Seesmic lève 4 millions de dollars

« Gérer une entreprise devient aussi simple que communiquer sur Facebook et Twitter ». C’est pas cette formule aussi optimiste qu’un peu étonnante que Seesmic annonce sur son blog une nouvelle levée de fonds de 4 millions de dollars. Seesmic, qui a de nouveau récemment changé son orientation en spécialisant son service à destination des entreprises afin

« Gérer une entreprise devient aussi simple que communiquer sur Facebook et Twitter ». C’est pas cette formule aussi optimiste qu’un peu étonnante que Seesmic annonce sur son blog une nouvelle levée de fonds de 4 millions de dollars.

Seesmic, qui a de nouveau récemment changé son orientation en spécialisant son service à destination des entreprises afin de les aider à gérer et à tracer leur présence dans les medias sociaux, n’en n’est pas à sa première levée de fonds, puisqu’un premier tour de table en 2008 lui avait déjà permis de réunir 12 millions de dollars.

Cette nouvelle levée, obtenue auprès de SalesForce et SoftBank Holding, porte donc à 16 millions la participation de fonds extérieurs au capital de Seesmic.


34 commentaires

  1. ca sert à quoi au fait Seesmic ?

    Lemeur a le mérite de savoir se vendre, parce que je crois sincerement que personne n’utilise son truc. Enfin, peut etre un peu comme Twitter en France, le truc super élitiste inaccessible à la masse … mais putain, a dja les sommes en jeu quoi …

  2. « Gérer une entreprise devient aussi simple que communiquer sur Facebook et Twitter » … Ca me rappelle une formule de ma grand-mère qui disait : « Le jour où les couillons auront des ailes, tu sera chef d’escadrille … ». Avec des déclarations aussi « étranges », faut pas s’étonner que 85% des boites crées ne durent pas plus d’un an !

  3. Pingback: Seesmic lève 4 millions de dollars « Mobiles in the City !

  4. C’est l’effet Loic Le Meur !
    1/ Tu crées une boite sur un business plan dont on se fout
    2/ Tu lèves de l’argent grâce à ton nom, ton réseau
    3/ Ta boite marche pas alors tu « réorientes » ta stratégie sur un truc très différent (seesmic au départ était le blog vidéo, rien à voir avec la veille sociale…)
    4/ Tu lèves de l’argent grâce à ton nom, ton réseau

    n/ à la fin, quand tu en marres de faire des pertes tu revends la boite et tu recommences !

    Loic Le Meur, comment faire fortune sans jamais avoir fait de profits !

  5. Pingback: Tweets that mention Seesmic lève 4 millions de dollars -- Topsy.com

  6. « Si c’était aussi simple de vendre une boîte qui ne vaut rien, ça se saurait il me semble non ? »

    @eric

    d’accord avec toi… mais cela devrait être beaucoup plus difficile de lever de l’argent avec un concept qui ne vaut rien du tout.

  7. Je ne dis pas que créer une boite est simple, ni la revendre…
    Je dis que monter une boite quand on est riche et qu’on se moque de la rendre rentable est plus simple. Je dis que quand on est un as de la comm et du réseau comme Loic Le Meur, la vendre à un prix supérieur à ce qu’elle vaut vraiment est plus simple.

    De l’aigreur ? peut etre un peu de voir la facilité avec laquelle ce genre de boite lève de l’argent quand beaucoup de start up françaises en manque.

    Et pour répondre, 2 créations, 1 une revente.

  8. @Stephane: seesmic n’est pas/plus (?) une startup francaise. Donc si t’es pas content, tu peux traverse l’atlantique.
    J’ai juste une question, il ressemble a quoi le modele economique de Seesmic ? (je pose la question parce que je ne sais vraiment pas, ce n’est pas de l aigreur). Il me semble que les produits qu’ils font sont gratuits et je ne leur connais pas d’autres activites.

  9. c’est vrai que c’est hallucinant et pas rassurant ces retournements de veste incessants. J’aimerai bien voir à quoi ressemble leur business plan…Encaisser 16 millions de dollars depuis le début et arriver à rien commercialiser en 4 ans, on parlerait ici d’accident industriel…Et encore on est sur du logiciel, c’est à dire un secteur facile à pénétrer rapidement (Groupon a 2 ans, Twitter 5), c’est pas comme si il fallait industrialiser un produit et monter une chaine de fabrication.
    Je ne critique pas Loïc qui a bien raison et qui gère comme il peut (LeWeb est un vrai succès), c’est plutôt ses investisseurs qui m’inquiètent…

  10. Oui je suis con, ça y est, en lisant cette brève. Dire qu’il suffit de changer d’activité… stop, je sais, c’est pas aussi simple… il faut d’abord persuader les autres que ton biz est bon. En 1999-2000 aussi y’a eu ce phénomène de fric qui tombait. Et que sont devenus ces gens-là ? Certains se sont recyclé et vivent tranquille avec l’argent obtenu à cette époque…

  11. Pingback: Seesmic goes Enterprise and Receives $4 Million Investment from Salesforce and Softbank group

  12. Ce qui est marrant avec Loïc, c’est qu’à chaque fois, ses succès portent sur ses levées de fond, jamais sur le chiffre d’affaire.

    Qu’on ne s’y trompe pas, ce grand libéral de Loïc n’a jamais produit plus que ce qu’il avait coûté aux banques.

    La conférence LeWeb est un succès, certes, qui lui sert surtout à faire du réseautage. Là aussi, en matière de chiffre d’affaire, cette conférence a celui d’un bon bar tabac, quant au profit réalisé (hors retour sur investissement en contacts réseaux), il est proche de zéro.

    Ce grand capitaliste qu’est Loïc réussi surtout à niquer la concurrence de gens qui n’ont pas accès aux investisseurs (par manque de temps souvent, ces gens étant avant tout « productifs », et par manque de talent pour rédiger des dossiers financiers et légaux).

    Bref, Loïc, c’est l’anti entrepreneur, mais le vrai financier.

  13. @Tuileries : « Là aussi, en matière de chiffre d’affaire, cette conférence a celui d’un bon bar tabac ». Ouais, mais en deux jours. Monte un business qui fasse un tel chiffre sur une période aussi courte et on en reparle ok ? 🙂
    « Ce grand capitaliste qu’est Loïc réussi surtout à niquer la concurrence de gens qui n’ont pas accès aux investisseurs ».
    Ben oui, et alors ? C’est mal ? Son accès aux investisseurs il ne l’a volé à personne, il est allé le chercher lui-même, si les autres ne sont pas capables de le faire c’est sûrement que Loic Le Meur a un petit truc en plus. Encore une fois on ne lève pas de telles sommes par un simple claquement de doigts et ceux qui investissent sont loin d’être des crétins.
    Si c’est aussi facile, vas-y et raconte-nous 🙂
    L’aigreur des pisse-vinaigre à la française qui ne savent que critiquer sans avoir jamais rien accompli ni prouvé eux-mêmes transpire définitivement trop la jalousie pour être crédible. Quel pays de crevards.

  14. @snappy
    oui on sait que qu’en France, on a la critique facile… mais j’ai quand meme l’impression qu’ici les critiques plutôt fondées sur le fait que année après année… on voit passer des sommes faramineuses dans projets donc la seule qualité est d’etre bien vendus par la bonne personne… alors que d’autres idées bien francaises n’écloront jamais par manque de moyens…
    tu parles de l’aigreur de gens qui n’ont  » jamais rien accompli ni prouvé », je crois que c’est exactement ce que l’on reproche à Lemeur dans les commentaires… de la part des même personnes, jamais je n’ai vu de critiques de cette teneur pour des Zuckerberg ou Gates ou jobs…

  15. @snappy
    Juste quelques remarques : Leweb dure trois jours, mais demande certainement des mois de travail à réaliser. Autant de boulot, va t’on dire, que de gérer un bar tabac pendant un ans, et pour un chiffre d’affaire équivalent, et pour un bénef quasi nul. Bref, libre à toi d’être ébahi par le succès ce cette conférence, certaines boites montent une dizaines d’évènements de ce genre par an, dans divers secteurs d’activités. Avec les critères de comparaisons qui sont les miens et qui me semblent réalistes (non pas basé sur la fascination), l’ exploit de Loïc n’est ni innovant, ni performant, ni rien de tout ça.

    Loïc sort d’école de commerce où il a appris tous les « codes » du financement. Il s’éclate là dedans, très bien, mais s’il cessait de vouloir se faire passer pour un gars qui invente, innove et change le monde de la communication, ça serait, je pense, plus clair. Il exerce un travail de financier avant tout. Je dis pas que c’est mal, il en faut, mais perso, j’estime que le mec de la compta n’a pas à se faire passer pour le mec en R&D ni pour un entrepreneur. Et je pense qu’on devrait juger sa capacité d’entreprendre sur le succès réel de ses entreprises.

    Je dis pas que ce que fait Loïc est facile : Pour ma part, je serais incapable de faire ce qu’il fait, n’étant pas un fana du réseautage, ni des dossiers financier, ni un spécialiste du sourire ultra-bright. Je suis un simple artisan.

  16. Moi levé 4 millions sa me dirait bien pour me prendre 1 caisse et un appart a Miami Beach, d’un coté ceux qui défendent (aux USA s’est bien tu te plantes on t’encourage, qui fait rien ne casse rien, i love usa) de l’autre ceux qui critique(il vole, il sait rien faire). Comme BOOBA, il cartonne grâce a tout sa.
    Et comme mon com, sa ne sert à rien…

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.