Suivez-nous

Startups

La startup anti-tabac Juul s’associe avec Altria, maison-mère de Marlboro

Marlboro a officialisé son acquisition de 35% de Juul, une startup américaine dont l’objectif est de lutter contre le tabac grâce à la cigarette électronique.

Il y a

le

Juul startup
© Juul

Après plusieurs rumeurs, la nouvelle a finalement été officialisée par les deux entités concernées. Par conséquent, Altria, -la maison-mère de Marlboro- a annoncé qu’elle faisait l’acquisition de 35% de Juul pour un montant de 12,8 milliards de dollars. La startup anti-tabac est donc valorisée à plus de 28 milliards de dollars, c’est-à-dire plus que d’autres licornes telles qu’Airbnb ou SpaceX,

Juul suscite le doute des autorités sanitaires

Conçue en 2015, la startup Juul s’est rapidement fait une place sur le marché de la cigarette électronique aux États-Unis, si bien qu’elle est aujourd’hui considérée comme l’un des acteurs principaux du secteur. Néanmoins, si la startup se targue de vouloir empêcher ses clients (dont une bonne partie de jeunes) de fumer des cigarettes, elle est tout de même la cible de vives critiques.

En effet, il semblerait que la cigarette électronique, dont le design est relativement similaire à une clef USB, se soit fait une clientèle particulièrement composée de jeunes. Le terme « juuler » s’utilise d’ailleurs désormais comme un verbe aux États-Unis, ce qui dénote de la réelle démocratisation des produits de la startup. Par conséquent, de nombreux jeunes partagent des photos d’eux avec l’objet en question sur les réseaux sociaux, affichant du même coup une image cool que la cigarette n’a plus aux États-Unis depuis quelques années, du moins auprès des jeunes.

C’est justement ce point qui a poussé la maison-mère de Marlboro à investir un tel montant dans Juul. En effet, il semblerait que moins de 8% des lycéens fument, tandis que beaucoup se tournent vers la cigarette électronique. À tel point que le chiffre de consommateurs lycéens aurait bondi de 75% en un an , selon la Food and Drug Administration (FDA). Par conséquent, Juul bénéficiera du large réseau d’Altria, soit plus de 200 000 marchands de tabac aux États-Unis.

En France, les cigarettes électroniques de Juul sont disponibles à la vente depuis le 6 décembre 2018, une récente arrivée sur le marché qui devrait susciter des réactions des autorités françaises.

Source

5 Commentaires

5 Commentaires

  1. Yemrj

    21 décembre 2018 at 12 h 07 min

    Malboro ou Marlboro ?

    • Louise Millon

      21 décembre 2018 at 13 h 05 min

      Merci pour la coquille Yemrj, l’erreur est corrigée !
      Bonne journée

  2. Patrick

    21 décembre 2018 at 12 h 28 min

    Si je comprends bien, ils n’utilisent plus la cigarette électronique comme un outil pour arrêter de fumer, mais pour comme une autre façon de fumer.

    • johnios

      23 décembre 2018 at 8 h 43 min

      Ce n’est pas dans l’intérêt des industriels du tabac que tu arrêtes de fumer. La totalité de ces industriels financent les « cigarette électronique » et aucun ne financent les arrêts par sevrage, je vous laisse deviner pourquoi

  3. Fanch

    21 décembre 2018 at 20 h 11 min

    Vite Macron, une taxe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests