Les robots veulent nous piquer notre boulot… Taxons les robots !

La robotisation et l’arrivée des intelligences artificielles risquent de bouleverser le monde du travail à l’avenir certains analystes estiment que près d’un emploi sur deux aura disparu d’ici 2050, car ces postes seront occupés par des machines. Une déshumanisation qui inquiète déjà les politiques.

C’est désormais une certitude. Les robots vont peu à peu remplacer l’être humain dans le monde du travail. Mais quels métiers seront les plus touchés ? De combien d’emplois parle-t-on ? Quelles sont les solutions pour réduire les impacts négatifs sur notre société ? Pourrait-on vraiment taxer les robots comme le suggère Benoît Hamon ? On fait le point pour vous sur les différents éléments.

L’impact des robots est difficile à chiffrer en termes d’emplois

Au moins trois scénarios différents sont envisagés quant à l’impact des robots sur nos emplois :

  • Le scénario le plus optimiste. Le Conseil d’orientation pour l’emploi estime dans un rapport paru en début d’année que seulement 1,49 millions d’emplois en France seraient en danger, principalement les agents d’entretien, les caissiers et employés de services divers.
  • Le scénario mitigé.  En mai 2016, des experts de l’OCDE estiment eux ce chiffre à 2,4 millions. Pour calculer le nombre d’emplois présentant « un risque élevé de substitution », ils se sont concentrés principalement sur les tâches isolées.
  • Le scénario le plus sombre. Une étude du cabinet de conseil Roland Berger, publiée en 2014, dessine une situation beaucoup plus compliquée pour l’emploi. 3 millions de postes seraient en danger. D’ici 2025, 20% des tâches pourraient être automatisées. Plus inquiétant, les secteurs touchés seraient très nombreux : agriculture, bâtiment, services aux entreprises et aux particuliers…

Une taxe sur les robots ?

C’est sur ce dernier scénario que Benoît Hamon s’est appuyé pour proposer son idée de taxer les robots. Sur France Inter, il explique ainsi : « Des robots remplacent les travailleurs, mais la création de la richesse continue d’augmenter. Il faut que cette richesse finance la protection sociale.» Pour le favori de la primaire socialiste, c’est un levier que l’on peut utiliser notamment pour financer le revenu universel, l’idée phare de son programme.

Son système se baserait sur  l’octroi d’un « salaire fictif » à ces machines pour y prélever une cotisation. Une taxe qui ferait alors écho à un rapport du Parlement européen qui prônait que l’on attribue une personnalité juridique aux robots. Les entreprises devraient ensuite communiquer sur les économies réalisées en terme de cotisations de sécurité sociale, grâce à l’utilisation de robots pour remplacer les employés humains. L’idée soulève toutefois plusieurs problèmes, notamment la définition même du terme « robot ».  A partir de quel moment une machine devient-elle un robot ? Ordinateurs et smartphones n’aident-ils déjà pas à faire des économies dans les entreprises ? Gageons que ce débat risque de durer quelques années encore… En attendant si les robots vous intéressent, pourquoi ne pas jetez un œil au petit robot Buddy de Blue Frog Robotics découvert pendant le CES 2017.

Source


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. L évolution a toujours surpris l homme, mais on fini par s y abituer.
    C est pas mal de poncer a des taxes compensatoires .
    De l autre côté,ces usines de fabrication de robots crée de l emploi.

  2. Houla… Une mauvaise idée de Bill Gates pour une fois…

    Non, il faut laisser les robots baisser les prix et voler les emplois peu qualifiés. Surtout, il faut continuer d’indemniser les chômeurs pour maintenir la demande. Ensuite comme ça va créer de la déflation, on pourra ré-injecter de l’argent dans l’économie via un revenu de base ou en finançant ces aides aux chômeurs…

    • Emmanuel Ghesquier
      Emmanuel Ghesquier on

      Sauf qu’à terme ce ne sont pas 10% ou 30% des emplois qui sont concernés mais 100%… Ce qui signifie que les entreprises n’auront besoin que d’un minimum de salariés et je vois mal les pays verser des aides à 100% de leur population. D’où viendra l’argent finançant ces aides si tous le monde est au revenu minimum et donc non imposable et que les entreprises ne fassent pas de redistribution des richesse car rien ne les y oblige… On pense à tord que les robots touchent les emplois peu qualifiés, c’est faux, il existe déjà des robots ou intelligences artificielles qui travaillent sur les flux financiers, sur la gestion de lignes de production, des robots avocats, des robots policiers, des robots commerciaux, des robots chirurgiens… certes aujourd’hui il s’agit de versions bêta imparfaites, mais dans 20, 30 ou 50 ans, ces derniers maitriserons mieux que nous chaque domaine.

      La question de taxe ou de revenu universel pour faire tenir en équilibre précaire la société n’est pour moi pas la plus importante, c’est plutôt, quelle sera la place de l’homme, la vraie question.

Répondre