Connect with us

Actualités

Les rumeurs vont plus vite que l’information sur Twitter

Mieux vaut être une fake news qu’une information vérifiée sur Twitter. Tel est le résultat d’une étude menée aux USA qui montre des taux de partage très nettement supérieurs pour les fausses informations que pour les sujets vérifiés.

Il y a

le

On s’en doutait un peu à vrai dire. Twitter comme Facebook ces derniers mois sont devenus un véritable repaire à fake news. On l’oublie parfois bien au chaud dans nos bulles numériques, mais certains utilisateurs ne voient en fait que de fausses informations ou presque. Et une nouvelle étude réalisée par des chercheurs du MIT et publiée dans la revue Science ne risque pas de nous rendre plus optimistes.

70% plus de chances d’être retweeté

On y apprend ainsi que à l’heure actuelle, sur Twitter, une fake news a 70% de plus de chances d’être retweetée, qu’une information vérifiée. Et il ne s’agit pas d’un micro-phénomène. Les chercheurs sont remontés jusqu’à 2006 pour analyser plus de 126.000 cas différents, ayant été partagés par 3 millions de personnes un total de 4,5 millions de fois. Ils se sont appuyés sur des histoires qui ont été vérifiées ou démenties par six sites de fact-checking américains pour voir comment ils étaient partagés.

> Lire aussi :  Facebook et Twitter expliquent pourquoi ils ne retournent pas en Chine

Pour analyser de façon précise le phénomène, ils ont construit un système de cascades. Si 10 personnes partagent de façon individuelle un contenu sans être retweetés, il s’agit de 10 cascades d’ampleur 1. En revanche, si deux personnes partagent un contenu qui est retweeté 100 fois, il y a  alors deux cascades d’ampleur 100. Bilan des courses ? Les informations vérifiées atteignent rarement 1.000 personnes. Les fausses ? Cela va de 1.000 à 100.000. Ces dernières vont aussi six fois plus vite à atteindre 1.500 personnes. Pour ne rien arranger, les informations les plus virales sont les fake news politiques. Enfin, les robots ne jouent aucun rôle dans le résultat.

Ce qui manque encore à l’heure actuelle, c’est bien sûr les explications. Plusieurs tendances se dégagent toutefois selon les chercheurs. Ils estiment que la nouveauté jouerait un grand rôle. Un contenu fake peut jouer plus facilement sur l’aspect innovant, attirer l’attention et être partagé très vite. C’est moins vrai dans le cas d’une information vérifiée.

> Lire aussi :  Jack Dorsey veut trouver une solution contre les bulles de filtrage sur Twitter

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. K PUB

    9 mars 2018 at 12 h 00 min

    ça n’étonne pas !

  2. Rayouzz

    10 mars 2018 at 13 h 21 min

    C’est tout à fait vrai, un débarras de fake partout ou on met le curseur si on est pas un utilisateur averti !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Dernières news

Les bons plans

Les tests