Telegram, c’est maintenant 200 millions d’utilisateurs

Alors que Facebook s’enfonce dans le scandale Cambridge Analytica, Telegram fête ses 200 millions d’utilisateurs.

Telegram passe la barre des 100 millions d'utilisateurs

Petit à petit, Telegram se fait une place parmi les grands acteurs du numérique. Et aujourd’hui, l’application de messagerie compte plus de 200 millions d’utilisateurs actifs par mois. Selon le PDG Pavel Durov, ce nombre a été atteint au cours de ces 30 derniers jours.

Comme Telegram n’est pas côté en bourse, il n’indique pas régulièrement son nombre d’utilisateurs. Et la dernière fois qu’elle l’a fait, la société avait 100 millions d’utilisateurs. C’était en février 2016 et à l’époque, Telegram avait également indiqué qu’il comptait 350 000 nouveaux utilisateurs journaliers, et que le nombre de messages envoyés chaque jour s’élevait à 15 milliards.

Pavel Durov vise Facebook

Aujourd’hui, le PDG de Telegram ne donne pas autant de détails sur ses statistiques mais a surtout mis en avant le parcours de la société et remercié les utilisateurs. « Si Telegram était un pays, il aurait été le sixième plus grand pays du monde », écrit Pavel Durov. « Nous atteignons ce jalon grâce à vous, nos utilisateurs. Nous n’avons jamais fait la promotion de Telegram avec des publicités, ce qui fait que ces 200 millions de personnes sont sur l’application parce que vous les avez invités ».

Comme d’habitude, Telegram a également mis en avant la protection des données personnelles de ses utilisateurs. Et le PDG Pavel Durov a implicitement visé Facebook, qui est actuellement en plein scandale Cambridge Analytica.

« Nous ne faisons pas affaire avec des spécialistes du marketing, des mineurs de données ou des agences gouvernementales. Depuis le jour de notre lancement en août 2013, nous n’avons pas divulgué un seul octet des données personnelles de nos utilisateurs à des tiers », écrit Pavel Durov.

Telegram veut également se positionner comme un innovateur dans le domaine de la messagerie et rappelle qu’il fait partie des premières applis de ce genre à avoir mis le code client en open-source, en plus d’être la première appli « mainstream » de messagerie à ouvrir une API pour les développeurs de bots.


Commenter