans extensions et un WordPres sans extensions, quelle sera alors le niveau de comparaison ?

    Je reconnais que si on se contente d’être un utilisateur, WordPress sera certainement mieux. En revanche, si on a pas peur de mettre les mains dans le moteur, SPIP avec son système de boucle permet une abstraction totale du contenu et de sa forme, si bien qu’il n’y a vraiment quasiment aucune limites sur ses utilisations (à condition que ça ai un sens bien entendu).

    Il n’y a pas 10.000 plugin Spip, car on en a pas franchement besoin. Dés que tu comprends la puissance des boucles, t’as plus qu’à t’y mettre. Et pas besoin de faire le moindre PHP ou la moindre requête SQL !

    Le plus dur sur SPIP c’est de trouver l’info, la méthode, la technique, de se faire son expérience. Mais après 7 ans d’utilisation de SPIP, je peux t’assurer que mes sites n’utilisent toujours pas de plugin car je n’ai jamais eu de véritables limites autres que dans ma propre capacité à organiser du contenu et à l’afficher de manière intelligente.

  6. En tant qu’utilisateur de WordPress en hébergé depuis plus de 5 ans, je considère que son but (et seul but ?), c’est de faire du blogging. Point barre 🙂

    Sinon, Spip est un logiciel plus multi-usage. Donc, au lieu de voir les deux se combattrent, je dirais au contraire qu’ils sont complémentaires.

    Après tout, chacun voit midi à sa porte.

  7. Très bon comparatif !
    J’avais quelques préjugés que SPIP mais malgré ça, je pense que je vais l’essayer en local pour voir ses possibilités 😉

  8. Un joli billet bien détaillé, même si je ne suis pas tout à fait d’accord sur l’avantage de WordPress en simplicité d’utilisation.
    Attendons nous cependant…ah, c’est déjà fait? Ah oui, il y a un troll juste au-dessus de moi 🙂

  9. Plus généralement, pour choisir un CMS, il faut aussi revenir au principe de réalité :
    – qu’est-ce que les futur utilisateurs connaissent déjà
    – quelle est l’expertise du prestataire (on a vu ce qu’a donné la non expertise Drupal sur France.fr).

    Et dans tous les cas, il ne faudra pas lésiner sur la formation des producteurs de contenu, en particuliers sur l’accessibilité…

  10. Autant pour moi !
    Après pour ma défense, suis au boulot et j’attends la fin d’un merge alors j’aurais aimer en lire encore plus^^

  11. Pingback: Tweets that mention Spip Vs WordPress : comparatif et prospective -- Topsy.com

  12. Je suis assez d’accord avec erwik, le comparatif est très bon mais assez court ^^. Néanmoins, j’ai appris pas mal de trucs, ce qui est au final le plus important.

    Beau boulot !

  13. L’un des avantage de SPIP par rapport à WordPress c’est sa capacité à construire facilement des sites multi-lingue, ce que WordPress ne sais pas vraiment faire aussi facilement.

    Sinon chacun son public: WP c’est le blog et pas vraiment un CMS.

    SPIP est parfait pour construire un site qui propose une arborescence plus dense et plus profonde.

    L’usage des blog a un peu perverti notre definition traditionnelle du CMS. WP n’est pas un CMS généraliste.

  14. Après avoir utilisé SPIP pendant de longues années, je suis passé à WordPress.
    Il est vrai qu’au début il faut s’habituer au changement, mais au final, aucun regret et en terme d’utilisation je ne suis pas trop d’accord avec ce que dis l’auteur. WordPress est tout de même un grand au dessus.

  15. harry wanders on

    Bonjour,

    pour WordPress , il y a la solution WordPress.com , qui évite l’achat d’un nom de domaine , etc. , sans compter les problèmes avec certains hébergeurs (OVH , Free , …)
    avec WordPress.com , il y a quand même quelques thèmes intéressants , et puis il y a l’option « CSS personnalisée » pour 15$ par an …

  16. Merci pour cette article très complet qui donne un avis très détaillé sur SPIP que je ne connaissais que de nom. Ca m’a donné envie de le tester bien que je ne sois pas fan des CMS qui sont des cibles trop faciles pour les hackers.

  17. A mon avis, wordpress est parfait pour les blogs et Spip sert plus à faire un site portail. J’ai par contre l’impression que Spip s’essouffle un peu et je priviligierais drupal comme cms de portail.

  18. Bon idée que cette comparaison… même si elle montre ses limites – notamment, dans le côté subjectif de pas mal de critères (mais c’est sincère de l’avouer).

    Un autre avis perso pour compléter : j’ai créé beaucoup de sites sous SPIP à une époque (dont des assez gros)… mais j’ai fini par l’abandonner car effectivement, il s’essoufle. Ca se sent notamment dans le manque de plugins : on se retrouve bien souvent limité, ou alors forcé de coder à la main ce qui serait installé en 5mn dans d’autres CMS.

    Dommage car SPIP était un beau projet. Peut-être la langue française a-t-elle limité le nombre de développeurs et la naissance d’une communauté suffisante pour qu’il vive.

  19. Bon,

    mon point de vue est biaisé, vu que je connais pas WP et que je suis un fan de SPIP.

    Je répondrais juste à Nicolas : »gros inconvénient de SPIP est son code en français ». Gros inconvénient ou gros avantage, ca dépend. Perso, j’adore coder en français …. et puis à 14 ans je n’aurais jamais appris à coder en SPIP si SPIP était écrit en anglais. De toute façons la langue du codage n’a finalement qu’une importance mnémotechnique … et un peu identitaire. Mais pour une fois qu’on a autre chose que de l’anglais en informatique.

    L’impression SPIP s’essoufle un peu, je suis pas d’accord. On le voit peut-être moins parceque SPIP n’est pas là pour faire de la pub et qu’il est moins à la mode. Mais au contraire, avec la modulation des squelettes en Z et les itérateurs (plugins qui vient de sortir), SPIP peut tout à fait faire tout. Sans compter que programmer.spip.org est devenu une mine d’information pour le dev, mine malheureusement mal mise en valeur.

    A Stéphane, je dirais que SPIP n’est pas plus facile pour les hackers que n’importe quel autre logiciel. En revanche, je dirais que les correctifs des bugs de sécu sont toujours rapides à sortir.

    Après, je suis d’accord que le squelette par défaut de SPIP est moche … mais faut passer aux squelettes Z et aux thèmes.

    Et pour l’interface privée, prendre le nouveau bandeau, bien plus pratique.

  20. J’ai trouvé l’article très intéressant également.
    Je suis néanmoins plutôt d’accord avec @FredBezies et @sorbyal, et pour moi les deux se complètent et ne jouent pas forcément dans la même cour.

    Je m’étais penché sur SPIP car je souhaitais créer une petite communauté de partage de fichiers et les seuls exemples réussis que j’ai trouvé sur le net (par exemple http://www.audio-lingua.fr) ont été programmés avec !

  21. @Arnussemm : je ne suis pas certain que nos avis sont très différent. En effet en ce qui concerne l’adaptabilité de Spip, j’ai mentionné que « on semble pouvoir tout faire avec Spip ». La grande différence avec WordPress c’est que pour un utilisateur lambda s’est assez simple d’avoir rapidement un WordPress qui tourne, avec un look sympa et pour diverses fonctions (pas seulement un blog même si c’est le plus répandu mais aussi un agrégateur, un digg like, etc…). Avec Spip on peut arriver aux mêmes choses et probablement à plus de choses encore mais c’est souvent plus compliqué. C’est d’ailleurs tellement compliqué que certains n’y arriveront jamais. J’ai mis beaucoup de temps pour trancher sur ce point entre Spip et WordPress et finalement j’ai donné un petit avantage à WordPress en raison de sa simplicité. Toutefois je considére comme toi qu’une personne qui effectivement à des connaissances importantes en matière de Spip et qui trouve les bonnes infos n’a pas beaucoup de limites. Dans ce cas là oui Spip devient plus flexible que WordPress, mais cela va concerner une minorité de personnes.

  22. Je suis peut-être un peu trop « borné », mais j’ai tendance à préférer SPIP pour la création de sites Internet au sens large, et WordPress en ce qui concerne les blogs. D’après ce que je lis dans cet article, c’est peut-être une vision réductrice de WordPress.

    De plus, et malgré tout l’intérêt que je porte à SPIP, je trouve également que son développement s’essouffle. Peut-être serait-il bon de s’attaquer à une communauté plus large en passant par l’anglais. Ce qui est contradictoire avec l’histoire de SPIP finalement…

  23. Je bosse depuis environ 5 ans avec SPIP, j’ai fait environ 50 sites dans tout les styles, de l’énorme site scientifique avec un milliers d’article, au site conçu avec 3 designers pour des architectes, site d’association géré par 20 rédacteurs, etc… Je travaille aussi avec WordPress depuis quelques temps. L’avantage de WordPress c’est qu’avec la multitude de thémes gratuit, on a moyen sans trop passer de temps et sans se casser la tête de faire un site qui a vraiment bonne allure, d’ou son succès.

    Par contre si on décide de dessiner son site dans illustrator ou photoshop, et de créer son propre thême (ou squelette), qu’on décide d’apporter quelques comportements un peu exotiques, histoire d’avoir un site qui ressemble pas a tout les autres, c’est franchement plus simple avec SPIP, mais il faut maitriser le css et le language de boucle spip qui n’est pas bien compliqué et qui permet de faire des merveilles.

    La prise en main de l’admin est bien plus simple avec Spip, on a des rubriques et des articles et basta.

    Je dirais que SPIP est plus une solution pro, et WordPress gagne du terrain par sa facilité de mise-en-œuvre.

    Spip a une vraie philosophie Open Source communautaire, WordPress a plus une logique commerciale avec ses thémes payant etc…
    Ce qui peut donner à première vue un coté un peu ringard a Spip comme son thème par défaut qui est une vraie cata.

  24. L’aspect sécurité est discutable. La capacité de WP à mettre à jour en 1 click est un atout incroyable. En cas de faille de sécurité le processus est tellement lourd sous SPIP que les webmasters ne le font pas ou pas assez rapidement.

  25. @DONNART : sedna permet de faire un agrégateur, pas un digg like. Il me semble en effet qu’il n’y a pas de système de vote dans sedna.

  26. Article sympa. Moi j’ai une tendresse particulière pour SPIP pour plusieurs raisons:

    -SPIP sait tout faire et pourtant il n’est pas une usine à gaz;

    -la communauté est très active et on croise même les coredevs sur l’IRC qui répondent aux questions des novices;

    -Grâce au langage de boucle et avec un peu de jugeote, le quidam peut développer des plugins, des squelettes ou des thèmes.

    @Nicolas
    Le code de SPIP n’est pas en français. Il est en PHP/HTML/CSS. Mais ceux qui le souhaitent peuvent aussi coder « en SPIP » dont les mots réservés sont en français. C’est simple et plutôt efficace. Même moi j’y arrive. Je ne connais pas le PHP et pourtant visites mon blog http://www.yannflorent.net/blo.....blog-a-moi

  27. Le plus gros défaut de SPIP d’après moi est la première impression qu’il produit (par défaut justement, c’est pas joli joli) coté admin ET public. J’ai cependant constaté une évolution très positive entre autre sur ce point depuis la 2eme mouture. Du même tonneau, ce qui gène aussi le non initié est la cruelle absence de wysiwyg en natif. L’utilisation du français pour la synthaxe est un gros plus pour le codeur novice gaulois, mais un gros frein à son développement à l’échelle mondiale, évidemment. Je ne connais pas WP donc je m’abstiendrai de troller a son sujet.
    Pour résumer je dirait que SPIP est une Ferrari déguisée en deudeuche :D. À bon entendeur, salut !

  28. Bon article où son auteur relate son expérience de manière objective. En fait, de mon point de vue, il n’y a pas de bon CMS. Le bon CMS c’est celui qui correspond aux besoins de ses utilisateurs et au cahier des charges sans déborder dans des fonctionnalités inutiles qui alourdissent son code.
    Et c’est là que le bât blesse pour WP et Drupal : ce sont des solutions de gestions de contenus souvent sur-dimensionnées qui manquent de souplesse.
    Sur le plan du référencement WP grâce à ses nombreux Mods est sans doute mieux préparé au SEO mais il demeure qu’il faut rentrer dans le code pour construire un CMS qui se distingue par sa capacité au référencement naturel. Mais c’est pas joué : il faut rentrer dans le code (et il y a plus de 200 000 lignes !) pour en faire une bête de course au positionnement de ses pages dans les SERP.

  29. @babibel tu as déjà de l’experience avec SPIP, pour ma part je fus un peu perdu au début puis après avoir testé (et adopter) wordpress, ça m’a mis moins de 15 minutes pour avoir un blog prêt à l’emploi

  30. Merci pour ce bon comparatif honnête et précis. Je suis complètement d’accord avec toi : SPIP n’est pas aisé à apprivoiser et apparaît comme une « mocheté qui fait fuir ». Mais il manque certainement un critère à ton tableau comparatif, en design : il n’est peut-être pas possible de choisir un thème graphique d’un clic, mais quand on veut le coder soi-même, c’est le bonheur : SPIP n’impose aucune structure, ce qui laisse une liberté totale pour le design, ce qui n’est pas le cas de tant d’autres CMS !

    Pour résumer, SPIP est nul en design… du point de vue utilisateur, mais d’un point de vue dev front, y’a pas mieux : totale liberté avec, en plus, compression native des fichiers CSS et JS, génération auto de feuilles de styles (pour site bilingue franco-arabe, par exemple), traitement automatisé des images, y compris typographiques, etc. C’est nativement très bien optimisé sur ces points.

  31. Très bon article, pour ma part je suis de ceux qui pense qu’ils n’ont pas la même vocation et ne sont donc pas à opposer. C’est un peu comme comparer un capteur reflex plein format et aps-c…ils cohabiterons encore longtemps parceque l’on a besoin des deux.

  32. @tetue : oui, je suis d’accord avec toi, sur le design (comme sur certains autres critères) j’ai mis en avant l’aspect simplicité. Avec WordPress on peut avoir rapidement un site avec un beau look. Pour Spip j’ai donné des pistes pour trouver des beaux thèmes déjà faits mais effectivement comme tu l’indique on peut aussi bosser soit même les squelettes pour faire une belle présentation avec beaucoup de liberté (cf par exemple le blog de @babbibel cité plus haut dans la liste des commentaires). Mais cela demande des connaissances et du temps.

  33. Pour utiliser les deux à la fois pour mes usages personnels ou dans un cadre professionnel, j’abonde dans le sens de pas mal des commentaires.

    WordPress est un superbe outil de blogging qui bénéficie d’une communauté globale et d’une foultitude de thèmes / plugins. On a un blog vite et bien.

    Dès lors que l’on veut créer un site internet plus personnalisé et pour un périmètre fonctionnel plus large, SPIP, ou un autre CMS généraliste est clairement plus adapté. On peut faire un blog avec SPIP bien sur mais ce n’est pas sa vocation première. C’est un peu plus compliqué du coup.

  34. Le rôle d’un CMS n’est pas de se charger du design. Un bon intégrateur CSS peut faire ce qu’il souhaite avec la pluspart des CMS d’aujourd’hui.

    Au niveau de l’adaptabilité/personnalisation, dès que l’on doit passer par un plugin il y a une prise de risque, d’incompatibilité, de bug, etc… Le GROS avantage de Spip est son mini-langage qui le dote d’une certaine intelligence. Quand on a pigé les subtilités de Spip on peut faire beaucoup de choses sans passer par l’ajout de plugin.

    Enfin, sur le plan de la simplicité pour l’utilisateur qui doit gérer le site, Spip est très facile. Et on peut encore améliorer les choses en touchant un peu au backOffice.

    Nous utilisons plusieurs CMS et je trouve que Spip remporte haut la main sur le plan potentiel/adaptabilité/vitesse de mise en oeuvre.

    Par contre pour un débutant qui doit ne compte pas faire beaucoup de site, je pense que WordPress est plus rapidement accessible.

  35. Quant à moi j’ajouterai que pour avoir codé sur du Spip comme sur WordPress, leurs rigidités simpliste avec les templates m’insupporte un peu. L’architecture MySQL de WP est tordue à mes yeux, et le boucles Spip sont une idée séduisante mais encore trop inachevée pour faire du développement pur et dur. Résultat sur ces quelques dernières semaines : un WP avec une interface publique toute en PHP fait maison, et un Spip … pareil ! Ces deux CMS ont finalement un avantage commun pour les développeurs : leurs admins qui sont rudement bien ficelées et permettent de gagner un temps précieux à développer un vrai chouette code qui cause avec la base de données ! 🙂

  36. Pingback: L’Hebdo WordPress : Thème – Sécurité – Mobile | WordPress Francophone

  37. Pingback: L’Hebdo WordPress : Thème – Sécurité – Mobile | Serbouti Mohamed Amine

  38. Pingback: Un comparatif Spip – Wordpress | JahanDesign

  39. Pingback: L’Hebdo WordPress : Thème – Sécurité – Mobile

  40. Pingback: L’Hebdo WordPress : Thème – Sécurité – Mobile | Choisir-son-CMS.tk

  41. Tout le monde ici semble s’accorder à dire que WordPress se limite au blogging, il faut savoir qu’il existe des bibliothèques qui font de WordPress un véritable Cms. La version 3.1 qui arrive ces jours ci devrait encore améliorer les choses. Mais je reconnais que la souplesse de Spip est exceptionnelle.

  42. Bravo pour ton article qui dresse un bon comparatif bien que effectivement le fait que Spip soit français entraine un recul insuffisant et surtout une impossibilité de se retrancher derrière des avis comme celui de Matt Cutts qui ne doit jamais avoir entendu parler de Spip.
    Personnellement, j’ai déjà mené aussi ce genre de test et je serai tenté de dire que ce qui fait la différence entre spip et wordpress, c’est avant tout le webmaster et la sensibilité qu’il a vis à vis du référencement naturel…
    Lequel des deux est le plus performant en terme de référencement, spip? wordpress? Aucun des deux si le webmaster du site ne fait pas un minimum de travail en y mettant un tant soit peu d’application

    Tommyknocker

  43. Perso j’ai un site qui utilise les 2 cms.

    La page d’accueil est sous SPIP avec un PR3 sur lequel je publie un article de temps à autres,
    en sous répertoire j’ai un WordPress avec un PR4 et je n’y suis guère présent, va comprendre Charles.

  44. Pingback: Daveo Concept | L’Hebdo WordPress : Thème – Sécurité – Mobile

  45. Il y a une raison pour laquelle WordPress « semble »mieux fait pour le refnat (et c’est pas parce que Mattitou le dit), c’est qu’avec WP, les templates livrés sont déjà opérationnels et pro tant en codages qu’en graphisme… Pour Spip il faut ramer à la fois avec les boucles et autres « Csseries » et effectivement si on veut customiser son site pour dépasser le cadre du simple intégré, on apprécie sa souplesse. Sur mon site j’utilise les 2 mondes cad un template venant d’un WP (the Morning After – Transposé par Valery le monsieur au Châpeau que je remercie au passage) sous un moteur Spip et encore je recode ensuite mes boucles et css comme un cochon ;o)… En terme de sécurité, vu que Spip est moins connu il est plus « sécurisant », c’est comme un Mac… il y a des failles sur le Mac mais beaucoup moins que sur les PC… En terme de productivité et d' »agréabilité » le back office malgré son austérité, mais qu’est-ce qu’il est bon de s’en servir…

  46. @Infosimmo le monde est petit, j’utilise The Morning After (avec également quelques retouches) pour la partie Spip et une vieille version pour la partie WordPress.

    Et sur un vieux site sous Spip le flux RSS de votre site

  47. @ Philippe : eh oui c’est le premier squelette digne de ce nom (oups désolé pour les autres faiseurs de squelettes) sous SPIP (ce n’est que mon avis et que je partage). Dès que j’ai branché the Morning after avec mes modifs de charte graphique, les gens m’ont tout de suite dit : ah ça fait pro… Avant j’utilise d’autres templates spip (aucun avis…).
    En conclusion : j’utilise Spip pour des sites plus « ambitieux » car custumisable à souhait grâce au boucle et que ça fait des années que je connais SPIP…
    J’utilise worpress pour des petits sites rapides car j’ai besoin de certains plugins opérationel tout de suite et aussi parce que j’ai envie d’un template plus « pro » tant au niveau design que css… avec le spip garden j’y trouve toujours pas mon compte même si c’est prometteur :o)

  48. Ya trop de facteurs autres que le CMS qui rentrent en ligne de compte. Sincèrement un tel test ne sert limite pas à grand chose tant l’outil n’est rien sans la personne qui l’administre

  49. Une précision The Onion n’utilise plus Drupal depuis belle lurette mais… le framework Django qui est excellent au demeurant. Mais qui est destiné aux sites imposant de grosses montées en charges et du sur mesure.

  50. Bonjour, puisque le sujet n’est pas encore si ancien je me permets de vous donner mon avis. Que ce soit le 1er cms ou un autre la plus grande question qu’il faut se poser est quelle communauté de gens se trouvent derrière? Qui sont-ils, comment ils utilisent leur cms, pour quel genre de sites: perso, entreprise, ecommerce, affiliation? J’ai dernièrement entendu que lesoir.be passait en Drupal, je pensa simplement que le gestionnaire de l’ancien cms qu’ils utilisait est moins compétent que la communauté Drupal, ce qui fait que certaines sociétés se tournent vers les solutions en quelque sorte « garanties ».
    Poour ceux que ca intéresse, un nouveau CMS arrive sur le marché de paris sportifs et jeux en ligne: Playiz.com!

  51. *en mode déterrage de post*

    perso je n’ai jamais utilisé SPIP, par contre pour ce qui est de WP …. je suis totalement séduit !

    ce qui est dommage c’est de ne pas se placer du point de vue développeur, en effet, sous WP, il est possible de tout faire sans avoir à rentrer dans le système.

    l’utilisation de hook permet de tout faire sans dépendance avec le noyaux et donc aucun problème au moment des mises à jour.

    encore une fois, je n’utilise pas SPIP et donc ne connais pas les fonctionnalités de ce CMS

    pour ce qui est de la base française .. c’est triste pour ce CMS, personnellement, je vois chaque jours les bienfaits d’une communauté mondiale, d’autant plus que les américains sont nettement plus partageurs que les français lorsqu’il est question de présenter des techniques avancées.

    apprendre en France en niveau avancé/expert est un parcoure du combattant bien éprouvant.

    par contre le fait de parler de plugin à gogo me fait souvent très peur, l’avènement du CMS « standardisé » ( désolé je ne trouve des mots adéquat dans l’immédiat ) à permis de gagner un temps considérable mais à force d’user et abuser des plugins, on trouve des « dev web » incapable de faire un foreach, c’est flippant !

  52. Je connais un des développeur qui faisait partie de l’équipe de spip et je peux te dire que c’est un puits de sciences et que ce ne sont pas les dév spip qu’on peut accuser de « pingres », c’est juste que la communauté est française (bon allez, francophone) mais que ca se limite à ce point…

    De mon coté, je dis vive les plugins, ça n’apporte que plus de valeurs aux modules codés à la demande et qu’on ne trouve nul part ailleurs !

  53. J’ai déjà fait plusieurs billets sur des comparatifs ainsi que donné mon avis assez précis et poussé sur la chose.
    Je suis développeur et je bosse dans une boite où l’on gère un projet de A à Z en ayant l’habitude de switché d’un cms à l’autre (drupal, spip, cmsms, contao, joomla, wordpress, prestashop & magento) ainsi que les frameworks pour de pus gros projets specifique (zendframework en ce qui me concerne et symfony).
    J’apporte alors mon avis et je suis plutôt assez d’accords sur ce qui est dit dans l’article sauf exception.

    J’ai réalisé des sites complexes et c’est en regardant la concurrence de boite connus sur le web comme dans le milieu professionnel que je me suis aperçu que d’autres boites n’utilisaient en fait que de façon amateur les cms que j’ai cité (install cms, collage template, install plugin et configuration en restant dans le standard alors que l’on peut pousser bien plus loin la machine).

    WordPress tout comme joomla est victime de son succès. Un cms est très populaire ? il est écrit qu’il est très simple d’utilisation même pour un néophyte ? tout les cms le disent et l’écrivent mais beaucoup moins le sons en réalité. Spip, cmsms, et wordpress font partie de la réalité.
    Le problème, est qui peut être compréhensible pour un néophyte qui va chercher « le » cms à utiliser. C’est que lorsqu’il arrive sur spip et qu’il l’installe. il est rapidement confronté à se plonger dans la doc, mais la doc concernant l’utilisation de la syntaxe des templates.

    Pour lui il ne fera pas de différence, cela reste du code. Si il ne connait pas le html et css à la base il va vite repartir car ce qu’il veut c’est installer et paramétrer c’est tout. Et c’est une bien belle erreur justement car d’une, SPIP ainsi que l’utilisation des pugins est très très bien documenté, en français pour la grande majorité des sources, grosse communauté comme pour les plugins etc…

    spip est un peu à part dans est cms comme l’est drupal et contao (joomla aussi). Passé l’apprentissage et la compréhension du système des boucles, spip devient redoutable ! en terme de possibilité et flexibilité.

    WordPress prend de plus en plus la ligné de spip lorsque l’on regarde sa gestion de structure de fichier, l’héritage, les boucles etc.. Tout en gardant ses avantages.

    Certe, pour un non initié au html/css des cms tel que joomla, wordpress (voir pour les cms amateur et bas de gamme comme xoops & co) seront leurs préférés.

    Mais un autodidacte connaissant le html et le css désire un cms flexible et simple en intégration, alors il devrait vraiment se plonger dans spip.

    En terme de référencement spip peut être tout aussi redoutable sauf cas exception, d’après mes tests en seo je me suis aperçu d’une particularité sous wordpress qui possède un avantage sur d’autres cms en terme de SEO, et cela n’est pas grâce au cms wordpress en lui même 😉 bien qu’il soit optimisé comme il faut pour le référencement croyez moi.

    en ce qui concerne la création d’un menu ou d’un sitemap par exemple, sous spip, pas besoin de surcharger avec des plugins inutile, on peut très bien se débrouiller et même faire mieux que les plugins pour réaliser cela rien qu’avec le moteur de template de spip.

    Voila mon avis et mon expérience sur la chose. Les deux se valent avec un avantage pour spip sur sa polyvalence pour la création de site portail, mais ca c’est mon avis en tant que développeur.

  54. @shadoo

    Je suis moi aussi dév dans une boite web. Pour ma part, en tant que dév, je préfère wordpress. Le systeme de hook devient très puissant une fois qu’on le maitrise. De meme, gerer les droits utilisateurs est très simple a mettre en role (je parles de droits plus poussés que rédacteur, etc).
    Le seul gros défaut de wordpress pour moi vient de ses plugins . En effet, il m’est arrivé de trouver une faille de sécurité au sein d’un plugin téléchargé. Du coup, je vérifie les plugins pour plus de sécurité. Au final, ce n’est pas tant du temps perdu puisque très souvent, je modifie les plug in pour qu’il corresponde aux besoins des clients.
    Aussi, d’un point de vue rapidité, récemment on a réussi a monter une plateforme de téléchargement (mp3) avec gestion des droits avancés et/ou téléchargement sécurisé en même pas une semaine avec wp , et le tout dans un design épuré.
    Bref, vive wordpress.

    P.S: ce qui m’a le plus dérouté dans spip, ce sont….les boucles en français….

  55. @letangue Ha oui mais je rappelle je dis bien que les deux se valent je trouve. Il est très vrais que le système de hook dans wordpress ou même la création de plugin est relativement simple. Mais rien que au niveau intégration et template différent selon la page spip fait moins fouillit au niveau du code que wordpress et est plus rapide en terme d’intégration de design. SPIP était avant tout un cms au sens propre type portail (pour la création site web) maintenant wordpress le rejoint et la gestion des menus ainsi que une page d’accueil était relativement complexe à mettre en place avant la version 3. Bon vue que je choisi le cms en fonction des besoins et vue que je ne trouve pas une réel différence entre spip et wordpress je vais choisir l’un comme l’autre selon l’envie bien souvent concernant le client et ses affinités aussi avec le backend de l’un ou de l’autre.
    Pour spip on peut étendre les droits utilisateurs. En ce qui concerne le système des boucles vue qu’il y a beaucoup de français c’est encore plus simple de comprendre mais par contre le moteur de template de spip est vraiment le plus puissant en terme de flexibilité et de simplicité que j’ai pu voir entre un joomla, cmsms, drupal, wordpress ou bien Contao même si certains cms vont avoir une cible de site différent.
    La clé de spip pour comprendre c’est de comprendre le système des boucles, si l’on a bien compris son usage après on comprend mieux toutes les possibilités offertes rien que pour créer un porte folio sans plugin. Juste du jquery et des boucles spip suffise afin de créer une galerie multimédia alors que sous wordpress c’est un peu plus compliqué (je dis bien un peu plus).

  56. Bonjour,

    Je commence actuellement à m’intéresser de spip mais vu qu’il y ait de nombreuses manipulations php à faire pour

  57. Merci pour cette analyse, bien qu’on puisse regretter qu’il n’y ait pas de prise en compte du multilinguisme. Je crois que WP est largué de ce côté-ci tandis que SPIP a nettement progressé avec sa version 2 et ses plugins parfaitement efficients.

    Voili voilà, en souhaitant une nouvelle bonne année, au blog et à ceux qui y contribuent.

  58. Bonjour,
    Merci pour ce comparatif.
    Comme beaucoup d’autres je crois, j’ai choisi wordpress, surement pour l’énorme communauté qui est prête à aider…

  59. Utilise SPIP depuis des années et franchement les limites sont très lointaines. Je l’utilise comme important portail avec des milliers d’articles et depuis 10 ans sans soucis. Ses limites existent si on désire créer quelque chose d’encore plus puissant là ou un cms n’est plus vraiment approprié. Le seul point négatif face a WP c’est peut être la gestion de communauté. Nativement spip gère les commentaire et les inscriptions et là je n’ai rien à dire mais après pour ce qui concerne la modération, le spam il peut arriver que wordpress aie plus d’outils (plugins), mais c’est encore à voir.

    Autrement comme déjà indiqué auparavant, une fois qu’on connait les boucles c’est la liberté totale sous spip et refaire certains sites que jai fait sous spip sous wordpress à mon avis cela prendrait plus de temps.

    Etant spécialisé en référencement je pense que les deux se valent tant que le site n’est pas multilingue. S’il est multilingue SPIP gagne la comparaison. WordPress sous cet aspect offrira plus des solutions arrangées tandis que sur spip c’est du propre et cest une des raisons importantes pour laquelle ne prendrait jamais WP pour un site qui est multilingue ou qui risque un jour de le devenir.

    Enfin wordpress est effectivement facile à mettre en place et utiliser et ses mises à jour automatiques sont un bonheur. Il propose énormément de templates ainsi facilement n’emporte qui peut l’apprivoiser même sans être un professionnel.

    Alors d’un côté c’est bien beau si on est un professionnel et on met en place qq chose de pro, mais d’un autre côté trop souvent j’ai vu des amateurs mettre en place des sites sous wordpress pour des sociétés (avec template de base, logo posé n’emporte comment, fond répété sauvagement…) en très peu de temps et venir enfin dire « voilà on a un site ». Ils passent ainsi auprès de la société pour des pro lorsque le travail est loin d’être un site professionnel. Ce qui au final fait tort à notre secteur d’activité. Et ça c’est le vrai point négatif de wordpress, transformer des amateurs en pseudo-pro. Sans compter le nombre de templates pourries qui existent (base64) et qui sont utilisées par ces gens sans le savoir…

    Heureusement avec spip cela n’arrive pas ou quasiment pas. Car il faut savoir d’abord penser au design, puis le mettre en place et l’intégrer aux squelettes en utilisant le css et ceci implique des réflexions, un graphisme pensé, du savoir faire et non pas de l’improvisation. Ainsi suis prêt à parier que sur la totalité des sites wordpress on retrouvera en tout cas 80% plus que chez spip les mêmes design sur différents spip.

    Si après parfois on parle mal de spip c’est souvent car on le connait pas et on préfère la facilité de wordpress. Alors après la vraie question est: qui c’est qui émet un jugement?

    En fin de compte préfère nettement SPIP à cause de ces aspects et reste ouvert à WP plus pour des projets de type blog où la WP est supérieur.

  60. il serait intéressant – après un minimum de retour d’expérience – de refaire ce test avec SPIP 3.0 qui sort aujourd’hui même !

  61. Actuellement je tiens un site WordPress chez FREE qui fonctionne avec une version 3.3.1 bricolée de WordPress car WordPress nécessite PHP 5.2.4 et FREE ne dispose que de 3.1.4.
    J’ai lu que SPIP 3.0 fonctionne avec PHP 5.1, mais qu’en est-il de la consommation de RAM avec SPIP ?

    FREE limite l’usage de la RAM à maximum 32Mo et j’en utilise 26Mo sans aucun plugin.

    Est-ce que SPIP est moins gourmand que WordPress en mémoire RAM et donc est-ce que son usage est préférable pour un usage chez FREE.

    De plus, comme mon site n’est pas un blog, mais un site classique, SPIP semble convenir pour ce genre de site d’après ce que j’ai pu comprendre des commentaires précédents.

    Quelle est la consommation de RAM de SPIP en comparaison de celle de WordPress ?

    mercide votre éclairage.

  62. Je fais partie des fervents défenseur de spip!

    C’est un sacrés outil autant pour les web-designers que les développeurs. Rien que le principe de surcharge de la distribution c’est de l’or en barre.

    Un site fait sous spip qui utilise le moteur de template http://www.vodexa.com/kaamelott#l-orateur j’entend par là qu’il ya vraiment trés peu de fonction php ajouté et pas de plugin superflu!

Send this to a friend