Connect with us

Tech

Santé : des chercheurs mettent au point une intelligence artificielle diagnostiquant les lésions rénales

Des chercheurs américains ont mis au point une intelligence artificielle capable de prédire, 24 heures à l’avance, les risques d’apparition de lésions rénales aiguës chez les patients hospitalisés en réanimation.

Il y a

le

Chine : une usine de robots qui construisent des robots

Des chercheurs ont mis au point une IA capable d’évaluer le risque de lésions rénales aiguës à partir de notes cliniques. Celle-ci prédit les risques de développer une telle pathologie dans les 24 heures.

Une IA qui prédit les risques d’apparition de lésions rénales aiguës

Des chercheurs de la Northwestern University et du Health Science Center de l’Université du Texas ont mis au point une intelligence artificielle capable de prédire le développement de lésions rénales aiguës dans les 24 heures auprès des patients placés en soins intensifs.

Les lésions rénales aiguës sont une affection dans laquelle les reins ne parviennent plus à filtrer les déchets du sang. Cela peut conduire à une destruction du système rénal du patient. Le taux de mortalité d’une telle pathologie s’approche des 89 % s’il dépasse le stade 2 (sur les 3 étapes de l’affection). Le risque de décès est multiplié par douze si la pathologie apparaît après une chirurgie abdominale majeure.

> Lire aussi :  Une IA identifie les personnes grâce à leurs mouvements oculaires

Désormais, les praticiens vont pouvoir s’appuyer sur une intelligence artificielle mise au point par des chercheurs texans. Cette IA est capable de collecter et d’extraire les facteurs de risque des données électroniques des dossiers des patients et de prédire la probabilité d’apparition de lésions rénales aiguës dans les 24 heures suivantes. Cette intelligence artificielle pourrait ainsi avertir les médecins des risques d’apparition de la pathologie peu de temps après l’entrée en soins intensifs du patient.

Une intelligence artificielle alimentée par 40.000 dossiers de patients

Pour mettre au point cette intelligence artificielle, les chercheurs l’ont nourrie avec les dossiers rendus anonymes de plus de 40.000 patients ayant séjourné dans le service de réanimation du centre médical Beth Israel Deaconess. Un scénario a été établi selon l’âge, le sexe, la race et l’ethnie des patients ainsi que les notes cliniques prises durant toute l’hospitalisation en réanimation. Les taux de créatine sérique relevés pendant les 72 heures suivant le début de l’entrée dans le service ont aussi été pris en compte. Les experts ont toutefois exclu les patients sans note clinique et ceux ne présentant pas de dysfonctionnement rénal.

> Lire aussi :  #9moisMonChoix, une campagne de publicité décalée sur la grossesse

L’intelligence artificielle a été capable d’identifier 50% des cas de risque de développement de lésions rénales aiguës 24 heures à l’avance. Une précision jugée « compétitive » par rapport aux autres méthodes. Les chercheurs ont toutefois souligné que dans les cas où l’IA n’avait pu prédire correctement l’apparition de l’affection, c’était dû au nombre trop faible de patients ayant constitué la base de données. L’intelligence artificielle devrait être alimentée par de nouveaux dossiers pour affiner encore son niveau de prédiction. Notez que les intelligences artificielles sont de plus en plus utilisées en médecine pour le diagnostic comme par exemple l’IA capable de dépister précocement l’apparition de la maladie d’Alzheimer ou bien encore l’intelligence artificielle qui diagnostique les cancers de la peau.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests