Suivez-nous

Tech

Le taxi autonome du chinois Ehang fait son premier vol aux États-Unis

Pour la première fois, Ehang a réalisé un test sur le sol, ou plutôt l’espace aérien, des États-Unis. Une démonstration effectuée avec succès pour le chinois dont l’année 2020 s’annonce chargée.

Il y a

  

le

 
Ehang taxi volant
© Ehang

Pour la première fois depuis que le projet de taxi volant d’Ehang est en cours, l’entreprise chinoise a obtenu l’autorisation de vol de la part des États-Unis. L’Administration fédérale de l’aviation a récemment donné son aval à cette dernière, ce qui a débouché sur une démonstration aérienne d’environ cinq minutes.

C’est le mardi 7 janvier que le taxi sans pilote d’Ehang a pris son envol au-dessus de la piste d’essai au sud de Raleigh, en Caroline du Nord. Le gouverneur de la Caroline du Nord, Roy Cooper était à bord. Après 5 minutes de vol, l’appareil s’est posé et la centaine de spectateurs présents a pu prendre des photos de ce moyen de transport futuriste.

Ehang prêt à passer un cap en Chine

À terme, l’objectif d’Ehang est de transporter des passagers et des marchandises en zone urbaine sur des courtes distances. Il y a peu, le chinois a révélé qu’il allait commencer par la mise en place d’un programme pilote de navettes aériennes à Guangzhou, une ville portuaire située au nord-est de Hong Kong. Celle-ci visera à démontrer le potentiel du taxi et la possibilité de coordonner plusieurs véhicules entre eux. La société travaillera avec les autorités afin de mettre en place les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de ses navettes.

D’ici le mois prochain, il est possible qu’Ehang obtienne l’autorisation de l’Administration de l’aviation civile de Chine, un permis qui lui donnera le droit de faire naviguer ses appareils dans le cadre de vols commerciaux. Actuellement, l’appareil a effectué un peu plus de 2 000 vols dans le monde.

Parmi les sociétés qui travaillent sur des taxis volants et autonomes, Ehang fait définitivement partie des plus avancées en la matière. Le projet de voiture volante telle qu’on pouvait le voir dans les films de science-fiction n’est donc pas si loin que ça. L’affirmation est tout de même à nuancer, sachant que le projet commencera à très petite échelle en Chine avant de se populariser dans le pays puis de passer les frontières. Cela prendra donc certainement quelques années avant que ces systèmes autonomes n’envahissent les espaces aériens des villes.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. nofutur

    9 janvier 2020 at 12 h 20 min

    Les oiseaux et la vie privée des gens en immeuble vont trinquer.
    Dans les années 90, quand les ingé et les auteurs imaginaient le truc, ils le mirent de côté pour ces pb, aujourd’hui l’humanité le fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests