Suivez-nous

Réseaux sociaux

Sur Twitter, une publicité de trafic d’organes pose question

Comme tous les réseaux sociaux, les revenus publicitaires résument la majorité des revenus de Twitter. Avec son lot de scandales…

Il y a

  

le

 
twitter
© Presse-citron.net

Malgré son illégalité, le trafic d’organes existe, et cela peut se voir jusque dans les publicités Twitter. Cette semaine, le réseau social a dû faire face à une nouvelle mésaventure parmi ses annonceurs, avec la publication d’une publicité promouvant un service d’achat d’organes.

La nouvelle pointe une nouvelle fois du doigt les défauts présents sur les protections des réseaux sociaux sur les contenus inappropriés. Mais bien plus que les simples publications postées, les annonces posent la question de la réelle prise en compte des plateformes, elles qui tirent leurs revenus en majorité grâce aux publicités.

Une publicité Twitter pour le trafic d’organes

Comme sur Facebook ou Instagram, Twitter propose des publicités au même format que le reste du contenu proposé sur sa plateforme. Par conséquent, les utilisateurs du célèbre réseau social au petit oiseau bleu voient apparaître des « tweets promus » – désormais affichés comme du contenu « sponsorisé » – dans leur fil d’actualité.

Cette semaine, le journaliste Tyler Coates a pu vivre l’expérience d’être visé par un contenu publicitaire promouvant un service d’achat d’organes. Une mésaventure à laquelle il s’est exprimé sous un ton comique : « malgré mon cœur froid et mort, je ne suis pas à la recherche de nouveaux organes ». Le journaliste pointait ainsi du doigt le côté farfelu du ciblage publicitaire. Mais bien plus grave est-il, l’affichage de cette publicité sur la toile pose question quant au filtrage du réseau social.

1,47 milliard

Dans une déclaration au média Gizmodo, un porte-parole de Twitter a confirmé rapidement avoir supprimé cette annonce, en expliquant que celle-ci avait échappé aux filtres en vigueur sur la plateforme. « En général, nous avons à la fois des humains et des machines qui examinent notre contenu pour la conformité aux politiques », expliquait le responsable. « Et, bien sûr, nous investissons constamment dans nos processus et systèmes d’examen automatisés et humains ».

Twitter laisse passer une publicité ciblée par le mot clé « néonazi »

Sur des centaines de milliers d’annonces, il pourrait sembler normal que des publicités au contenu inapproprié arrivent à se frayer un chemin pour atterrir sur le fil d’actualité des utilisateurs. Dorénavant, nos confrères de Gizmodo avançaient – à raison – que les revenus publicitaires concernent la grande majorité du modèle économique des réseaux sociaux. Ce pourquoi la place de ce genre de contenu représente une certaine part du chiffre d’affaires, et donc des bénéfices de la société. En 2019, Twitter a enregistré un bénéfice record de 1,47 milliard de dollars. Affaire sensible ?

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests