Semapedia et vos liens prennent vie

Semapedia
Avertissement : il y a de vrais morceaux entiers de génie dans ce qui va suivre. Faites un reboot de vos neurones, nettoyez votre base de registre cérébrale et écoutez bien, On parle là d’une invention, une innovation, bref une technologie que je trouve absolument extraordinaire et j’ai bien pesé un à un tous les mots, et autres superlatifs que je vais employer dans ce billet.
C’est parti ? C’est parti.

Semapedia
Avertissement : il y a de vrais morceaux entiers de génie dans ce qui va suivre. Faites un reboot de vos neurones, nettoyez votre base de registre cérébrale et écoutez bien, On parle là d’une invention, une innovation, bref une technologie que je trouve absolument extraordinaire et j’ai bien pesé un à un tous les mots, et autres superlatifs que je vais employer dans ce billet.
C’est parti ? C’est parti.

Ca fait un petit moment que j’avais cette info dans ma pile et j’ai enfin trouvé le temps aujourd’hui de me (re)pencher sur la question. Semapedia est un projet qui consiste à relier n’importe-quel lieu du monde réel (monument, ville, musée…) à sa description dans l’encyclopédie Wikipedia, en créant des tags imprimables que l’on va poser sur le lieu en question.
Dit comme ça ça paraît assez fumeux, voire abstrait, alors que pas du tout.
Voici comment ça marche :

  • pour fonctionner, Semapedia a besoin des taggeurs (vous, moi) qui choisissent librement les lieux à indexer, et des readers
  • pour être taggeur, il faut :
    1. choisir dans Wikipedia un lieu que l’on souhaite indexer, par exemple la Tour Eiffel. Je vais sur Wikipedia, je saisis Tour Eiffel dans le champ de recherche, et je clique sur Consulter
    2. je saisis et copie l’URL de la page Wikipedia consacrée à la Tour Eiffel
    3. je vais sur Semapedia.org et je colle l’URL dans le champ Wikipedia URL au centre de la page
    4. je clique sur Create Tags
    5. une page s’ouvre avec un carré de tags qui ressemblent à un mix code-barre/labyrinthe
    6. j’imprime cette page
    7. la partie plus physique maintenant (et à condition que j’habite à côté de la Tour Eiffel) : je prends mes petites jambes musclées à mon cou et je vais coller le tag imprimé sur par exemple un pied de la Tour Eiffel car bien sûr je n’ai pas oublié de prendre un tube de colle avec moi
    8. C’est fait, je peux rentrer chez moi avec la satisfaction béate et essoufflée du devoir de diffusion de la culture accompli

Et maintenant que se passe-t-il ?

  • je suis un visiteur de la Tour Eiffel, je connais Semapedia et je suis équipé d’un smartphone avec appareil-photo et navigateur web intégré, comme par exemple mon Qtek 8310 ou un Nokia 6680 (voir la liste des téléphones compatibles ici) sur lequel j’ai installé le lecteur Semapedia (petite applet Java ultralégère que je peux charger via le réseau gsm quand j’arrive devant un tag, l’URL de téléchargement est indiquée sur le tag).
  • j’arrive vers le pied taggé de la Tour, je repère le tag
  • je lance le lecteur Semapedia sur mon téléphone et je prends le tag en photo
  • et là, miracle, le navigateur web de mon teléphone se lance et s’ouvre automatiquement sur la page Tour Eiffel de l’encyclopédie Wikipedia, adaptée au format de l’écran de mon mobile !!!

Je répète : je trouve cela absolument renversant, d’autant que le mode de focntionnement est beaucoup plus simple qu’il n’y parait de prime abord ou à la lecture de mon explication laborieuse.
Bien sûr ceci ne va pas sans poser quelques problèmes : pollution visuelle et matérielle générée par le collage des tags, durée de vie éphèmère de ceux-ci, diffusion difficile, mais tout ceci pourrait être certianement détourné (tags réduits, plastifiés, identifiés et approuvés par les responsables du lieu avec un emplacement réservé de type "en savoir plus avec Wikipedia"…)
Vous l’aurez compris : je suis totalement conquis par ce genre d’applications concrètes qui mixent habilement liens hypertexte du web avec technologies mobiles, et mon point de vue est qu’il y a certainement un avenir intéressant pour celles-ci, même si c’est encore un peu pointu pour une diffusion rapide dans le grand public.
Je vous reparlerai probablement souvent de Semapedia, faites-moi confiance 😉
Et vous, vous en pensez quoi ? (je compte sur votre esprit critique mais allez-y doucement quand même, ne détruisez pas trop mon rêve juste avant Noël

Petite précision dont le désagrément n’a d’égal que ma frustration : le lecteur Semapedia s’est bien installé en midlet Java sur mon 8310 mais je n’ai pas réussi à le faire fonctionner, pour le moment en tout cas, problème d’accès à l’appareil-photo du téléphone.

Voir les explications détaillées et illustrées sur Semapedia
Télécharger le guide en PDF


Nos dernières vidéos

20 commentaires

  1. Idée interessante…
    Tout dépend de l’accueil des pouvoirs publics je dirais – s’ils voient ça comme du tag/dégradation de la propriété nationale, ça va pas le faire.

    Le but ultime de ce truc ça serait l’acceptation et la globalisation du système.

    Mais bon ce code il faut qu’il soit qque part, et sur la tour Eiffel par ex, ben va falloir le trouver! c’est grand la tour Eiffel.

  2. Faudrait déjà que les gens soient au courant parce que en dehors de la petite communauté de érudits d’Internet c’est pas encore très connu.

  3. salut.

    Mais qu’est-ce que tu trouves intéressant ? Que la photo reconnaisse le pseudo-code-barre ou que tu soie directement relié à l’article de WikiPedia ?

    Le système du code barre est intéressant mais qu’est-ce qui m’empeche d’aller sur le site de wikipedia et de taper "tour eiffel" dans le champ de recherche ? Je trouve que l’utilisation dans ce cas n’est pas très utile, autant se aller directement sur wikipedia … Ou est-ce que j’ai loupé un chapitre ?

  4. Une Bonne idée,mais ça causeras peut être quelques pbs,supposons que tlmnd veut avoir ce prestoge d’avoir ses Tags Collés sur la Tour effeil?!!

  5. Maître Capello on

    fallait bien que ça arrive un jour… je vois pas du tout ce qui est intéressant. Bluffant, à la rigueur, de par la nouveauté technologique, mais où est "l’intêret" ? c’est ma faute, en fin de semaine j’ai les ‘nerds’ à bout.

  6. Je connaissais déjà le système.
    Le problèmes
    Je pense que c’est plus sympa sur un t-shirt par ex.

    Tu viens à Lyon blog, je connais pas ton blog. J’allume mon tel, je prend en photo ton t-shirt … et me voilà abonné a ton rss + la carte de visite qui s’ajoute dans mes contacts. Voilà ce qu’il nous faut 🙂

  7. Oui le concept est très intéressant et c’est une application du web vraiment bluffante.
    Mais je serais un peu plus modéré que toi. Il faudra tout de même un moment avant que monsieur tout-le-monde n’utilise ce genre d’applications, et il faudra également mettre un peu d’ordre pour que ces tags ne soient pas affichés n’importe où et qu’ils soient facilement repérable.
    Ceci dit, j’adore aussi l’idée.

  8. alors moi c’est marrant j’ai compris tout l’inverse au départ : je pensais qu’il s’agissait d’un service d’enrichissement visuel du Wikipédia actuel. Chacun pouvait ajouter ses propres photos de l’entité physique décrite dans Wikipedia …

    Maintenant que j’ai compris la vraie idée, je suis aussi bluffé, mais je ne crois pas à la démocratisation d’une telle techno.

    Probleme de cout pour l’acquisition d’un telephone compatible, de la legalité de ces tags sur un lieu public, de l’authenticité des tags (je peux coller le tag de DisneyLand sur la Tour Eiffel), etc, etc.
    Autant il est possible de modérer dans une certaine mesure une encyclo en ligne et de la diffuser, autant on est vite confronté à des problemes légaux et financiers dans le monde réel.

    Je vais suivre cette aventure quand meme, c’est bien mignon 🙂

  9. Salut,

    pourquoi prendre un tag en photo alors que les coordonnées GPS de la Tour Eiffel (je reste dans l’exemple) sont une bonne indication pour permettre à un système d’aller chercher dans un Géopedia (combinaison Geomarketing + Wikipedia à créer :).
    Pour les infos commerciales c’est pareil, non ? J’ai entendu parler aussi (je décale le sujet) d’un procédé de reconnaissance de visuels de pub par téléphone mobile/APN… http://www.mobot.com/ ??? Une visite s’impose.
    En résumé :
    – le système de tag collé sur le mur me semble le point faible, sauf à le voir adopté par des partenaires "brick and mortar".
    – la reconnaissance du monument/commerce/lieu me semble possible à résoudre.
    – la compététion sur ce type de système est commencée.

    Mais que fait Google ?

  10. L’informatique était sensée smarpréserver nos forêts m’a-t-on dit un jour… L’idéal serait plutot de n’avoir à pas taper l’adresse justement ? Je vais voir la tour eiffel, j’ouvre mon mobi-laser-fulgur, je clique sur "navigoldorak" et une série de pages en rapport avec le lieu question apparaissent, et pas que des pages de contenu encyclopédiques…

  11. Je partage l’avis des commentateurs ci-dessus. Je pense qu’à l’air du sans-fil, de GALILEO, des RFID, je trouve bizarre d’utiliser un code barre sur papier. J’imagine plutôt, comme le dit Hervé, un affichage de tous les flux (podcasts, RSS et compagnie) qui trainent dans le lieu où on se trouve. Il ne reste plus qu’à wifiser les bons flux aux bons endroits…(et gérer l’avalanche de pubs que ça risque d’entraîner, mais pour ça on peut faire confiance aux utilisateurs…adblock -> wifiblock ?).

  12. prendre en photo le monument et le faire reconnaitre directement c’est pas mieux? Avec les coordonnées GPS en + (à condition de ne pas être à l’intérieur d’un bâtiment) ce serait tout à fait faisable.

  13. Salut

    L’idée est géniale, sa mise ne application problématique et son éthique, euh, non éthique…

    Je serais plus pour une géolocalisation (trouver le bon pilier de la Tour, la bonne face, le bon tag, avoir un appareil photo compatible alors qu’un PDA avec GPS devrait s’en sortir (je cherche encore une raison d’acheter ce genre d’engin, juste le GPS inutile, juste le PDA, inutile, un mix des deux, acceptable)… Ce serait juste pour un truc plus fin (genre au Louvre faire la différence entre Mona Lisa et la Venus de Milo…) que ce serait problématique et donc remplaçable par les tags ou un truc équivalent Wifi…

    Parce que sinon, on va se retrouver avec des trucs posés n’importe où n’importe comment, pas forcément les bons et de toute façon pour une frange élististe de geek seulement…

    J’imagine déjà les PV pour les poseurs pris…

    Un dernier truc : comment wikipedia fait la différence entre les langues ? Il doit livrer l’information correspondant à la langue de l’utilisateur et pas à celle du point photographié, hein ?

  14. Moi, je le fais autrement.

    Devant la tour Eiffel,je sors mon Qtek 9100, je lance Google au format xhtml, dans mes favoris je tape Wikipedia,puis tour Eiffel ! J’ai économisé une feuille de papier, une balade pour afficher le tag et je n’ai pas défiguré la vieille dame.

    Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

  15. Au Japon, ces codes-barre/labyrinthes sont partout (90% des téléphones doivent les reconnaître), plus que la diffusion du savoir, c’est la diffusion des informations publicitaires que ça sert. Si tu veux en savoir plus sur la marque de jus d’orange dont la pub est collé devant toi ou qui est dans ton frigo, amuses-toi avec ton téléphone !

    c’est également utilisé sur des blogs pour envoyer des mails par cet intermédiaire à l’auteur.

  16. je suis d’accord avec gderidet, mais vous oubliez peut-être un peu la dimension symbolique… : wikipédia devient, grâce à ce systeme, une encyclopédie mêlant réél et virtuel ("the physical Wikipedia") , une encyclopédie hybride, et ça c’est interressant !

  17. Je pense que le catalogage des lieux ne doit pas ce faire par ce système mais plutot par GPS ou autre.

    Par contre puisque l’on parle de tag, tague et TAG , je vois bien la un moyen pour les graffeurs de signer leur dessins sur les murs avec le code bar généré vers leur blog ou gallerie 🙂

  18. Shotcode

    Non non ce n’est pas la cible que je vais me coller au beau milieu du front, mais l’adresse de ce blog en Shotcode. Et vous allez me dire que vous n’êtes pas plus avancé, voici le principe : avec un téléphone mobile équipé d’un appareil…

  19. L’utilisation de l’appareil photo est ce que les inventeurs ont trouvé de plus démocratique aujourd’hui mais c’est un vrai boulet pour cette application. L’usage des coordonnées GPS est bien plus efficace en effet comme cela a été dit, voire le lien avec google earth ! Mais avant que les téléphones aient tous un GPS…
    Le futur de cette application se fera surtout avec les TAGS NFC, sorte de RFID, déjà testée par philips partout dans le monde.
    Le problème de la photo c’est que justement il y a pas deux téléphones qui gèrent l’appareil de la même façon et ses performances ne sont pas les mêmes d’un appareil à l’autre ce qui ne simplifie pas la reconnaissance d’image.
    Bref on peut penser que d’ici deux ans l’offre en téléphones NFC sera très large.
    après lier le tag à wikipédia ou un autre site peu importe, à la limite autant le lier à google, au site de la municipalité, au site de l’ump pour savoir ce que sarkozy pense de la tour eiffel…
    c’est l’utilisateur qui choisira sa source d’info.

Send this to a friend