Steam ouvre la porte au contenu pornographique

La plateforme de jeux vidéo Steam a fait un choix stratégique assez surprenant en fin de semaine dernière. Pour ne plus se heurter à des dilemmes sur ce qui peut, ou ne peut pas se trouver sur sa plateforme, Valve a pris la décision de tout laisser passer ou presque… De cette manière, l’entreprise ne devra plus s’impliquer personnellement dans les débats pour trancher. Cela inclut évidemment le contenu pornographique…

Du porno sur Steam ?

Ce n’est pas à Steam de contrôler

C’est une annonce très surprenante que vient de réaliser Valve concernant sa plateforme Steam. Le contenu ne sera plus surveillé, à moins qu’il ne soit illégal ou vise à dénigrer une personne ou une activité. Une lutte contre le trolling dont les contours paraissent encore flous. Erik Johnson, a ainsi expliqué la volonté de l’entreprise dans une publication sur son blog officiel.

« Cette décision n’a rien à voir avec la pression des différents développeurs ou bien les diverses pressions que nous recevons. Par ailleurs et contrairement à ce que les gens pensent, Valve n’automatise pas tout, ce sont de vraies personnes qui passent en revue le contenu de chaque titre controversé soumis via Steam Direct. Selon moi, le problème est le fait que chaque décision prise par Valve pour autoriser ou interdire un jeu va être critiquée par telle ou telle personne. Nous avons également plusieurs débats en interne à cause des sujets controversés tels que la politique, la sexualité, le racisme ou même la violence. Nous ne sommes pas tous d’accord sur ce qui mérite d’être ou non sur le store » relève ainsi GameWave.

Les limites d’une politique

Face à ces désaccords, la solution la plus simple a donc été adoptée. Ce n’est plus à Steam de gérer ce point. Avec des limites évidentes, mais difficiles à cerner, tout sera donc accepté. Y compris la pornographie. Une décision qui tranche radicalement avec le puritanisme habituel des géants du web américain. Pour ne pas choquer ceux qui n’en voudront pas, il sera possible de cacher les contenus pornographiques ou à caractère violent. Ceux qui prendront des risques devraient donc être soutenus par Steam, au nom de la liberté d’expression, y compris les jeux qui ne refléteraient pas « les valeurs de Valve« .

Pour autant, cette volonté d’ouvrir complètement les portes pourrait bientôt se heurter rapidement à la dure réalité d’Internet. Il suffit de repenser à la polémique qui a eu lieu fin mai. Steam hébergeait alors un jeu permettant d’incarner un tueur dans une école. Sans doute y-a-t-il un juste milieu à trouver…


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.